Florissimo : les recettes économiques de Dijon Congrexpo

Publié par Christiane Perruchot, le 18 mars 2015

SALONS/BOURGOGNE. Organisée tous les cinq ans, l'exposition florale Florissimo qui démarre demain jeudi, est un challenge pour Dijon Congrexpo, l'organisateur.

La manifestation qui se déroule du 19 au 29 mars à Dijon, mobilise un budget de 3 millions d'€.

 

florissimoblanc
Un des tableaux de l'édition 2010. ©Mairie de Dijon.

« Ce n'est pas une mince affaire d'amortir un tel budget en dix jours, avec un tarif d'entrée raisonnable (NDLR : 20 €) pour les visiteurs », confesse Jean Battault, président de Dijon Congrexpo. Car la manifestation est entièrement autofinancée sans subvention, assure Yves Bruneau, le directeur : « La ville de Dijon, notre partenaire, nous adressera une facture pour ses diverses prestations ».

 

Les villes (*) et professionnels du fleurissement (paysagistes, associations, établissements de formation) qui réalisent l'exposition ornementale d'une surface de 15 000 m2, ne paient pas leur emplacement variant de 50 à 500m2, contrairement à un salon classique.

 

Ils prennent en revanche en charge tous les plants, matériaux de finition et éléments de décor nécessaires à la réalisation des tableaux floraux. Seule l'exposition commerciale qui réunit des vendeurs de plantes, d'articles de jardinage et d'aménagements extérieurs achètent des mètres carrés pour réaliser leur business.

 

arche
Esquisse de l'arche de Noé qui présente la biodiversité des 5 continents. ©Alfred Peter.

Alors, les organisateurs doivent être astucieux. D'autant que pour cette 10ème édition, ils n'ont pas lésiné sur les moyens techniques afin de renforcer son caractère événementiel. Une arche de Noé illustrant la biodiversité des cinq continents illustre l'ode à l'écologie festive, thème retenu par les organisateurs. Un spectacle vidéo, son et lumière, anime les tableaux floraux des exposants.

 

Assisté pour la phase opérationnelle de Jacques Milder, directeur des services des espaces verts de la ville de Dijon, l'urbaniste alsacien Alfred Peter qui a réalisé l'aménagement paysager du tramway de Dijon réalise ici sa première exposition temporaire.

 

« Moi qui réalise des aménagements destinés à vivre sur le long terme, j'ai accepté le défi d'une exposition temporaire avec enthousiasme », explique t-il. Côté spectacle, la mission a été confiée au directeur des événements de la ville de Lyon, Jean-François Zurawik et sur appel d'offres, au bureau d'études de scénographie Scaenicom dirigé par Serge Matry.

 

banniere adhex

 

Pour réduire les frais d'installation, les entreprises (**) qui mettent en œuvre les supports des décors "prêtent" les matériaux : elles récupèreront 7000 m3 de terre et sable, le millier de gabions et 160 m3 de roches de Comblanchien après la manifestation pour d'autres chantiers. Un choix judicieux qui permet en outre à Dijon Congrexpo de mettre en avant son engagement en faveur du développement durable. « Même les végétaux seront replantés ailleurs.»

 

Mais le pari est avant tout commercial. Pour attirer les 200 000 organisateurs souhaités (185 307 lors de la précédente édition en 2010), les organisateurs multiplient les circuits de vente. Depuis le début de l'année, une billetterie propre a été créée sur le site www.florissimo.fr Complétée par les réseaux de billetterie en ligne, elle a drainé à ce jour près de 20 000 réservations, groupes et individuels.

 

travaux
Photo prise le 16 mars : depuis, les lieux sont déjà métamorphosés. ©Traces Ecrites.

Comités d'entreprises et écoles bénéficient de conditions tarifaires privilégiées. Les autocaristes ont également été invités à inscrire la manifestation sur leurs catalogues. L'office de tourisme de Dijon commercialise un ensemble entrée et visite guidée de la ville. Les TER (trains express régionaux) de Bourgogne et le réseau de transport urbain du Grand Dijon vendent des pass combinés transport + entrée.

 

Ces outils sont soutenus par une campagne de publicité chiffrée à 400 000 € et une page Facebook qui a drainé plus de 2000 mentions J'aime. Les organisateurs attendent également des recettes de la vente du DVD officiel qui sera tourné les 1ers jours de la manifestation.

 

Les retombées économiques pour la ville ne sont pas anodines. En 2010, elles ont été chiffrées par une augmentation de 18,6% des nuitées d'hôtellerie. Car les visiteurs se déplacent, certes pour beaucoup de l'Est de la France, mais aussi d'un peu partout. Les passionnés de fleurs ne s'économisent pas.

 

dilmer
Jacques Milder, ingénieur au service des espaces verts de la ville de Dijon et conseiller technique de Florissimo. ©Traces Ecrites.

(*) Les villes qui exposent : Bourg-en-Bresse, Chenôve (Côte-d'Or), Nantes, Nancy, Dijon, Le Creusot, Mâcon, Reims ainsi que le jardin du Luxembourg.

 

(**) Le groupement d'entreprises Pennequin (terrassement), SETP (roches), Duc et Préneuf, Id Verde et VDS Paysage (entrepreneurs du paysage).

 

 



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Dijon, Bourgogne, salons, Dijon Congrexpo, collectivités locales, horticulture, Florissimo, exposition florale

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

Commentez !


Combien font "4 plus 9" ?

Envoyer votre commentaire