Traces Ecrites News, le club
  • Atelier PANEL
  • Anthalys
  • Toyman
  • Louis Latour

Hydroprocess s’arme pour conquérir un marché mondial

Publié par Christiane Perruchot, le 21 septembre 2016

MACHINES SPÉCIALES/CHALON-SUR-SAÔNE. En faisant de la ChefCut, une machine de découpe par jet d’eau pour les artisans de l’alimentaire, une production standard, Hydroprocess s’assure la capacité de continuer de développer la technologie haute pression sur des marchés de niche et d’assurer des contrats sur mesure.
Pour son dixième anniversaire fêté vendredi dernier, la PME de neuf salariés se donne pour objectif de doubler son chiffre d’affaires d’ici trois ans. L’export y prendra une part croissante.

 

ordidecoupes
L'emporte-pièces du 21ème siècle se pilote par ordinateur. © Christiane Perruchot.

 

A regarder la ChefCut en action, cela ressemble un jeu d’enfant. La remarque est reçue comme un compliment pour Philippe Dereims, l’inventeur de cette machine de découpe par jet d’eau conçue pour les métiers de bouche. « On la voulu simple d’utilisation de façon à laisser libre cours à l’imagination des artisans », explique t-il.


Le jet d’eau agit comme un rayon laser qui découpe toutes sortes de formes dans un appareillage pâtissier, une plaque de chocolat ou tout autre aliment végétal ou charcutier, avec une précision du dixième de millimètre, au moyen d’un système d’axes piloté par une commande numérique.

 

dix
Le nouveau logo réalisé avec la technologie de la découpe par jet d'eau par le chocolatier dijonnais Fabrice Gillotte. © C.P.

En cinq ans, Philippe et Michèle Dereims, les fondateurs d’Hydroprocess, il y a maintenant 10 ans à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ont vendu 100 de ces machines qui remisent au passé l’emporte-pièce traditionnel des pâtissiers et des chocolatiers.

 

« Avec elle, les artisans peuvent faire les mêmes formes que l’industrie agroalimentaire qui disposent de robots sophistiqués », affirment t-ils.


Une démonstration permet de se rendre compte des capacités de la machine que les deux ingénieurs ne cessent d’améliorer. Les dernières avancées apportent une épaisseur de coupe plus importante, atténuent le niveau sonore et le Wifi la rend plus autonome.

 

Ses propres décors à partir d’une image scannée

 

logociel
Le logiciel contient une bibliothèque d'images et permet aussi de faire ses propres décors. © C.P.

 

Un logiciel contenant une bibliothèque de motifs permet également de réaliser ses propres décors à partir d’une image scannée ou d’un dessin original dont on ajuste les contours pour les rendre plus nets. Le logiciel calcule ensuite la façon de disposer les formes sur la plaque à découper afin d'optimiser la matière. Les informations sont ensuite transmises à la machine par wifi ou par une clé USB, et la découpe commence.


Cette innovation a valu à l’entreprise qui fêtait ses 10 ans vendredi dernier avec 150 clients et partenaires, le prix « innovation technologique » 2015 du concours Stars et Métiers organisé par les Banques Populaires et les chambres de métiers et de l’artisanat.

 
exercice_illegal_boucle

 

Avec un exemplaire sur deux vendus hors de France, la ChefCut fait décoller la PME à l’export, de 6% du chiffre d’affaires en 2010 et 20% aujourd’hui.

 

Pour y parvenir, Michèle Dereims, directrice commerciale et financière, se joue des décalages horaires. Elle fait de nombreux salons internationaux de l’alimentaire, prochainement l’International Baking Industry Exposition (IBIE) à Las Vegas, puis le Gulfood Manufacturing à Dubaï.

 

L’export et la ChefCut pour développer le chiffre d’affaires

 

decoupesdeux
Démonstration à partir d'une image de marguerite issue d'une bibliothèque d'images sur le Web. © Chrisitane Perruchot.

 

Résultat, la machine est vendue dans 21 pays et l’entreprise met cette année le cap vers les Etats-Unis. « Nous travaillons avec des distributeurs ou en direct avec les clients ; ce sont nos équipes qui se déplacent pour l’installation et la formation des utilisateurs à la maintenance », précise Michèle Dereims qui espère bientôt être secondée grâce au recrutement d’un commercial. Un technicien de maintenance doit également renforcer l’effectif de neuf personnes.


L’ambition, en ce dixième anniversaire, est de doubler ces trois prochaines années, le chiffre d’affaires qui s’est élevé à 3,1 millions d’€ en 2015. L’export et la ChefCut doivent y contribuer. Mais pas seulement.


banquepopulaire

 

Si le produit vedette fabriqué dans les ateliers de la zone Saônor à Chalon-sur-Saône apporte un chiffre d’affaires récurrent (plus de la moitié désormais), l’entreprise n’oublie pas son métier d’origine de constructeur de machines très haute pression sur mesure.

 

La technique de l’hydroformage (déformation à froid) fait d’Hydroprocess un fournisseur du secteur de l’aéronautique. La haute pression (jusqu’à 6.000 bar) trouve aussi des applications pour la neutralisation d’engins explosifs « car le jet d’eau ne génère aucune chaleur ».


Ces développements souvent sanctionnés par un brevet - ce fut le cas récemment pour l’hydroformage du titane - ont conduit la PME à augmenter son capital en fin d’année dernière, de 150.000 € à un million d’€ par la réintégration des réserves. Car depuis le début, Hydroprocess fait des bénéfices, affirment avec fierté les deux entrepreneurs.

 

dereimsQui sont Michèle et Philippe Dereims ?

 

Du même âge à quelques mois près - 57 ans - , Michèle et Philippe Dereims se sont rencontrés sur les bancs de l’Ecole centrale de Lyon. En 2006, ils rachètent le fonds de commerce de Bourgogne Hydro Technologie dans la ville de Chalon-sur-Saône où Philippe, cadre chez Saint-Gobain avait été muté quelques années plus tôt.
Hydroprocess développe alors les applications de la découpe très haute pression, sur des marchés de niche qui l'amènent à innover pour se différencier de la concurrence.
En 2011, la PME applique sa technologie à une machine de découpe pour l’alimentaire (la ChefCut), compacte, facile à utiliser et à entretenir, spécifiquement pour les artisans pâtissiers, chocolatiers et traiteurs.
En 2013, l’entreprise implantée dans une partie des anciens locaux de Kodak à Chalon-sur-Saône s’agrandit à 1.200 m2.
En ce mois de septembre 2016, elle fête son 10ème anniversaire, change son logo et réaménage son site Internet, un outil commercial « fondamental », selon ses dirigeants.

 

chefcut
La ChefCut représente aujourd'hui plus de la moitié du chiffre d'affaires d'Hydroprocess. © C.P.


Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Innovation

Mots-clés : Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire, HydroProcess, Bourgogne Franche-Comté

Découvrez également les articles associés :

Trentenaire au mieux de sa forme, LCR (Les Constructeurs Réunis) tisse sa toile dans le quart nord-estTrentenaire au mieux de sa forme, LCR (Les Constructeurs Réunis) tisse sa toile dans le quart nord-est
Pourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-MarnePourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-Marne
La maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gammeLa maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gamme
Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche

Commentez !


Combien font "9 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire