HSols France, un poseur béton qui pointe dans les tout premiers rangs des acteurs en France

Publié par Mathieu Noyer, le 23 février 2017

BTP/BAS-RHIN. L’entreprise bénéficie d’une croissance soutenue depuis dix ans, marquée par l’expansion à l’étranger et la conquête de marchés de plus grande taille.

HSols France collectionne depuis lors les références de prestige : la salle du Zénith à Strasbourg, la nouvelle usine de pelles minières Liebherr à Colmar, le tarmac des aménageurs d’avions Amac et Jet Aviation à l’EuroAirport Bâle-Mulhouse…

 

preparationbeton
Préparation de revêtements sur le chantier en cours du centre logistique des magasins Zalando en construction à Lahr, commune allemande frontalière. © HSols France.

 

« Le béton, je ne sais faire que cela ». On n’est pas obligé de croire complètement Adelio Gaspar, le dirigeant de HSols France, car il appartient à la noble et rare catégorie des personnes modestes. Mais pour ce qui est du matériau en question, oui incontestablement, il le maîtrise très bien, lui, son frère Helder, cogérant, et les 65 salariés qui composent la PME de revêtements de surfaces... en béton, on l’aura compris.

 

Dans ce secteur encore structuré de façon assez artisanale, cette taille place déjà l’entreprise de Griesheim-près-Molsheim (Bas-Rhin) dans les tout premiers rangs, et sans doute au premier, des acteurs en France. C’est le résultat d’une croissance de dix ans, marquée par l’expansion à l’étranger et la conquête de marchés de plus grande taille.

 

Créée en 1999 par les frères Gaspar d’origine portugaise, l’entreprise a d’abord évolué de façon très locale, en passant tout de même de 5 salariés à une vingtaine en six ans d’existence. Mais au bout de cette première période, elle a décidé de changer de braquet, pour cela, elle s’est équipée en matériel et a formé son personnel.

 

banniere-635x102

 

Sa profession parvenait en effet à un moment-clé, celui de la fixation de normes précises de conception et de pose de dalles en milieu industriel. Les références de prestige se sont alors succédé, comme la salle du Zénith à Strasbourg, la nouvelle usine de pelles minières Liebherr à Colmar, le tarmac des aménageurs d’avions Amac et Jet Aviation à l’EuroAirport Bâle-Mulhouse.

 

Mais également, le méga-entrepôt Lidl à Metz ou l’aéroport de Toulouse. « Avec ses réalisations, nous avons prouvé notre savoir-faire aux grands comptes et aux fabricants de béton », souligne Adelio Gaspar.

 

Depuis dix ans, le chiffre d’affaires est passé de 8 millions à 24 millions d’€, son niveau à l’issue du dernier exercice clos en juin 2016. « En 2007/08, la baisse de marché constatée en Alsace nous a incités à nous développer plus loin en France, à présent que nous avions acquis la technicité pour y prétendre. La création d’une agence à Paris en a été la résultante », raconte le dirigeant.

 

En outre, la PME a créé un réseau de six agences en Europe (Allemagne, Autriche, Suisse, Espagne, Portugal et Luxembourg), ainsi qu’une structure au Maroc, portant l'effectif global à 90 collaborateurs.

 

Des bétons très techniques pour des chantiers de plus en plus complexes

 

Chaque année, HSols pose un peu plus d’un million de mètres carrés. Les dalles pour le secteur de l’industrie et de la logistique demeurent le pilier d’activité ; elles ont concentré les trois-quarts du dernier chiffre d’affaires. L’autre quart résulte d’une diversification vers les aménagements extérieurs : création de voirie, d’espaces urbains, etc. Une spécialité où le béton doit encore se faire sa place face au tout-puissant pavé, admet l’entreprise.

 

lissagebeton
Lissage du revêtement de sol chez les Transports Steinmetz. © HSols France.

 

Chacun des deux segments tire en tout cas la PME vers le haut sur le plan technique. Le dallage industriel et logistique devient de plus en plus exigeant. « Les entrepôts dotés de transstockeurs automatiques qui passent et repassent devant les racks, requièrent des surfaces presque parfaitement planes, la tolérance d’écart se limite à quelques millimètres », décrit le dirigeant.

 

D’où la recherche constante de solutions innovantes, comme celle posée dans le nouveau centre logistique automatisé de la chocolaterie Schaal près de Strasbourg.  « Cela nous oblige aussi à dimensionner nous-mêmes les dallages de A à Z, grâce à notre bureau d’études », ajoute Adelio Gaspar. Autre exigence : limiter l’entretien, ce que rendent possibles les dalles sans joints de la PME.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond 

 

L’aménagement, lui, repose sur la créativité en matière de bétons. La PME transforme de plus en plus la matière pour lui donner des formes décoratives et des propriétés adaptées à chaque situation.

 

exterieursol
Travaux sur les sols extérieurs de la nouvelle usine de pelles minières Liebherr à Colmar. © HSols France.

 

La dernière innovation concerne la mise en œuvre d’un béton drainant. HSols cherche notamment à l’installer en des lieux dépourvus de réseaux d’évacuation des eaux, en misant sur le réseau de cavités qui laisse s’infiltrer l’eau et la stocke.

 

Dans sa course à la nouveauté, l'entreprise indique veiller à ne pas oublier l’impact sur le travail de son personnel de chantier. Elle s’applique ce principe : « chaque nouveauté doit diminuer un peu plus l’effort de mise en œuvre. »



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Alsace, Grand Est, Bas-Rhin, BTP, béton, HSols France, Adelio Gaspar

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale

Commentez !


Combien font "2 plus 7" ?

Envoyer votre commentaire