L’accélérateur C2IME a suscité 146 millions d’euros d’investissement dans les PME lorraines

Publié par Philippe Bohlinger, le 28 juin 2017

INNOVATION/MOSELLE. En l’espace de deux ans, l’accélérateur lorrain C2IME (Commissariat d’investissement à l’innovation et à la mobilisation économique) à Metz a accompagné 111 projets innovants de PME dans les secteurs des matériaux, de l’énergie et des procédés.

Ils auraient généré 146 millions d’€ d’investissement dans des programmes industriels.

Illustration avec la société mosellane Boucherez qui veut lancer une offre globale de chauffage/climatisation à destination des syndics de copropriété et hôteliers.

 

boucherez
L’entreprise Boucherez accélérée par le C2IME a notamment réalisé le lot plomberie, chauffage, ventilation et climatisation (CVC) du futur centre commercial Muse à Metz. © Boucherez.

 

Au sein de la galaxie des « accélérateurs » de projets innovants, le lorrain C2IME (Commissariat d’investissement à l’innovation et à la mobilisation économique) cultive sa singularité.

 

Cette structure créée en 2015 à Metz et soutenue par la Région Grand-Est, a choisi de se focaliser sur l’accompagnement des PME dans les secteurs des matériaux, de l’énergie et des procédés.

 

Son modèle original s’appuie sur « une expertise collective et contradictoire » livre Jean-Yves Le Déault, président du C2IME, ancien député de Meurthe-et-Moselle et président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques.

 

Concrètement, les dossiers sont « pitchés » devant un comité d’accélération d’une cinquantaine d’experts représentant les chambres consulaires, laboratoires universitaires, structures de transfert de technologies, business-angels, industriels, etc.

 

A raison de cinq dossiers par session, le C2IME estime que ses comités mensuels ont conduit à accélérer 111 projets soit 891 emplois créés et 146 millions d’€ investis dans des programmes industriels.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond


L’accélérateur lorrain qui s'est récemment rapproché de la Banque populaire d’Alsace, Lorraine, Champagne  pour son expertise financière (Lire ici) est dirigé par Joël Berger, ancien directeur du pôle de compétitivité Materalia et ancien directeur général des services du conseil régional de Lorraine.

 

Actif sur le périmètre des 4 départements lorrains (Meurthe-et-Moselle, Meuse Moselle, Vosges), le C2IME a soutenu plusieurs entreprises/start-ups emblématiques du territoire. Il a contribué au lancement de l’entreprise spécialisée dans la production d’insectes pour l’alimentation humaine Alim’Ento à Faulquemont (Moselle).

 

Il a accompagné la modernisation des process de fabrication des moulins à épices de De Buyer Industries au Val d’Ajol (Vosges). Le C2IME a également aidé à l’élaboration de la solution mobile de captation et diffusion de vidéo de CitizenCam (Meurthe-et-Moselle), etc.

 

L’entreprise Boucherez à Jouy-aux-Arches (Moselle) a récemment sollicité son expertise. La PME spécialisée en plomberie, chauffage, ventilation et climatisation (CVC) avait besoin d’appui pour lancer une offre innovante…

 

banniere-635x102

 

« Nous allons évoluer vers une économie de la fonctionnalité où on ne commercialisera plus une chaudière, mais un confort de température. Notre objectif est d’apporter un service global comprenant le diagnostic des besoins, l’usage de l’équipement, son entretien et son remplacement dès lors que les performances ne sont plus atteintes  », détaille Benoît Lambert, président de la PME mosellane.

 

La société a présenté son projet en 10 minutes au comité d’accélération du C2IME en janvier 2017. « Le comité nous a interrogé sur la maturité de notre marché qui nous semble plutôt bonne en ce qui concerne les collectivités. Il nous a ouvert des contacts avec l’Ademe, Engie, etc. Un investisseur privé s’est également montré intéressé », poursuit le dirigeant.

 

L’accélérateur va également apporter son expertise juridique dans la perspective de lancer une offre auprès des syndics de copropriété et des hôteliers d’ici la fin de l’année.

 

lambertQui est Benoit Lambert ?

 

Benoit Lambert, 50 ans, a quitté ses fonctions de directeur financier au sein du distributeur spécialisé Brossette (groupe Saint-Gobain) pour reprendre Boucherez en 2008.

Avec Laurent Boucherez, petit-fils du fondateur, il a développé la PME spécialisée en plomberie, chauffage, ventilation et climatisation (CVC).

« L’entreprise intervenait essentiellement sur les marchés du logement et de la réhabilitation. Nous l’avons ouverte sur les secteurs du tertiaire et de l’hospitalier », résume Benoit Lambert, président de Boucherez.

Les deux associés ont créé un bureau d’études et porté les effectifs de 45 à 160 personnes réparties dans six sociétés. Celles-ci affichent un chiffre d’affaires cumulé de 25 millions d’€.

Parmi les chantiers emblématiques de Boucherez figure le lot CVC-plomberie du centre commercial Muse à Metz (5 millions d’€ HT). La livraison des 37.000m² de surfaces commerciales est attendue fin 2017.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Innovation

Mots-clés : Grand Est, accélérateur d'entreprises, Moselle, CitizenCam, C2IME, De Buyer, Alimen’Ento, Boucherez, chauffage ventilation

Découvrez également les articles associés :

Pourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'OrPourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'Or
Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves

Commentez !


Combien font "10 plus 3" ?

Envoyer votre commentaire