Ils innovent en Bourgogne - Franche-Comté et dans le Grand Est : Venathec, groupe PM et Gemecod

Publié par Traces Ecrites News, le 17 février 2017

INNOVATION/EST. Pour réduire les nuisances sonores, le Lorrain Venathec invente le pilotage acoustique intelligent des parcs éoliens.

En prévision de la Réglementation Thermique (RT) 2020, le fabricant bourguignon de menuiseries PM (Pacotte et Mignotte) se lance dans les fenêtres intelligentes.

Le Saône-et-Loirien Gemecod met au point la serrure connectée à grande distance, avec un brevet à la clé sur la sécurisation des données.


- Venathec invente le pilotage acoustique intelligent des parcs éoliens.

 

venathec
Cet appareil mesure les nuisances sonores des turbines éoliennes en temps réel. © Vénathec.

 

Le bureau d’études acoustiques Venathec à Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle) Venathec lance courant 2017 la commercialisation d’iEar, une technologie capable d’estimer les émergences sonores des parcs éoliens en temps réel pour limiter les nuisances des turbines, sans en grever la productivité.

« Nous sommes passés de la photographie à la vidéo acoustique », illustre Patrice Cornu, président. Les plans de bridage (afin de respecter les normes acoustiques) actuellement utilisés sur toute la durée de vie des parcs sont définis à partir des contrôles réalisés sur une à deux semaines.
Venathec estime qu’iEar serait particulièrement efficace pour des parcs éoliens dont les plans de bridages entraîneraient plus de 5% de pertes électriques. Le bureau d’études annonce pouvoir récupérer 40% des déperditions avec un système réglé de manière optimale.
Concrètement, un ou deux sonomètres positionnés dans les propriétés les plus impactées communiquent leurs mesures à la « box » placée directement dans le poste de livraison du turbinier. Outre le saut technologique nécessaire à l’identification en temps réel du critère sonore émergent, Venathec (70 salariés dans 14 agences) a dû gagner la confiance d’industriels et obtenir l’autorisation d’accéder à l’intelligence interne des turbiniers. « Trois années de négociation », résume le dirigeant.
Le dispositif a été testé sur un parc éolien du groupe Vestas exploité par Engie dans la Marne. L’entreprise vise une trentaine de parcs d’ici deux ans en commercialisant sa solution auprès des exploitants, mais aussi en marque blanche auprès des turbiniers qui pourraient en doter leurs équipements. P.B.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond


- En prévision de la Réglementation Thermique (RT) 2020, le fabricant bourguignon de menuiseries PM (Pacotte et Mignotte) se lance dans les fenêtres intelligentes.

 

pacotte
Démonstration d'Emmanuel Chevasson, P-DG de PM au salon de l'habitat de Dijon. © Sensation Web.


Le menuisier Pacotte et Mignotte (PM) à Dijon ajoute le métier d’électricien à ses compétences de fabricant de menuiseries et autres ouvertures en PVC, bois et aluminium.
Au salon de l’habitat de Dijon, début février, Emmanuel Chevasson a présenté ses premières gammes de domotique, tout juste mises au point grâce à l’embauche d’un électronicien et la concentration, sur ce projet, du directeur du développement.
L’entreprise a choisi les solutions de Somfy, l’un des leaders mondiaux de la motorisation, de l'automatisation des ouvertures, pour équiper portes, fenêtres et volets.
« Nous nous préparons ainsi à la Réglementation Thermique 2020 », indique Emmanuel Renault, directeur du développement. Le fabricant va plus loin que la fermeture automatique des volets et fenêtres sur ordre d’un commande, directe ou à distance. Des capteurs de température installés sur les murs enclenchent automatiquement l’ouverture des fenêtres le soir, lorsque la température extérieure devient plus fraîche que la température intérieure ; et vice versa, les fenêtres se referment au petit matin avant les fortes chaleurs.
La PME adapte aussi son catalogue à la sécurité. Il vient de doter une porte d’une serrure digitale qui donne l’autorisation d’ouverture uniquement sur empreinte digitale. La commande depuis un smartphone ou une tablette accorde des autorisations provisoires : ainsi plus besoin de prêter des clés à son voisin en partant en vacances…
L’exposition des premières gammes intelligentes au tout nouveau showroom à l’usine, dans la zone CapNord, a vocation à familiariser le grand public. C.P.

 

Gif_articles

 

- Gemecod met au point la serrure connectée à grande distance avec sécurisation des données.

 

gemecod
© Traces Ecrites.

 

Nombreux s’y essayent et nombreux tombent sur un os. Car développer la technologie pour ouvrir une serrure à une distance de 5 mètres n’est pas la même chose que d’offrir cette possibilité d’un bout à l’autre de la planète.

Né en décembre 2015, la société Gemecod, implantée à Saint-Christophe-en-Bresse (Saône-et-Loire), s’apprête à lancer une serrure connectée à grande distance et sécurisation des données.  « Nous sommes d’ailleurs détenteur d’un brevet sur ce dernier point », indique Jacques Leneveu, associé à Brigitte Desbos.

Leur serrure complète avec son boitier piloté par une application, via un smartphone, un badge (RFID) ou une télécommande, utilise le mode de transmission (radio) par wifi et beaucoup plus rare par LoRa. Un particulier peut connecter jusqu’à 64 serrures et les entreprises des tranches de 150.

Les utilités : gérer les urgences d’ouverture de porte, liées la chute d’une personne âgée ou le début d’un incendie. On peut également avec leur innovation autoriser en fonction de certains jours et certaines heures l’accès d’un personnel d’entretien.

Pour une entreprise ou un loueur saisonnier de bureaux ou de résidences, il s’agit d’éviter, non seulement le casse-tête de la gestion et du coût de la multiplication des clés, mais aussi optimiser le planning des locations. Épaulée par l’incubateur Premice, Bpifrance et le Conseil régional de Bourgogne - Franche-Comté, l’entreprise finalise en ce moment les tests sur les capteurs de porte qui assurent une fermeture totale.

L’investissement en R&D atteint les 500.000 €. « Nous ciblons les revendeurs professionnels et les gestionnaires de biens immobiliers », indique Brigitte Delbos. Gemecod fonctionne avec 3,5 postes de travail et cible à terme un chiffre d’affaires d’1,5 million d’€. D.H.

 

appligemecod
© Traces Ecrites.


Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Innovation

Mots-clés : menuiserie, Dijon, Grand Est, Pacotte et Mignotte, Nancy, Meurthe-et-Moselle, Bourgogne Franche-Comté, parc éolien, Gémécod, Vénathec, bureau d’études acoustiques

Découvrez également les articles associés :

En Alsace, 2CRSI prépare une entrée en bourse pour défier les serveurs informatiques de la Silicon ValleyEn Alsace, 2CRSI prépare une entrée en bourse pour défier les serveurs informatiques de la Silicon Valley
Duret veut mettre la sellerie cousue-main à la portée du monde entier grâce à internetDuret veut mettre la sellerie cousue-main à la portée du monde entier grâce à internet
Le Bourguignon Adventys accueille deux fonds d’investissement pour doubler d’activité d'ici à cinq ansLe Bourguignon Adventys accueille deux fonds d’investissement pour doubler d’activité d'ici à cinq ans
A Autechaux, MBP remercie la crise et continue à investir dans les hommes et les machinesA Autechaux, MBP remercie la crise et continue à investir dans les hommes et les machines

Commentez !


Combien font "1 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire