Traces Ecrites News, le club
  • CEN Group
  • Brassserie de Vézelay
  • Specific log
  • Atelier PANEL

Le Jurassien Tech Power electronics connecte une triple stratégie industrielle

Publié par Didier Hugue, le 18 avril 2016

ELECTRONIQUE/JURA. Pour demeurer compétitif en électronique, il faut aussi bien respecter un cahier des charges, co-développer que savoir innover.

L’entreprise de Salvatore Gora à Courlaoux, dans le Jura, pratique les trois avec ses solutions d’industrialisation, ses offres personnalisées et ses produits propres.

Portrait d’une entreprise qui mise également sur le collaboratif en abritant un institut ouvert sur l’extérieur.

 

bobinage
Bobinage dans une des unités roumaines. (Photo fournie).

 

L’accueil est chaleureux au point de souhaiter, par écran interposé, la bienvenue aux visiteurs du jour. Une manière aussi d’informer le personnel des nouvelles têtes qui déambulent dans les bureaux et ateliers.

 

Et c’est vrai qu’on se sent immédiatement à l’aise dans cette entreprise d’électronique, née de la fusion de plusieurs et regroupée à Courlaoux (Jura) en 2008. A sa tête, Salvatore Gora qui prend un réel plaisir à expliquer son métier.

 

Version purement jurassienne, Tech Power Electronics s’appuie sur une centaine de personnes, dont 42 à la production de cartes électroniques et convertisseurs d’énergie, mais également de composants bobinés : transformateurs et inductances.

 

En Roumanie, où elle possède deux sites et emploie 300 salariés, l'entreprise réalise également des cartes électroniques, des transformateurs et inductances ainsi qu’un bobinage très spécifique pour l'avionique.

 

banquepopulaire

 

« Nous venons de remettre à niveau ces unités en investissant 1,2 million d’€ dans les bâtiments et 3 millions en matériel pour nous doter notamment de machines automatisées dédiées au bobinage et au placement de composants », explique Salvatore Gora.

 

Petites et moyennes séries

 

L’ensemble pèse 17 millions d’€ de chiffre d’affaires et défend une électronique à produits complexes, support technique important et de petites et moyennes séries. « Car il n’est pas question de lutter avec les grandes séries à la chinoise », avoue le dirigeant.

 

bobinagejura
Bobinage à Courlaoux. ©Traces Ecrites.

 

Son développement régulier repose sur une triple stratégie. Tech Power peut non seulement industrialiser à partir d’un cahier des charges fournies, comme des séries limitées pour le nucléaire ou le spatial.

 

la PME co-développe des solutions avec une partie de sa clientèle en s’appuyant sur son bureau d’études de 17 personnes.

 

L’électronicien imagine par ailleurs des produits propres, comme des blocs de secours très designés et de nouveaux composants. « Nous tendons à ce que 50% de notre activité soient liés à des mises au point maison, comme en attestent les 38 000 heures consacrées à la R&D en 2015 », indique Salvatore Gora.

 

Une clientèle de grands groupes parmi lesquels : SNCF, Schneider, Safran, ou encore Thales apprécie, d’autant que les normes imposées contraignent l’entreprise à disposer d’un parc d’équipements toujours plus performant.

 

exercice_illegal_boucle 

 

Tech Power a voulu aller encore plus loin en installant dans ses locaux mais à l’écart, un institut de recherche et de formation ouvert sur l’extérieur. « Nous réfléchissons sur de nouveaux matériaux, à améliorer nos process, à faire évoluer notre personnel et travailler avec d’autres : entreprises comme grandes écoles. »

 

Un bon moyen de s’ouvrir l’esprit.

 

salavatoregora
©Traces Ecrites.

Qui est Salvatore Gora ?

 

Ce ch'ti de 52 ans, né à Arras, est titulaire d’un diplôme d’ingénieur en électronique et d’un DESS administration des entreprises. Il commence sa carrière comme ingénieur d’études dans un laboratoire du CNRS.

 

Il migre ensuite pour reprendre en 1991 une entreprise dans la somme. Son arrivée dans le Jura date de 1998 pour épauler Pulse, une société américaine, à intégrer une activité locale. Salvatore Gora monte progressivement en grade pour occuper le poste de directeur commercial Europe.

 

L’éclatement de la bulle Internet entraînant une perte de moitié du chiffre d’affaires lui impose de faire le ménage parmi les troupes ce qu’il n’apprécie pas. Il quitte Pulse en 2004, rachète deux sociétés jurassiennes qui deviendront Tech Power trois ans plus tard.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Formation, Jura, électronique, Tech Power Electronics, Bourgogne Franche-Comté, Salvatore Gora

Découvrez également les articles associés :

Pourquoi lancer un Club Traces Ecrites NewsPourquoi lancer un Club Traces Ecrites News
Forte de l’IGP Choucroute d’Alsace, la choucrouterie Le Pic pense doubler ses ventes à l’exportForte de l’IGP Choucroute d’Alsace, la choucrouterie Le Pic pense doubler ses ventes à l’export
La Haute-Saône démontre à Vesoul qu’elle est une terre d’industries qui recrutent à tour de bras   La Haute-Saône démontre à Vesoul qu’elle est une terre d’industries qui recrutent à tour de bras
L’innovation fait le bonheur de Packmat, numéro un français des engins pour l’environnementL’innovation fait le bonheur de Packmat, numéro un français des engins pour l’environnement

Commentez !


Combien font "3 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire