L’Alsacien Inter-Logistic prend son envol en Franche-Comté

Publié par Pierre-Yves Ratti, le 15 décembre 2015

LOGISTIQUE/FRANCHE-COMTÉ. La société de logistique industrielle a quitté son Alsace natale pour s'installer en Franche-Comté, sur l'aéroparc de Fontaine, aux portes de Belfort.

Inter-Logistic y a trouvé la surface nécessaire à son développement dans la logistique inversée et le e-commerce.

 

interlogisticengin
Inter-Logistic a trouvé dans le Territoire de Belfort, un entrepôt de 8000 m2 pour développer une activité de logistique inversée et de e-commerce.

 

S'installer dans le Territoire de Belfort n'était pas une évidence pour l'Alsacien Frédéric Réveillé, dirigeant de Inter-Logistic. Mais presque un an après son implantation à Fontaine, dans le Territoire de Belfort, sur l'ancienne base de l'Otan devenue zone d'activités, le dirigeant s'en félicite.

 

Avec un seul bémol : le péage sur l'A36 qui contraint ses salariés à débourser 2,80 € par jour s'ils veulent se déplacer rapidement entre leur domicile et leur travail.

 

Mais Inter-Logistic a trouvé sur l'ancienne base de l'Otan, reconvertie en une très grande zone d'activités, les bâtiments suffisamment vastes et adaptés à son développement.

 

Frédéric Réveillé a créé son entreprise en 2003, au Parc des Collines, à Mulhouse, dans un entrepôt de 800 m². Il bénéficie alors d'un sérieux coup de pouce de son employeur, Jacob Holms à Soultz. Ce dernier lui propose de diffuser ses bobines de non-tissé de 2ème choix tout en restant salarié à mi-temps. Il paie son premier loyer avec ses économies et embauche deux personnes pour le négoce.

 

banquepopulaire

 

interlogisticpatron
Frédéric Réveillé, gérant de Inter-Logistics. © Pierre-Yves Ratti.

Logistique inversée et e-commerce

 

Pari gagnant : l'activité fonctionne et lui permet lancer une activité de logistique. Car Jacob Holms lui a proposé aussi d'assurer le stockage de bobines pour ses clients.

 

Il occupe alors de petits entrepôts à Burnhaupt, Heimsbrun et Soultz (trois communes du Sud-Alsace), avant de s'installer en 2006 à Cernay, commune à l'ouest de Mulhouse, à l'entrée de la vallée de la Thur.

 

Rapidement, un gros client du secteur bancaire se présente. Il lui confie le traitement de son parc informatique neuf (réception, étiquetage des codes-barres et distribution dans les agences), mais aussi sa « logistique inversée ».

 

« La logistique inversée, c'est-à-dire la récupération du matériel obsolète, nécessite un savoir-faire de pointe dans le traitement informatique ».

 

Pour ce type d'appareil ou DEEE (déchets d'équipements électriques et électroniques), mis en vente après le 13 août 2005, les coûts liés à la collecte et au retraitement sont à la charge du fabricant.

 

Dans ce secteur sensible, il est indispensable que toutes les données soient scrupuleusement effacées de la mémoire des ordinateurs, et ceci définitivement, avant d'être revendus sur le marché de l'occasion. Mission accomplie, semble-t-il, puisque ce client reste fidèle à Inter-Logistic depuis dix ans maintenant. Et l'entreprise a réussi à élargir sa clientele auprès de grands groupes comme Sharp et DHL.

 

A l'issue de ses neuf ans de bail à Cernay, l'entreprise qui cherchait une surface plus vaste trouve à Fontaine, un entrepôt labellisé ICPE (qualité environnementale) de 8000 m2 et la possibilité de s'étendre d'autant dans un local mitoyen.

 

exercice_illegal_boucle

 

interlogisticinterieur
Un entrepôt labellisé ICPE (qualité environnementale).

 

Lors de son dernier bilan, à la fin juin 2015, Inter-Logistic affichait un chiffre d'affaires de 3 millions d'€. Moins que le pic de 4 millions en 2010, mais avec une rentabilité maintenue, affirme le dirigeant. 80% du chiffre d'affaires est effectué avec l'industrie, 20% avec le négoce.

 

Sur les 16 salariés que comptait l'entreprise avant son déplacement en Franche-Comté, seuls trois n'ont pas souhaité rester. Ils ont été remplacés par la titularisation de trois intérimaires.

 

L'entreprise en compte actuellement dix. L'effectif pourrait être porté à 26 salariés d'ici à 2020.

 

Frédéric Rivière compte sur plusieurs axes pour assurer son développement. Bien sûr l'industrie et de nouveaux clients à proximité, la high-tech avec son savoir-faire en logistique inversée, mais aussi les perspectives offertes par les nouveaux sites de e-commerce.

A suivre...

 

interlogistic

 

Autres photos fournies par l'entreprise.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Territoire de Belfort, Franche-Comté, Alsace, logistique, Inter-Logistic, logistique inversée, Frédéric Réveillé

Découvrez également les articles associés :

Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir
Le fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à StrasbourgLe fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à Strasbourg
A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !

Commentez !


Combien font "4 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire