L’Alsacien Sotralentz remuscle Sfar et Civad

Publié par Didier Hugue, le 04 novembre 2011

MÉTALLURGIE. La reprise à Areva des sociétés Sfar et Civad, implantées à Montchanin (Saône-et-Loire), par l'alsacien Sotralentz étoffe ses savoir-faire en usinage de haute précision et mécano-soudure.

Il prévoit d’embaucher plus de 120 personnes d’ici à trois ans et d’investir sur la même période 3 millions d’€.

Cliquez sur les photos si vous souhaitez les agrandir.

Heureux dénouement pour le bassin d’emploi de la Communauté Urbaine Le Creusot-Montceau (CUCM) !

Proposées à la vente par Areva depuis 2008 car n’entrant pas dans le cœur de son activité nucléaire, les sociétés Sfar et Civad (10 millions d’€ de chiffre d’affaires cumulé, 50 salariés), implantées à Montchanin, en Saône-et-Loire, viennent d’être reprises par le groupe Alsacien Sotralenzt.

Cette acquisition, au montant gardé confidentiel, permet à l’industriel de Druligen (Bas-Rhin) d’étoffer son offre en usinage de haute précision et en mécano-soudure dans le domaine des pièces lourdes.

Pour relancer l’activité, il prévoit d’embaucher plus de 120 personnes d’ici à 3 ans, notamment des usineurs, des soudeurs et des contrôleurs. Et d’investir une enveloppe de 3 millions d’€ afin de renforcer et de moderniser le parc des équipements.

«Nous musclons les savoir-faire de Sotralentz Métal Industries, notre filiale spécialisée dans la chaudronnerie sur un bassin d’emploi qui favorise l’embauche de personnel déjà formé aux différents métiers de la métallurgie et à proximité de donneurs d’ordres importants comme Industeel (groupe ArcelorMittal), source d’une meilleure collaboration et d’économies substantielles sur les coûts logistiques», explique Patrick Mochel, secrétaire général de Sotralentz et nouveau P-DG des deux entreprises bourguignonnes qui pourraient à terme fusionner.

Un accompagnement global de Creusot-Montceau Développement

Cette cession réussie doit beaucoup à l’agence Creusot-Montceau Développement (CMD) qui a suivi le dossier depuis le début et accompagne le repreneur, entre autres, pour la mise en place d’aides financières toujours en cours d’instruction.

Sotralentz Métal Industries (70 millions d’€ de chiffre d’affaires) réalise des pièces mécano-soudées et usinées de grande dimension. Les principaux débouchés intéressent la fabrication de tunneliers, de pelles hydrauliques pour l’industrie minière, d’appareils à pression ou encore de crémaillères. Pour s'assurer d'une main d'oeuvre qualifiée, l'entreprise intègre son propre centre de formation, baptisé ITC.

Cette activité n’est toutefois que l’un des trois métiers du groupe bas-rhinois qui produit également du treillis soudé et des emballages extrudés et soufflés en polyéthylène haute densité (PEHD) pour stocker de l’eau de pluie ou encore du fuel dans des contenants de 20 à 50 000 litres.

Il s’appuie sur un effectif global de 1 300 personnes et génère environ 400 millions d’€ de chiffre d’affaires avec près d’une dizaine de sites, dont quatre sont situés à l’étranger : en Allemagne, Pologne, Espagne et Roumanie.

Crédit photo: Sotralentz



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Saône-et-Loire, Métallurgie, usinage, reprise, Bas-Rhin, Communauté Urbaine Le Creusot-Montceau, Creusot-Montceau Développement, Areva, Sotralentz, mécano-soudure

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale

Commentez !


Combien font "5 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire