Traces Ecrites News, le club
  • CCI Grand Est
  • Brassserie de Vézelay
  • Domaine Faiveley
  • Toyman

Fives-Celes, un courant porteur pour réchauffer les aciers

Publié par Christian Robischon, le 14 mars 2011

Innovation. De l’extérieur, la bande d’acier qui défile en boucle chez Fives-Celes n’a rien d’extraordinaire. Mais ce qui se passe à l’intérieur de la machine de démonstration est plus singulier… et surveillé de près par l’industrie sidérurgique.

Ces essais offrent à la PME de Lautenbach (Haut-Rhin) des perspectives intéressantes pour diminuer ses émissions de gaz carbonique et oxydes d’azote.

Filiale du groupe Fives, l'entreprise de 90 salariés se mobilise sur la phase de réchauffage qui suit le laminage à froid dans le procédé d’élaboration des tôles d’acier, à partir de la technologie de chauffage par induction électromagnétique qu’elle maîtrise en tant que fabricant de corps de chauffe dans cette spécialité-là.

L’induction électromagnétique est déjà reconnue pour sa réduction des temps de chauffe et sa capacité à assurer des montées en température rapides. Fives-Celes en développe une application particulière, le "Flux Transverse", qui ajoute d’autres avantages : chauffer efficacement des matériaux non magnétiques, dépasser la température du "Point de Curie" (seuil au-delà duquel l’acier carbone perd ses propriétés magnétiques) pour aller jusqu’à 1.200 degrés.

Pour les aciers inox, le procédé permet en outre d’éliminer une étape génératrice de nombreux rejets toxiques : le décapage acide, nécessaire dans le cas d’une chauffe par four à combustion pour redonner au produit fini son aspect brillant.

Selon le programme européen Life+ qui soutient ces recherches, la conversion d’un cinquième des lignes inox au flux transverse en Europe permettrait une réduction annuelle de l’ordre de 50.000 tonnes de C02, 4.000 tonnes de NOx (oxydes d’azote) et 12.000 tonnes d’acide nitrique.

Les essais en grandeur et conditions de production réelles se poursuivront jusqu’en septembre 2012 à Lautenbach. Objectif : montrer que le flux transverse, qui suscite l’intérêt de la sidérurgie depuis une petite décennie, atteint désormais le degré de maturité autorisant son application à l’échelle industrielle. «Si les essais sont concluants, nous entrerons en phase de qualification industrielle dès fin 2011», annonce Gilles Cornec, directeur de Fives-Celes.

La PME a investi 2,3 millions d’€ (dont 440.000 € d’aides de l’Ademe) dans la conception et l’installation de son démonstrateur. S’ajoutent 646.000 € d’essais, subventionnés à 49 % par Life+.

De l'agroalimentaire à la sidérurgie

Ce projet s’inscrit dans une politique de développement d’équipements sur-mesure pour les fabricants d’acier que poursuit Fives-Celes : un moyen d’atteindre plus vite ses objectifs de chiffre d’affaires (11 millions d’€ réalisés l’an dernier). Les marchés d’équipements standards se montent à quelque 50.000 € l’unité auprès d’une clientèle très diversifiée : centres de recherche, usines agro-alimentaires, traitement thermique, etc.

Les contrats avec la sidérurgie atteignent des sommes bien plus importantes, et auprès d’une clientèle ciblée : Fives-Celes a déjà concrétisé ou est en contact avec ArcelorMittal, TataSteel ou le chinois Baosteel. «L’objectif a minima est de conserver notre niveau d’entrées de commande actuel pour les marchés standards dans un contexte de plus en plus concurrentiel. Et de développer la part des contrats d’équipements pour la sidérurgie, grâce à cette technologie», confie Gilles Cornec.

Créée en 1967, Celes a rejoint 20 ans plus tard le groupe Fives (5.000 salariés pour 1,3 milliard d’€ de chiffre d'affaires annuel). Il en constitue l’une des trente sociétés et l’un des piliers du pôle "Métal".

Pour en savoir plus : www.ecotransflux.com

Crédit photo: Fives-Celes



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Environnement

Mots-clés : Alsace, Haut-Rhin, sidérurgie

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse
A Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainieA Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainie
A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI

Commentez !


Combien font "3 plus 9" ?

Envoyer votre commentaire