L’Alsacien Bretzel Burgard élargit sa gamme bio et va lancer des produits végétariens et vegan

Publié par Julie Giorgi, le 26 janvier 2018

AGROALIMENTAIRE/BAS-RHIN. Après avoir labellisé l’ensemble de sa production de bretzels – son produit phare – en bio, Bretzel Burgard va lancer cette année une gamme bio en boulangerie et traiteur apéritif.
Le fabricant de Hoerdt, au nord de Strasbourg, souhaite également développer des produits végétariens et vegan.

 

bretzelsburgard
Bretzels Burgard a converti en bio toute la fabrication de ses bretzels, son produit phare. © Julie Giorgi.

 

Depuis le 1er décembre dernier tous les bretzels commercialisés par Bretzel Burgard sont estampillés bio qu’ils soient cuits, crus, ou surgelés. Ils sont disponibles dans les boutiques du fabricant qui en possède treize en Alsace, et en grandes surfaces. Il a fallu un an aux équipes de R&D de la société basée à Hoerdt, au nord de Strasbourg, dans le département du Bas-Rhin, pour finaliser le produit.

 

« Le bretzel demeure un produit simple, mais la typicité de la farine est primordiale. C’était compliqué, mais les équipes ont réussi à élaborer un produit qui ne soit pas sec, qui reste souple et bon », affirme Ondine Mastella, la responsable marketing de Bretzel Burgard. Ce passage d’une partie de la production en bio a également nécessité la formation du personnel, dans l’usine de Hoerdt et dans les boutiques, ainsi qu’un travail sur l’organisation, le stockage, les ordres de fabrication, la signalisation des chariots, etc.

 

Le boulanger n’a pas encore chiffré le montant des investissements à engager dans la production bio car la démarche ne fait que commencer. L’objectif est de se démarquer de la concurrence très nombreuse, surtout en Allemagne, toute proche.

 

cfailorraine

 

Bretzel Burgard ne compte pas s’arrêter aux seuls bretzels bio : dès le premier semestre 2018, une baguette bio sera commercialisée dans ses boutiques. L’entreprise travaille également sur une gamme de traiteur apéritif comprenant des pains surprise et des bouchées apéritives : burgers, hot-dogs, wraps…

 

Pour mettre au point cette gamme, la PME alsacienne travaille en codéveloppement avec d’autres industriels de l’agroalimentaire. Ils seront commercialisés au cours du premier semestre, certains sous la marque Burgard, d’autres en marque de distributeur. Cette activité de sous-traitance représente 45% du chiffre d’affaires de l’entreprise.


Le développement de ces produits et l’achat de matières premières bio a forcément entraîné une hausse des coûts de production que le fabricant doit répercuter sur ses tarifs de vente. Sur la gamme traiteur apéritif bio, il prévoit d’augmenter les prix d’environ 5%, mais sur le bretzel, la hausse n’a pas été significative. En boutique, le produit est passé de 95 centimes à 1 €.

 

Bio et végétarien, des alternatives aux consommateurs

 

burgardaperitif
L'entreprise travaille sur une gamme apéritif bio. © Julie Giorgi.

 

 

« Le bretzel n’est pas un produit de luxe. Nous voulions qu’il reste accessible », explique Ondine Mastella. Cependant, selon les études réalisées, le prix des produits bio ne constitue plus un frein pour le consommateur. Les achats sont en hausse constante : +10% en 2015 et +20% au premier semestre 2016 (source : Linéaire janvier 2017). Et le potentiel est énorme.

 

«  Ce qui freine le plus souvent l’achat d’aliments bio c’est que les consommateurs ne trouvent pas de produits. Sur les produits apéritifs et festifs par exemple, il y a peu d’offres », souligne la responsable marketing. Pour autant, l’industriel alsacien ne veut pas passer sur une production 100% bio. « Nous souhaitons simplement proposer cette alternative aux consommateurs », poursuit-elle.

 

LCR

 

La même démarche conduit à une gamme végétarienne de produits traiteur. Les équipes de R&D ont travaillé sur des mini burgers avec des falafels. Ces produits seront présentés dès cette année sur les salons professionnels. A moyen terme, des produits vegan viendront aussi enrichir les 400 références fabriqués dans l’usine de Hoerdt. En proposant ces innovations, l’entreprise vise notamment les marchés à l’export qui représentent pour l’instant, seulement 2% du chiffre d’affaires. L’objectif est de progresser à 3% cette année.


Avec le passage en bio, Bretzel Burgard qui emploie 200 salariés et prévoit d’embaucher 10 salariés en CDI, parie sur une progression annuelle d’un million d’€ de son chiffre d’affaires qui s’est élevé 23 millions d’€ en 2017. Un pari tenu depuis 2001.

 

Qui est Emmanuel Goetz ?

 

burgarddirigeants
Emmanuel Goetz a racheté l'entreprise en 2001 à la barre du tribunal avc sa femme Nathalie Goetz. Photo fournie par l'entreprise

 

Diplômé d'école de commerce, Emmanuel Goetz est directeur commercial dans l'industrie alimentaire pendant quelques années. En 2001, il décide de racheter l’entreprise Bretzel Burgard SAS à la barre du tribunal avec sa femme Nathalie Goetz, tous les deux étant originaires d’Alsace.
C’est le début d’un essor important, grâce à une large gamme de produits de boulangerie, de traiteur apéritif et de snacking, s’appuyant sur un réseau de distribution directe (boutiques et Internet), et des clients industriels et distributeurs nombreux et fidèles.
Aujourd’hui, Emmanuel et Nathalie Goetz détiennent 60% du capital de l’entreprise, le reste étant partagé entre Unigrains à hauteur de 30 % et Capital Grand Est pour 10 %.

 

burgardbio
Bretzels Burgard veut accroître ses ventes à l'export.© Julie Giorgi.


Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Alsace, agroalimentaire, Grand Est, Bas-Rhin, snacking, produits bio, bretzel, Bretzels Burgard, produits végétariens, Emmanuel Goetz, Nathalie Goetz

Découvrez également les articles associés :

Pourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'OrPourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'Or
Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves

Commentez !


Combien font "1 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire