Jura : Henri Maire revisite son vignoble et ses vins

Publié par Didier Hugue, le 08 avril 2014
L'une des caves ou vieillit l'or du Jura, son Vin Jaune.
L'une des caves où vieillit l'or du Jura, son Vin Jaune.

VIN. Sous l’impulsion de Patrick Coupier, repreneur de la célèbre maison de vins jurassiens en juin 2010, Henri Maire renaît.

Mieux, l'entreprise vit une véritable révolution : replantation de vignes, nouveau matériel de vinification, embauche de VRP…

Finalité : faire rayonner les vins du Jura en France et bientôt, aux quatre coins de la planète, mais dans le respect des valeurs fondatrices qui remontent à une certaine année 1939.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Patrick Coupier est un dirigeant toujours pressé, mais fort bien organisé. Il faut dire qu’il doit partager son emploi du temps entre le Jura et la Bourgogne, où l’an dernier le patron de la célèbre maison de vins jurassiens s’est offert les maisons de négoce Dufouleur et Labouré-Roi, toutes deux situées à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or).

Henri Maire, bien qu’il ne l’avoue pas, demeure toutefois sa grande Affaire. Déjà, parce que l’emblème viticole du Jura n’allait pas bien lors de son rachat en juin 2010 par son fonds d'investissement (Verdoso). Ensuite, parce que ce dirigeant avisé sait qu’il possède là une pépite à juste refaire briller.

Alors, Patrick Coupier met le paquet pour lui redonner toutes ses lettres de noblesse : embauche d’un oenologue de talent en la personne d’Emmanuel Laurent à la direction technique, investissements, replantation de vignes et renforcement drastique de la force commerciale.

« Nous injectons tous les ans 500 000 € dans notre vignoble de 300 hectares qui représente 16% de celui du Jura et 33% des AOC Arbois et, sur plusieurs années, près de 2 millions dans notre outil de vinification en cuves, pressoirs, futaille, tables de tri... », explique le P-DG d’Henri Maire.

Patrick Coupier est un repreneur et un développeur d'entreprises.
Patrick Coupier est un repreneur et un développeur d'entreprises.

La force d’un groupe

A ces stratégies, foncière et industrielle, s’en ajoute une autre. Henri Maire, société cotée, a pour grande particularité de pratiquer la vente à domicile, via un réseau de 250 VRP, et 300 à 350 à terme.

Un concept que l’on croyait démodé à l’heure d’Internet, mais qui fonctionne toujours très bien.

« Une commande moyenne de vin Henri Maire atteint 450 €, avec un taux de fidélité de plus de 70% à l’issue de la seconde, et l’entreprise a livré 43% de nouveaux clients en 2013 », affirme le chef d'entreprise.

Avec la mise en place d’une politique de recrutement et d’aide au marketing, ce sont encore 700 000 € qui sont dépensés annuellement.

« Nous avons aussi beaucoup réfléchi à pratiquer la vente en réunion, le modèle est prêt et nous le lancerons bientôt », argumente Patrick Coupier.

Henri Maire (18 millions d’€ de chiffre d’affaires attendu cette année), dont le groupe Boisset est actionnaire minoritaire à hauteur de 35%, optimise les récentes acquisitions bourguignonnes.

Avec Dufouleur, la maison de vins s’appuie sur un plateau de télévendeurs où six personnes s’occupent uniquement des vins jurassiens et, grâce à Labouré-Roi, elle va pouvoir exporter comme cela a déjà été le cas avec une très belle commande Vin Jaune pour la Chine.

Henri Maire exploite 300 hectares de vignes dans le Jura.
Henri Maire exploite 300 hectares de vignes dans le Jura.

« Tous les chantiers sont lancés, il ne nous reste plus qu’à en récolter les fruits », assure Patrick Coupier.

Des fruits qui devraient amener l’entrepreneur à asseoir un chiffre d’affaires global de 70 à 80 millions d’€ dans un avenir prochain, contre 45 millions aujourd’hui.

Crédit photos : Henri Maire.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Franche-Comté, Jura, Vin, Arbois, vignoble, viticulture, Henri Maire, vente à domicile, Labouré Roi, Patrick Coupier, Dufouleur

Découvrez également les articles associés :

Troyes : Remondis investit pour recycler plus et mieux nos déchets électriques et électroniquesTroyes : Remondis investit pour recycler plus et mieux nos déchets électriques et électroniques
En Franche-Comté, Quelet fait le pari des matériaux composites dans l'industrieEn Franche-Comté, Quelet fait le pari des matériaux composites dans l'industrie
Salzgitter Mannesmann Stainless Tubes investit 11 millions d’€ sur son site de MontbardSalzgitter Mannesmann Stainless Tubes investit 11 millions d’€ sur son site de Montbard
En Alsace, Agriline veut franciser ses fournisseursEn Alsace, Agriline veut franciser ses fournisseurs

2 réponse(s) à "Jura : Henri Maire revisite son vignoble et ses vins "

  1. Isa2607dit :

    J'ai assisté à un entretien avec un commercial de chez eux c'est une honte, de la vente limite forcée avec au départ un passage pour un soit disant cadeau et quand meme un premier lot proposé à un prix exceptionnel de 600€ et puis face au refus on propose une commande pour "marquer" le passage, 46€... oui mais 4 fois 46€ pour 3 bouteilles de 37.5cl et une bouteille en cadeau... La classe... la honte... d'en arriver là.

  2. François-Xavier DUFOULEURdit :

    Il faut encore une fois préciser qu'Henri Maire n'a racheté QUE la marque Dufouleur Père & Fils qui n'est pas la seule à porter ce patronyme originaire de Nuits-Saint-Georges. Au moins 3 autres exploitations viticoles continuent d'exister sous ce nom, qui sont elles restées sous le contrôle de différentes branches de la famille Dufouleur, notamment Dufouleur Frères à Nuits-Saint-Georges.

Commentez !


Combien font "3 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire