Traces Ecrites News, le club
  • Atelier PANEL
  • CEN Group
  • Utinam
  • Myral

Inventiva sauve l'ADN des laboratoires Fournier

Publié par Christiane Perruchot, le 03 septembre 2012

PHARMACIE. Encore une semaine, et les locaux des anciens laboratoires pharmaceutiques Fournier à Daix (21), près de Dijon, auront retrouvé leur activité de recherche condamnée à mort par leur dernier propriétaire, le groupe américain Abbott.

«La relance d'une animalerie destinée à tester les médicaments, comme le travail sur les cellules nécessite une série d'autorisations», précise Frédéric Cren, le nouveau P-DG.

Ancien directeur général de la recherche des laboratoires Fournier, il vient de créer avec le docteur Pierre Broqua, précédemment directeur de la recherche du site de Daix, la société Inventiva.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Dédiée à la mise au point de nouveaux médicaments, la biotech illustre la mutation du  secteur de la pharmacie. Comme Abbott qui avait racheté les laboratoires Fournier à Solvay en 2010 - lire ici -,plusieurs groupes pharmaceutiques abandonnent le développement de médicaments au profit de sociétés externes. Les sommes colossales investies pour aboutir à une molécule commercialisable, impactent trop leur bilan.

«Nous partageons les mêmes risques que les groupes pharmaceutiques, mais les profits ne sont pas notre première préoccupation», affirme Frédéric Cren. Tout comme le docteur Broqua, il a investi ses économies dans une SAS au capital de 100 000 € qu'il ouvrira aux salariés au gré des besoins en fonds propres.

En quête d'un repreneur depuis deux ans, Abbott a finalement accepté la solution interne (1) en l'épaulant largement. Le groupe a cédé ses actifs constitués de 12 000 m2 de laboratoires et de leurs équipements, ainsi qu'une bibliothèque de 230 000 molécules.

Un matériel «ultra-moderne» qui permet de disposer de toutes les compétences d'une biotech, «de l'identification des cibles à la pharmacologie en passant par quatre plateformes de tests robotisées», précise Pierre Broqua, directeur général.

Abbott cède par ailleurs la propriété intellectuelle de deux programmes de recherche, l'un sur la maladie de Parkinson en phase de développement préclinique, l'autre sur le diabète, à un stade moins avancé.

Jugées non prioritaires par le pôle pharmaceutique d'Abbott, dont le siège est à Bâle (Suisse), ces innovations  pourront être vendues à d'autres industriels de la pharmacie. Inventiva veut en revanche s'en faire une spécialité, aux côtés des thérapies contre les maladies auto-immunes et de l'oncologie.

D'ici 5 ans, l'entreprise pense engendrer 15 millions d'€ de contrats avec d'autres groupes pharmaceutiques, des biotechs ainsi que des équipes universitaires. Les dirigeants d'Inventiva espèrent bien intégrer «l'écosystème de recherche» basé à Dijon, avec le CHU, le centre de traitement contre le cancer Leclerc et le GIE Pharmimage.

Près d'un quart des anciens effectifs

D'ici là, Abbott partagera les dépenses de développement de ses anciens programmes de recherche, afin d'alléger les frais fixes de la jeune pousse.

En contrepartie, Inventiva réembauche, pendant au moins trois ans et aux mêmes conditions de salaire, 72 des 311 salariés qu'employait Abbott jusqu'au 31 août dernier. Dix recrutements externes complèteront prochainement l'équipe constituée d'une vingtaine de chercheurs et de 40 techniciens spécialisés.

L'accompagnement d'Inventiva complète les obligations sociales du groupe américain qui, avec 50 départs en pré-retraite, laisse sur le carreau près de 200 personnes.

Âprement négocié selon les syndicats, le plan social prévoit un congé de reclassement d'une durée de 12 à 24 mois à hauteur de 75% du dernier salaire et une convention de reconversion de trois ans pouvant atteindre 8000 euros par an.

Ces prochaines semaines, Abbott signera avec l'Etat un contrat de revitalisation - destiné à favoriser l'embauche par des PME locales d'ex salariés de Fournier -, qu'il financera à hauteur d'un million d'euros pendant 5 ans.

«Pour les personnels administratifs et scientifiques, le bassin d'emploi de Dijon est plutôt sinistré», confie Jacques Amiot, délégué CFDT.

Photos : Traces Ecrites

(1) Jean-luc Paquet a finalement renoncé à s'associer à ses deux anciens collègues.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Dijon, Bourgogne, recherche, industrie pharmaceutique, Laboratoires Fournier, Abbott, pharmacie, Inventiva

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse
A Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainieA Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainie
A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI

Commentez !


Combien font "8 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire