Traces Ecrites News, le club
  • CLEIA
  • Salaisons Sabatier
  • Brassserie de Vézelay
  • Atelier PANEL

Gaïatrend crée de l’emploi grâce au marché de la vape

Publié par Philippe Bohlinger, le 21 septembre 2015

CHIMIE/LORRAINE. Ses fioles de liquides aromatiques ont conquis en cinq ans le marché hexagonal des cigarettes électroniques rechargeables.

Misant sur l'attrait d’une fabrication made in France, Gaïatrend à Rohrbach-lès-Bitche (Moselle), qui a fêté son 5ème anniversaire le 16 septembre, entend poursuivre sa croissance en se développant à l’international.

L’entreprise familiale, créatrice de 130 emplois en cinq ans, estime qu’elle pourrait doubler sa taille dans les trois années à venir.

 

remplisage

Quinze micro-lignes produisent au rythme de 2000 flacons/heure. ©Georges Prate.

 

130 emplois créés ex-nihilo dans le Pays de Bitche, dans un contexte économique morose, l’entreprise Gaïatrend née en 2008 à Rohrbach-lès-Bitche (Moselle) n’a pas à rougir de son bilan. Et elle ne compte pas s’arrêter là.

 

Devant un parterre de salariés venus célébrer mercredi dernier, les 5 ans de cette success-story familiale, son fondateur, Didier Martzel, s’est souvenu avec émotion de sa première commande : 5 flacons de liquide aromatique pour e-cigarette.

 

Le P-DG a aussi affiché l’ambition de l’entreprise qui a réalisé 45 millions d’€ de chiffre d'affaires en 2014 : « Il n’y a pas de raisons que nous ne doublions pas notre taille dans les 2-3 années à venir ».

 

Aujourd’hui, le catalogue de sa marque Alfaliquid affiche plus de 100 saveurs différentes, de fraise à pomme-cannelle en passant par thé-vert ou encore « yuzu kiss ». Des produits essentiellement commercialisés sur le marché français via une vingtaine de réseaux de boutiques spécialisées.

 

controlequalité
Poste de contrôle qualité des liquides. ©Georges Prate.

 

Initialement, c’est plutôt dans la fabrication de cigarettes électroniques que cet ingénieur électronicien de 55 ans envisageait son activité. Il a même été jusqu’à déposer un brevet en 2006.

 

« Notre première e-cigarette fabriquée en Chine n’était pas au point sur le plan électronique. Nous rencontrions beaucoup de problèmes de SAV. Or, à cette même période sont apparus les premiers flacons d’e-liquide. Ce produit était une opportunité de rester sur ce marché en apportant la  garantie française dans la fabrication d’un arôme», analyse le dirigeant.

 

L’entrepreneur embarque dans l’aventure son épouse Danielle et ses deux fils, Olivier et Xavier. Directeur de la recherche et développement et « aromaticien », Xavier Martzel montre les fioles en plastiques de 10 et 30 millilitres, ainsi que la gamme « premium » commercialisée dans un flacon en verre de 20 millilitres et un packaging étudié.

 

exercice_illegal_boucle

 

Didier Martzel évoque les capacités de production estimées à 45 000 flacons par jour. « Notre atelier est actuellement équipé de 15 micro-lignes qui produisent au rythme de 2000 flacons/heure. Elles présentent l’avantage d’une certaine souplesse pour varier les produits. Cependant, les gestes des opératrices - dépose de bouchons et positionnement des flacons sur une bande - demeurent assez pénibles », raconte l'aromaticien.

 

L'achat récent d'une ligne entièrement automatisée efface ces inconvénients. « L’opératrice y assure simplement le contrôle. De plus, un tel équipement permet de répondre aux besoins en volume pour nos best-sellers », poursuit-il.

 

6,1 millions d’€ investis sur fonds propres

 

equitage
L'étiquetage des flacons. ©Georges Prate.

 

Ces trois dernières années, 6,1 millions d’€ ont été investis sur fonds propres en équipements et en extension des locaux qui s’étendent désormais sur 7000 m². De quoi partir à la conquête de nouveaux horizons, le marché français étant arrivé à maturité.

 

Gaïatrend cible particulièrement les pays limitrophes (Grande-Bretagne, Allemagne et Italie), mais aussi dans les pays de l’Est et les Etats-Unis. « Nous allons créer d’ici la fin de l’année une agence commerciale en Roumanie, ainsi qu’aux Etats-Unis », précise Didier Martzel.

 

Dans ses cartons, le P-DG a toujours le projet de lancer sa propre marque d’e-cigarette, made in France cette fois.  Un nom a déjà été trouvé « Alfacig ».

 

Qui est la famille Martzel

 

equipe_2
La famille Martzel, (de gauche à droite) Olivier, Xavier, Danielle et Didier. ©Philippe Bohlinger.

 

Ancien ingénieur électronicien, Didier Marztel a bénéficié au démarrage de Gaïatrend du précieux appui de son épouse Danielle, aujourd’hui en charge des relations publiques. Celle-ci dirigeait à l’époque une entreprise artisanale de fabrication de fleurs artificielles, « des articles funéraires design », précise l’intéressée qui a cédé Floralest en 2013, non sans un pincement au cœur.


Outre sa compagne, le dirigeant a entraîné avec lui ses fils Olivier, 34 ans et Xavier, 29 ans. Le premier assure la direction générale, le second est davantage le « nez » de l’entreprise.

 

Chimiste de formation et bon cuisinier, il s’est notamment formé pendant un an à Grasse (Alpes-Maritimes) auprès de « maîtres aromaticiens ». Le jeune homme est également secrétaire-général de la Fédération interprofessionnelle de la vape (FIVAP).

 

stockage
La salle de stockage et de préparation des commandes. Georges Prate.

 

BIENVENUE À LA LORRAINE

 

Comme nous l'avions annoncé, Traces Ecrites News complète sa couverture de l'actualité économique de l'Est avec la Lorraine.

Présente depuis l'origine - il y a cinq ans -, en Alsace, en Bourgogne et en Franche-Comté et depuis 2014, en Champagne-Ardenne, notre media en ligne devance de quelques mois la réforme territoriale qui donnera naissance, d'une part à la Bourgogne-Franche-Comté, d'autre part à l'Alsace-Lorraine-Champagne Ardenne.

C'est à Philippe Bohlinger, journaliste indépendant basé à Nancy que revient cette mission d'aider la rédaction à suivre l'actualité des entreprises.

Bienvenue.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Lorraine, Chimie, Moselle, made in France, e-cigarette, Gaïatrend, Alfaliquid

Découvrez également les articles associés :

A Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainieA Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainie
A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI
Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier   Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier
Le plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienneLe plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienne

Commentez !


Combien font "3 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire