ToasterLab, l’accélérateur du pôle de compétivité Vitagora courtise ses start-up dans le monde entier

Publié par Didier Hugue, le 16 mars 2018

INNOVATION. ToasterLab, l’accélérateur labélisé FoodTech du pôle de compétitivité Vitagora, et judicieusement dénommé naguère AcceleRise, élargit son rayon d’action au monde entier. Sa troisième promotion accueille deux jeunes pousses en provenance de Thaïlande et du Portugal.

La formule semble efficace : moyennant une somme forfaitaire de 5.000 € sans aucune prise de participation en fonds propres, elle accompagne aussi bien les start-up, les PME que les intrapreneurs, ces personnels détachés de grands groupes sur un projet innovant.

 

Le programme d’accélération du ToasterLab s’étale sur une année avec trois premiers mois intenses, à raison d’une réunion par semaine, où sont décortiquées toutes les fonctions d’une entreprise. « Nous personnalisons ensuite pour chaque cas en trouvant les bons interlocuteurs qui travaillent avec le pôle suivant les besoins exprimés », précise Claire Van Overstraeten, co-responsable de ToasterLab.

Avec un recul de plus d’une année et treize accompagnements à son actif, l’accélérateur du pôle de compétitivité Vitagora - pour une alimentation saine, savoureuse et durable - ne déplore aucun échec. Quatre entreprises témoignent de son efficacité.

 

pvfinpi

 

 Atelier Sarrasin et la garantie sans gluten

 

ateliersarrasin
© Atelier Sarrasin.

 

• Nicolas Crabot et Benoît Wartel ne regrettent en rien de défendre une alimentation plus végétale. Surtout depuis qu’ils ont repris fin 2014 la société Atelier Sarrasin, implantée à Montbard (Côte-d’Or) et qui produit à partir de farine de sarrasin - improprement baptisé blé noir - des biscuits, des galettes et des chips.

Grâce à un process propre qui ne conserve que la graine de cette plante mellifère - dont le nectar attire les abeilles -, ils livrent dans 750 points de vente, estampillés bio, avec des produits garantis sans gluten.

« ToasterLab a permis de comprendre les enjeux du financement, d’asseoir une feuille de route et d’entrer dans un réseau », assure Nicolas Crabot. Une aide précieuse lorsqu’il s’est agit d’acheter un atelier en Bretagne spécialisé dans la galette au « blé noir ». L’entreprise emploie six personnes et vise le million d’€ de chiffre d’affaires cette année.

 

banquepopmars
 

 Aveine et le vin est tout de suite à boire

 

aveine
© Aveine.

 

• Après trois levées de fonds depuis fin 2016, à hauteur globale du million d’€, et un peu plus de la moitié dépensée à mettre au point un aérateur de vin connecté, qui permet sans décantation un service immédiat, Aveine atteint ce mois de mars 2018 le stade des préventes.

Un scan de l’étiquette de la bouteille renseigne une application connectée en bluetooth, via un smartphone, à un aérateur standard : vin blanc ou rouge, cépage, appellation, cru, millésime. L’algorithme calcule et règle la quantité d’air à faire pénétrer dans le liquide.

Repérée par le MHLab78 du groupe de luxe LVMH, pour lequel elle déclinera ses innovations, la start-up parisienne cible la clientèle des viticulteurs, sommeliers, œnologues, bars à vin et restaurateurs.

« L’accélérateur de Vitagora nous a apporté la connaissance du milieu agroalimentaire et tout son environnement, ainsi que les circuits clés de financement qui nous étaient particulièrement adaptés », indique Nicolas Naigeon, le président d’Aveine (13 salariés). 

 

cdjura 

Les Fruits de la Terre et l'alternative aux produits carnés

 

lesfruitsdeterre
© Les Fruits de la Terre.

 

• La vitalité de Charlotte Alix, fondatrice de la start-up lyonnaise Les Fruits de la Terre tient-elle à une consommation régulière de ses steaks à base de farine d’un insecte bien précis : le ténébrion meunier ou ver à farine ?

Élaboré avec l’institut Paul Bocuse et le chef Florent Boivin, meilleur ouvrier de France (MOF), ce nouveau produit, suivi bientôt d’une quenelle, n’est pas encore autorisé à la vente.

Mais la jeune femme espère assez vite les autorisations, car riche en protéines, omégas 3,6 et 9, ainsi qu’en vitamine B12, cette farine qui donne des mets au goût de fruits à coque et de noisette grillée, est, à ses yeux, une bonne alternative aux produits carnés, très peu écologiques.

« ToasterLab est l’endroit parfait pour prendre du recul sur son business, se projeter à moyen et long terme et bien analyser toutes les phases d’industrialisation comme de commercialisation », commente Charlotte Alix, qui sait que la barrière psychologique que constitue la consommation d’aliments à partir d’insectes ne sera guère facile à lever dans beaucoup de milieux.

 

LCR

 

Kuantom et le cocktail sans effort

 

kuantom
© Kuantom.

 

• Après trois années de R&D intense et pas d’un million d’€ dépensé, Kuantom finalise les derniers tests de sa machine à cocktails connectée - dites plutôt mixologue.

Distinguée à de nombreuses reprises et intégrée elle aussi au MHLab78 du groupe de luxe LVMH, la start-up parisienne n’entend pas se substituer à un barman spécialiste du genre, mais cible les organisateurs d’événements, les traiteurs, les bars et restaurants ainsi que de nombreux autres lieux de convivialité.

Baptisé Orkestra, l’innovation se présente en trois éléments, le mixeur-verseur, six flacons contenant les ingrédients qui le surmontent et une tablette digitale servant de carte. La recette choisie, il suffit de placer les bons flacons et la boisson est prête au millilitre prêt en quelques seconde, émulsion comprise.

« ToasterLab a été précieux en termes d’entrepreneuriat, d’écosystème agroalimentaire, de propriété intellectuelle et de stratégie de marque », témoigne Valentin Lecomte, président de Kuantom qui espère réaliser une vingtaine de millions de chiffre d’affaires d'ici à 5 ans.

 

En savoir plus sur le secteur agroalimentaire en Côte-d’Or en cliquant sur le logo

 

invest



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Innovation

Mots-clés : Vitagora, accélérateur d'entreprises, Bourgogne Franche-Comté, Kuantom, L'Atelier Sarrasin, Aveine, Toaster Lab , Les Fruits de la Terre

Découvrez également les articles associés :

Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir
Le fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à StrasbourgLe fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à Strasbourg
A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !

Commentez !


Combien font "5 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire