L'Alsacien Alyos Technology chasse les microbes des revêtements

Publié par Mathieu Noyer, le 21 septembre 2017

BÂTIMENT/HAUT-RHIN. Les champignons ne poussent pas que dans les forêts, ils prolifèrent aussi dans les pièces intérieures… et cette cueillette-là n’a rien d’agréable ni d’aisé.

Le fabricant de revêtements muraux Alyos Technology annonce avoir trouvé un moyen de faire disparaître ces invités indésirés avec des ions d'argent.

La PME haut-rhinoise avait déjà conçu un revêtement à correction acoustique.

 

alyoscuisine
Une technologie suisse à base de ions d'argent donne aux revêtements des vertus antimicrobiennes.

 

Conceptrice de revêtements muraux et de plafonds tendus, Alyos Technology lance sur le marché une version « antibactérienne » de ses revêtements avec une finition à base d’ions d’argent, validé par la société suisse d'analyses Sanitized.

 

« L’apprêt antimicrobien, bactériostatique et fongistatique inhibe de façon déterminante la prolifération des bactéries, levures et champignons », appuie l’entreprise basée à Berrwiller (Haut-Rhin).


La nouveauté est destinée en premier lieu au secteur de la santé, et plus largement à tout type d’équipement collectif qui requiert le respect de règles sanitaires et hygiéniques minimales : cabinets médicaux, hôpitaux, crèches, écoles, maisons de retraite.

 

« Nous n’étions pas complètement absents de ces domaines d’application, mais cette offre nous apporte bien sûr un plus », souligne Didier Claudel, président d'Alyos Technology. Le dirigeant est arrivé il y a trois ans à la tête de l’affaire qu’il a reprise à Michel Waller, le fondateur en 2006.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

Le dernier produit mis sur le marché illustre bien l’évolution technologique d’Alyos qui a ouvert de nouveaux horizons à cette PME de 12 salariés (2,5 millions d’€ de chiffre d’affaires en 2016).

 

Le virage remonte à quatre ans avec la mise au point d’un revêtement à fonction de « correction acoustique » : non pas l’isolation phonique, mais la capacité à absorber le son dans une pièce pour l’atténuer, le rendre plus feutré, en diminuer la réverbération.


Le produit utilise les mêmes matériaux que la gamme standard d’Alyos, à savoir un tissu en fibre polyester revêtu d’une enduction en polyuréthane. Une formulation spécifique de la surface extérieure, pour la faire ressembler à une mousse, donne les propriétés acoustiques particulières. « Le top de ce qu’il est possible de faire », s'enthousiasme Didier Scheidecker, directeur commercial (*).


Hôtels, restaurants, espaces commerciaux

 

alyosambiancebois
Les revêtements à correction acoustique  ont ouvert de nouveaux marchés à la PME, au départ positionnée sur le particulier.

 

Ce produit a généré un tournant sur les marchés de l'entreprise. « A l’origine, Alyos était positionnée presque exclusivement sur le particulier, pour de la rénovation. Avec la solution de correction acoustique, nous avons ajouté le tertiaire, en neuf », rappelle Didier Claudel.

 

Hôtels, restaurants (l’étoilé Bras à Laguiole, un restaurant d’entreprise de L’Oréal), espaces commerciaux, centres aquatiques, bâtiments publics (l’hôtel de ville de Montpellier) et même les paquebots sortis des chantiers de Saint-Nazaire n’ont pas manqué de l’adopter.


Les autres nouveautés régulièrement développées touchent surtout à l’esthétique. Tous les types de motifs peuvent s’imprimer sur les toiles Alyos, par l’impression UV ou latex ou encore par la technique de la sublimation, qu’on peut comparer à la décalcomanie.


Au total, l’activité dans le non-résidentiel, qui génère une plus forte valeur ajoutée, représente environ 60 % du chiffre d’affaires. Le neuf occupe la même proportion, puisqu’Alyos estime qu’il procure les deux-tiers de ses débouchés dans le tertiaire.


Comme on s'en doute, ce n’est pas avec ses 12 salariés qu’Alyos peut tout faire. Depuis Berrwiller, la PME conçoit les toiles et les profilés. Elle sous-traite la fabrication des éléments à des partenaires qui représentent un effectif cumulé d’une trentaine de personnes.

 

banniere-635x102

 

La distribution est organisée selon deux types de canaux. Pour les particuliers, Alyos fait appel à des poseurs qu’elle agréé et forme. On y compte par exemple des peintres et les derniers tapissiers-décorateurs.

 

« Nous avons un « portefeuille » de 250 revendeurs poseurs, plus ou moins actifs. Pour ce marché, nous poursuivons l’objectif d’une couverture nationale », précise Didier Scheidecker.


Sur le marché des professionnels, le réseau est constitué d’une cinquantaine d’artisans du second œuvre : plaquistes, installateurs de plafonds, menuisiers… « Nous le complétons en cherchant des prescripteurs : architectes, bureaux d’études techniques et acoustiques, architectes d’intérieur, designers », ajoute le responsable commercial.

 

lyosdirigeants
Didier Claudel, président d'Alyos Technology (à droite) et Didier Scheidecker, directeur commercial. © Traces Ecrites.

 

Le terme de « plafond tendu » fait immédiatement penser, dans le Haut-Rhin, à une autre société, plus grande, qui a bâti sa réputation et sa prospérité sur ce produit : Barrisol à Kembs. Alyos en serait-il alors le « petit » challenger inavoué ? Pas vraiment, estime ses dirigeants.

 

Le procédé est différent – pose à chaud à Kembs, à froid à Berrwiller. « Notre positionnement, c’est d’abord de proposer une alternative aux revêtements classiques comme les plaques de plâtre », indique Didier Claudel.

 

(*) Le coefficent d’absorption se mesure en « alpha W » qui va de 0 (réverbation maximale) à 1 (absorption complète), les produits Alyos se situent entre 0,5 et 1.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Environnement
Innovation

Mots-clés : bâtiment, Haut-Rhin, Grand Est, Alyos Technology, isolation acoustique, Didier Claudel

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale

Commentez !


Combien font "5 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire