VOIR LES RUBRIQUES

Hermès crée deux ateliers de maroquinerie en Franche-Comté

Opération d'encollage du cuir dans les ateliers de Seloncourt.

Opération d’encollage du cuir dans les ateliers de Seloncourt.

MAROQUINERIE. Hermès prépare son installation dans le Pays de Montbéliard pour le mois de décembre, en étroite collaboration avec l’école Boudard.

Unique dans l’est, cette formation de sellier-maroquinier d’art motive la concentration de trois manufactures dans le nord Franche-Comté.

Déjà présent à Seloncourt (Doubs), le maroquinier de luxe installera également un atelier à Héricourt (Haute-Saône), à une dizaine de km, dans une usine désaffectée qu’il s’apprête à réhabiliter.

Au ministre de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici, en visite  sur ses terres vendredi, Axel Dumas, co-gérant de la maison de luxe a confirmé la création, à terme, de 500 emplois. Il n’a pas souhaité révéler le montant de l’investissement pour ces deux implantations.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Il y  trois semaines, une  douzaine de stagiaires a intégré la formation de sellier-maroquinier d’art de l’école Boudard au CFA de Béthoncourt (Doubs). En juin, ils sortiront avec un certificat de sellier-maroquinier d’art.

Les meilleurs rejoindront les locaux qu’Hermès (*) loue provisoirement à la société patrimoniale du Pays de Montbéliard, sur la zone de Technoland à Etupes, en attendant une implantation définitive à Montbéliard.

Le choix entre une acquisition-réhabilitation et une construction neuve pour abriter un nouvel atelier de sacs à main, « est imminente », a affirmé le maroquinier vendredi 4 octobre, à l’occasion de la visite de Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie et des finances.

Les premières tables de travail arriveront en décembre pour une mis en route progressive début 2014 avec une vingtaine de personnes.

Celui d’Héricourt (à une vingtaine de minutes du premier) démarrera plus tard, à priori fin 2015, une fois réhabilitée l’ancienne usine de tissage du Pâquis (DMC), choisie pour la qualité de l’éclairage naturel apporté par les sheds du bâtiment de 5000 m2.

La ville d’Héricourt l’a cédée pour l’€ symbolique à la communauté de communes qui pilotera les travaux.

Le démarrage des deux nouveaux ateliers s’appuie sur la manufacture de Seloncourt, toute proche. Installée depuis 1996, elle emploie aujourd’hui 242 personnes.

L'atelier de Seloncourt, implanté depuis 1996.

L’atelier de Seloncourt, implanté depuis 1996.

La coupe du cuir en projet

Une visite des lieux explicite l’attachement de la maison de luxe à nommer ses employés, des artisans.

A part quelques points de renfort faits à la machine, la couture des sacs se fait à la main.

Il faut pas moins de 15 heures pour fabriquer un modèle, de bout en bout par une seule personne.

La préparation du cuir (points de repères pour le montage, amincissement des contours du gabarit pour faciliter les pliures) précède une série d’opérations réalisées à plat : couture de la doublure et des poches intérieures, encollage au pinceau des soufflets, fabrication de la poignée rigide avant d’assembler les pièces au fameux point sellier, « très technique », confirme une apprentie.

Partie intégrante du projet de développement d’Hermès en Franche-Comté, Emmanuel Pommier, directeur général adjoint chargé de la production a annoncé l’intégration de la coupe dans les nouveaux ateliers, aujourd’hui réalisés dans les régions parisienne et lyonnaise.

« Par l’apport du savoir faire de coupe des cuirs, le pôle Franche-Comté sera ainsi autonome », affirme Olivier Fournier, le directeur général Hermès maroquinerie/sellerie. A terme, il devrait générer 500 créations d’emploi.

Il faut 15 heures pour fabriquer un sac à main.

Il faut 15 heures pour fabriquer un sac à main.

« Avec 10% de chômage, le bassin d’emploi de Montbéliard, il y a un gros potentiel », estime Christophe Straumann, directeur du CFA de Béthoncourt. D’autant qu’Hermès souhaite que la gente masculine rejoigne ses ateliers. « N’oublions pas qu’à l’origine, c’était un métier masculin qui s’est féminisé il y a une quinzaine d’années », rappele Axel Dumas.

Le conseil régional de Franche-Comté a d’ores et déjà prévu de financer deux nouvelles sessions de formation en 2014. Mission a également été donnée à Pôle Emploi de faire un recrutement national, avec comme sélection un test d’habileté.

Qu’est-ce que l’Ecole Boudard ?

Encore une réussite qui démarre dans un garage…

A sa retraite en 1982, Robert Boudard, Meilleur ouvrier de France, prototypiste au centre Peugeot de Belchamp, près de Sochaux, démarre à son domicile du Pied des Gouttes, à Montbéliard, une activité de formation de sellier, un métier qui a occupé sa famille pendant trois générations.

Le succès aidant, le CFA de Béthoncourt l’intègre dans ses locaux en 1987 et préserve sa particularité en la baptisant Ecole Boudard.

La formation de base (initiale et continue) se déroule en alternance avec 1000 h à l’école (pratique et théorie) et deux périodes de stage. Des encadrants d’Hermès complètent le corps professoral du CFA.

Ces 5 prochaines années, l’école Boudard prévoit un doublement des effectifs et un total de 400 000 heures de formation, avec un cursus un peu plus court.

« Nous pourvoyons une grande partie des effectifs d’Hermès, notamment dans la région, mais aussi d’autres entreprises comme SIS à Avoudrey, la Maroquinerie de Saulieu en Côte-d’Or, les bracelets Perrin… », précise le chef d’établissement.

Visite de l'école Boudard : Axel Dumas, co-gérant d'Hermès (au centre), Pierre Moscovici, ministre de l'Economie et des finances à sa gauche et Thierry Bodin, le président du CFA du Pays de Montbéliard.

Visite de l’école Boudard : Axel Dumas, co-gérant d’Hermès (au centre), Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances à sa gauche et Thierry Bodin, le président du CFA du Pays de Montbéliard.

(*) Au premier semestre 2013, le groupe Hermès a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 1,767 milliard d’€, avec un résultat net consolidé de 381,7 millions d’€ et une capacité d’autofinancement de 476,2 millions.

En 2012, le chiffre d’affaires a atteint un niveau historique avec 3,48 milliards d’€ (+22,6%). L’activité sellerie a augmenté de 12%.

Photos : Traces Ecrites.

Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Mots-clés : , , , , , , , ,

Découvrez également les articles associés :

For-Age optimise les tournées des laboratoires d’analyses médicales For-Age optimise les tournées des laboratoires d’analyses médicales
Auxerre : la stratégie très productive de FP Pack Auxerre : la stratégie très productive de FP Pack
Seringue sans aiguille : l’avenir très prometteur du Dijonnais Crossject ? Seringue sans aiguille : l’avenir très prometteur du Dijonnais Crossject ?
Au 2 septembre Au 2 septembre

3 réponses à "Hermès crée deux ateliers de maroquinerie en Franche-Comté"

  1. TÉMOIGNAGE D’UN LECTEUR PARVENU À LA REDACTION
    Ma copine était très intéressée par un poste en maroquinerie dans l’entreprise Hermès : elle a envoyé plusieurs lettres, téléphoné plusieurs fois et on lui a dit de passer par pôle emploi…
    Pôle emploi en association avec Hermes ont fait 3 séances de recrutement : ma copine n’a jamais été convoquée, elle a pourtant pris rendez vous avec une conseillère pour lui demander les dates de recrutement. Soit disant il fallait attendre l’annonce sur internet!
    Inscrite pour recevoir toutes les annonces en maroquinerie, elle a jamais reçu d’offre de la part de Pôle emploi…
    Aujourd’hui (le 16-12-2013), elle téléphoné à Hermes au service RH qui lui annonce que cet après midi, était la dernière date de recrutement !!
    En conclusion elle n’a pas été convoquée, pas reçu d’annonce et depuis juillet, elle fait tout ce qu’elle peut pour au moins avoir une chance de passer les tests!!
    Questions:
    Diplômée bac +3 dans le modélisme-couture, mon amie est-elle trop diplômée ?
    Pôle emploi prend-il les 50 premiers candidats et ne fait pas de « tri » ?
    Hermes a-t-il des avantages à passer par Pôle emploi et donc ne pas convoquer directement ?
    J’aimerais bien comprendre :elle était ultra motivée, c’est abusé !

  2. Compte tenu que l’école recrute -entre autres- des demandeurs d’emploi, il n’y a pas d’âge requis. La formation se déroule au CFA de Bethoncourt. Celui-ci peut aussi organiser des formations sur mesure à la demande des entreprises. Vous pouvez en savoir plus sur le site internet du CFA :
    http://www.cfa-montbeliard.org/index.php?action=Cms&idp=132
    La rédaction de Traces Ecrites News

  3. schär dit :

    Bonjour, jusqu’à quel âge cette école forme t-elle les apprentis? Est-ce que l’entreprise forme sur place les ouvriers(ères)?
    Merci, recevez mes salutations les meilleures.
    Madame Schär