Traces Ecrites News, le club
  • EDC
  • Gabriel Boudier
  • Myral
  • Club Affaire Aire Urbaine

Fusion Bourgogne Franche-Comté : un besoin vital de formations adaptées

Publié par Traces Ecrites News, le 08 avril 2015

FORMATION. Le second séminaire de préfiguration de la future grande région Bourgogne Franche-Comté, organisé le 3 avril dernier à Dijon, l’a clairement démontré.

Bien plus que des aides financières, les entrepreneurs des deux régions souhaitent des formations qui collent parfaitement aux emplois d’aujourd’hui. Et surtout de demain. Florilège…

 

isat
L'un des halls mécaniques pour travaux pratiques à l'ISAT de Nevers.

 

Un moment de grâce a eu lieu lors du second séminaire de préparation à la fusion de la Bourgogne et de la Franche-Comté qui s’est déroulé vendredi 3 avril à Dijon sur le thème : « Réussir ensemble le développement économique ».

 

Loin des discours convenus, des enfonçages de portes ouvertes, poncifs, clichés ou encore truismes, quelques chefs d’entreprise réunis lors d’une table ronde ont interpellé les deux présidents de région.

 

Si les aides directes ou indirectes à l’investissement matériel et à l’immobilier peuvent être un coup de pouce ponctuel appréciable, le besoin vital exprimé tient au recrutement de personnes formées et bien formées aux différents emplois recherchés.

 

jpgirard• Jean-Philippe Girard, P-DG d’Eurogerm (Dijon) et président de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) :

 

« Nous avons tous dorénavant, pouvoirs publics et entreprises, une responsabilité sociale et sociétale à assumer. L’emploi y tient une place prépondérante, mais un entrepreneur ne recrute pas pour recruter. Il embauche pour accroître les compétences de son entreprise avec une vision du futur. De nouveaux métiers vont naître et il faut d’ores et déjà savoir les anticiper. »

 

• Johann Thibaud, président de JTD Décolletage (Perrigny, Jura) :

 

« Si l’accompagnement à l’international doit être plus poussé, la formation est la clé de nos réussites. Les différentes écoles doivent être en phase avec nos besoins et il convient aussi de mieux défendre la formation continue. Chaque année, nous y consacrons près de 5% de la masse salariale. C’est un effort indispensable pour muscler les compétences de nos équipes. »

 

jhubert• Jérôme Hubert, président de Pinette (Chalon-sur-Saône) :

 

« Je vends des machines spéciales, mais surtout de l’ingénierie, c’est-à-dire de l’innovation. Aujourd’hui, je recherche trois automaticiens et trois chefs de projets. Je vais les trouver, mais peut-être à Nantes, Bordeaux, Toulouse, Lyon ou Paris. Ce n’est pas logique, alors que nous sommes dans l’un des berceaux de l’industrie. »

 

• Patrick Blassel, président du directoire d’InvEst PME (Besançon) :

 

« N’oublions pas les services à l’industrie. Je pense que la grande région facilitera les recrutements, mais militons aussi pour rapprocher des professions indispensables aux entreprises. Pourquoi, sur des thématiques pointues, ne pas envisager des clusters d’avocats ou d’experts-comptables. »

 

svienney• Séverine Vienney, P-DG d’Erdil à Besançon :

 

« Il faudrait un soutien plus fort aux niveaux des formations universitaires, car nous comptons dans les deux régions de remarquables établissements. Un véritable travail d’évaluation des besoins fait en symbiose avec les entreprises me semble aussi important à conduire. »

 

• Jacques Nodin, président d’Envie, entreprise de réinsertion (Dijon).

 

« Nous sommes trop cloisonnés. Il convient, à mes yeux, de mieux travailler ensemble en n’oubliant pas une notion essentielle : le bien-être au travail. Ce bien-être passe évidemment par la maîtrise de son métier. »

 

dreze• Denis Rezé, P-DG d’Eurocade (Dampierre-les-Bois, Doubs) et président du Pôle Véhicule du Futur (PVF) :

 

« A l'instar des contacts ce que nous venons de prendre avec le cluster de Magny-Cours, la future grande région doit nous apporter de la mise en relation. Et n'oublions pas que notre richesse principale, ce sont les femmes et les hommes qui travaillent à nos côtés. »

 

De nouvelles formations

 

- Un institut supérieur de communication digitale à Besançon.

2089 : tel est le nom choisi par ses fondateurs pour l’institut supérieur de communication digitale qui devrait ouvrir ses portes à la rentrée de septembre à Besançon. Un nom en forme de date, revendiqué comme une suite à 1789 (la Révolution), 1889 (l’expo universelle de Paris), 1989 (la chute du mur de Berlin)…

Cet établissement privé, auquel il reste à trouver des locaux et qui se veut pédagogiquement innovant, proposera dans un premier temps deux cursus d’enseignement : un cycle start-up et communication, et un cycle en communication digitale.

Accessible sans condition de diplôme, le premier est une formation intensive d’un an (450 heures) comprenant un tour de France digital d’un mois et six mois de stage. Le second, ouvert aux bac+2, est un parcours progressif pouvant aller jusqu’au master 2. 

 

lfournier
Laurent Fournier, président de l'Ordre des experts-comptables Bourgogne Franche-Comté.

- Un diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG) en Saône-et-Loire.

Cette formation en alternance de niveau bac+5 ouvrira le 1er novembre 2015 au lycée Mathias de Chalon-sur-Saône.

La diversification des missions d’expertise-comptable, le développement des compétences et de nombreux départs en retraite chez les 122 professionnels du département conduisent le GRETA 71 Sud Bourgogne, le lycée, l’Ordre régional des experts-comptables de Bourgogne Franche-Comté et la Compagnie régionale des commissaires aux comptes de Dijon à cette initiative commune.

« Il n’existait que le diplôme de Comptabilité et de Gestion (DCG) en formation initiale, ce qui fait que les élèves partaient poursuivre leurs études à Dijon, Besançon ou Lyon et ne revenaient plus », explique-t-on à l’Ordre des experts-comptables Bourgogne Franche-Comté.

 

- Des ingénieurs en mobilité.

A la rentrée 2015, l'ISAT, l'école publique d'ingénieurs automobile et transports de Nevers (Nièvre) lance une nouvelle spécialisation  ''infrastructures et réseaux de transports''. Cette filière formera des ingénieurs capables de prendre en charge l’exploitation, la sécurité, le management et la maintenance des infrastructures routières et ferrées interconnectées à échelle urbaine et interurbaine. Contact : communication_isat@u-bourgogne.fr

 

- Préparation aux métiers du BTP.

Pour la 3ème année consécutive, Constructys Bourgogne - l'Opca du BTP -, le fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnel), Pôle Emploi, la fédération du bâtiment de Bourgogne) et l'association régionale d’insertion et de qualification (Ariq BTP) ont mis en place une action d’insertion d’envergure sur l’ensemble de la région Bourgogne.

Accueillies dans 71 entreprises, 65 demandeurs d'emploi ont appris pendant 3 mois, les bases des métiers du BTP sous la forme d'un parcours individualisé leur apportant « des solutions pratico-pratiques ».

Car, précisent les organisateurs de cette préparation opérationnelle à l'emploi collectif (POEC), « malgré une conjoncture économique compliquée dans le BTP, des entreprises ont toujours des besoins de recrutement de nouveaux salariés en raison du départ à la retraite des papyboomers».



Roger Martin BTP
Article classé dans : Emploi - Formation

Mots-clés : Besançon, Franche-Comté, Bourgogne, Saône-et-Loire, Jean-Philippe Girard, BTP, ISAT, ordre des experts comptables de Bourgogne-Franche-Comté, fusion des régions, Jacques Nodin, Séverine Vienney, Patrick Blassel, Johann Thibaud

Découvrez également les articles associés :

Confrontés à la difficulté de recruter, les dirigeants de Viwamétal créent leur propre agence d’intérimConfrontés à la difficulté de recruter, les dirigeants de Viwamétal créent leur propre agence d’intérim
A l’école de la dégustation des 33 grands crus des vins de Bourgogne  A l’école de la dégustation des 33 grands crus des vins de Bourgogne
A Metz, Menway poursuit sa croissance externe avec les chasseurs de tête Mindfield Search et  NIM EuropeA Metz, Menway poursuit sa croissance externe avec les chasseurs de tête Mindfield Search et NIM Europe
L’Alsace se dote d’une grande école spécialisée dans les métiers du vinL’Alsace se dote d’une grande école spécialisée dans les métiers du vin

Commentez !


Combien font "10 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire