Hidensis allie à Montbéliard le savoir-faire du prothésiste dentaire au numérique

Publié par Pierre-Yves Ratti, le 08 décembre 2016

INNOVATION/MONTBELIARD. Le cluster des technologies innovantes de la santé (TIS) du nord Franche-Comté fête ses 10 ans ce 30 novembre et lance la marque Innov’Health qui rassemble des partenaires de Bourgogne Franche-Comté sur la médecine du futur.

Hidensis, start-up installée à Montbéliard, fait partie de ce réseau. Son objectif est de réaliser des prothèses dentaires « made in France », en alliant sécurité du patient, confort et juste prix.

 

hidensis
Martine Etournaud et son fils, Thibaud Desforges, devant le centre d'usinage à 5 axes, récemment acquis. © P.-Y. Ratti.

 
Hidensis, c'est un peu une histoire de famille et beaucoup une association de compétences complémentaires. Martine Etournaud et son fils, Thibaud Desforges, ont créé la SAS Hidensis Dental Manufacturing début 2011, avec le statut de « jeune entreprise innovante ».

 

Le début de son activité a été axé entièrement sur la recherche et le développement ; les premiers tests ont été menés en 2013 et la commercialisation des premières prothèses a été lancée en 2015.

 

Martine Etournaud bénéficie d'une expérience de prothésiste de 35 ans ; Thibaud Desforges est ingénieur UTBM (Université de Technologie de Belfort-Montbéliard). Il a travaillé notamment dans l'horlogerie suisse.

 

banquepopulaire


Ils ont donc mis en commun leurs compétences pour développer un process de fabrication de prothèses dentaires basé sur le numérique. « La fabrication numérique dentaire a débuté en 1970 ; elle est toujours en cours de développement » soulignent-ils. La réalisation d'une prothèse réunit sept métiers de l'industrie, qui sont retranscrits en miniature. »

 

Leur ambition est de proposer aux professionnels la réalisation industrielle de prothèses toujours uniques (car adaptées à chaque cas) et, qui plus est, en améliorant le confort du patient. Autrement dit, il s'agit d'industrialiser le sur-mesure.


Pour le prothésiste dentaire, il est toujours possible de partir d'un modèle en plâtre que Hidensis va scanner. Il peut aussi disposer de son propre scanner ou transférer une empreinte optique issue d'une caméra numérique qui permettra d'aller directement à la conception sur ordinateur.

 

septmetiers
Hidensis propose à la profession dentaire la réalisation industrielle de prothèses sur mesure. © P.-Y. Ratti.

 

La start-up intervient à ce moment-là pour mettre en œuvre son process pour l'instant top secret. Toujours est-il qu'il permet aux prothésistes dentaires de se passer des « temps morts », c'est-à-dire des travaux de mise en œuvre et de temps de prise des différents matériaux ainsi que de la phase de coulée et de grattage de la prothèse. L'état de surface semble également au-dessus de la moyenne (d'où le meilleur confort annoncé pour le patient).

 

Pour se lancer, Hidensis a dû investir dans une machine de plus de 500.000 € : un centre d'usinage à 5 axes. L'entreprise a bénéficié de nombreux soutiens : Bpifrance, le Réseau Entreprendre, Aire Urbaine investissement, Capital Risque Franche-Comté, la Région de Franche-Comté et PMA agglomération.

 

Un univers très concurrentiel

 

L'enjeu pour les mois à venir porte sur la commercialisation. L'entreprise dispose de clients réguliers depuis 2013, mais il faut maintenant passer à la vitesse supérieure. « Cela exige une présence quotidienne, expliquent les deux dirigeants. Quand un professionnel doit fabriquer une prothèse, il doit avoir le réflexe de penser à nous. »

 

exercice_illegal_boucle

 

Et ceci dans un univers très concurrentiel, qui va de la fabrication artisanale à l'impression 3D, qui émerge dans ce domaine, mais sans supprimer les inconvénients de finition (aspects de surface, grattages, etc.).

 

Martine Etournaud et Thibaud Desforges restent confiant en l'avenir de leur jeune entreprise : le numérique entre inéluctablement dans la profession, constatent-ils. Ils espèrent développer leur marché en France - ils touchent essentiellement le Grand Est pour l'instant - et dans les pays frontaliers de l'est de la France.

 

protheses
La réalisation d'une prothèse réunit sept métiers de l'industrie © P.-Y. Ratti.

 

Un développement qui devrait passer par l'embauche d'un ou plusieurs commerciaux, d'usineurs, de personnels administratifs. Et qui n'est pour l'instant limité qu'à la capacité d'exploitation de leur machine, soit un fonctionnement 24 h / 24...

 

Innov Health, une marque santé Bourgogne - Franche-Comté

Le cluster des technologies innovantes de la santé du Nord Franche-Comté fête ses 10 ans ce mercredi 30 novembre en lançant une nouvelle marque issue de ses dix années de travail de mise en relation.
Innov’Health se veut « la marque santé rassemblant les partenaires de Bourgogne Franche-Comté pour le développement des produits et services dédiés à la médecine du futur ».
Le Nord Franche-Comté se positionne, dans ce cadre, comme le pôle d’excellence dans le domaine de la prothèse et de l’implantation de prothèses : il concentre les principaux acteurs de ce domaine.
Lors de son lancement en 2006, le cluster comptait un noyau d’une douzaine d’entreprises. Elles sont aujourd’hui plus de 100 : groupes, PME, start-up. Le lancement du cluster faisait suite au plan social d’Alstom en 2003. L’idée était d’identifier des compétences et des savoir-faire dans les entreprises dans le domaine de la santé, pour les amener à se diversifier en trouvant de nouvelles applications à leurs compétences.
Le cluster, piloté par Françoise Decker, s’est attaché à faire se rencontrer les entreprises à travers des petits déjeuners : une quarantaine en dix ans. Ces derniers mois, ils ont été remplacés par des visites d’entreprise.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Innovation

Mots-clés : Montbéliard, usinage, numérique, Pays de Montbéliard, start-up, Cluster des technologies Innovantes de la Santé, Françoise Decker, Bourgogne Franche-Comté, Hidensis Dental Manufacturing, Innov’Health, prothèses médicales, Martine Etournaud, Thibaud Desforges

Découvrez également les articles associés :

A Besançon, et depuis peu à Dijon, Âges et Vie invente la colocation pour les personnes âgéesA Besançon, et depuis peu à Dijon, Âges et Vie invente la colocation pour les personnes âgées
Egger injecte 60 millions d’euros en trois ans dans son usine de panneaux mélaminés dans les VosgesEgger injecte 60 millions d’euros en trois ans dans son usine de panneaux mélaminés dans les Vosges
Sous pavillon allemand, la papeterie Wepa dans l’Aube s’est mise en ordre de marcheSous pavillon allemand, la papeterie Wepa dans l’Aube s’est mise en ordre de marche
Pourquoi Cleia vend ses savoir-faire d’ingénieriste en dehors de la conception et réalisation clé en main de tuileries et de briqueteries Pourquoi Cleia vend ses savoir-faire d’ingénieriste en dehors de la conception et réalisation clé en main de tuileries et de briqueteries

Commentez !


Combien font "3 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire