Eyenetics a l'œil sur les usines

Publié par Christiane Perruchot, le 24 janvier 2013
Inspiré des cabines des photomatons, une grosse boîte de la hauteur d'un homme renferme deux caméras dotées d'un système d'intelligence embarquée qui filment simultanément le joueur et la balle.
Inspiré des cabines des photomatons, une grosse boîte de la hauteur d'un homme renferme deux caméras dotées d'un système d'intelligence embarquée qui filment simultanément le joueur et la balle.

INNOVATION. Emanation de l'Université de Bourgogne, Eyenetics a mis au point une caméra ultra rapide capable d'enregistrer de 200 à 50 00 images par seconde.

Soutenue par Oséo, la start-up implantée sur le campus de Dijon développe une nouvelle version encore plus sensible à la lumière.

Apposée sur une ligne de fabrication, ce petit bijou de technologie surveille le flux de production et fait comprendre les incidents des automates de production.

Mais c'est dans le sport et le milieu médical que la start-up a trouvé ses premiers marchés.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Les amateurs de golf qui fréquentent le practice de Norges, près de Dijon, savent de quoi il retourne. Beaucoup se sont déjà entraînés avec le Golfomation.

Inspiré des cabines des photomatons, une grosse boîte de la hauteur d'un homme renferme deux caméras dotées d'un système d'intelligence embarquée qui filment simultanément le joueur et la balle.

Le golfeur s'installe devant pour frapper la balle, posée sur un mini tapis. Comme un miroir, un écran de visualisation intégré à la borne peut décortiquer son swing pour repérer ses défauts et ses qualités.

Tactile, il permet par simple toucher de visualiser à nouveau les frappes mais aussi d'exporter les séquences sur une clef USB. Un ordinateur portable permet alors de les visionner au ralenti.

«Les images sont traitées en temps réel et dans une très haute définition, sans le flou habituel des ralentis», explique Laurent Haas, fondateur d'Eyenetics.

Comme ses trois autres complices, il est diplômé du laboratoire Electronique, Informatique et Image LE2I de l'Université de Bourgogne qui héberge toujours la start-up, dans le bâtiment de la faculté des sciences.

C'est là qu'il s'est pris de passion pour la technologie du mouvement en temps réel, au point de devenir docteur es qualité.

Et il continue de faire des adeptes. Sa dernière recrue prépare un contrat de professionnalisation. «Etre proche d'un laboratoire de recherche apporte beaucoup d'émulation et d'échanges», affirme le dirigeant.

Ultrarapide, la caméra ? Qu'on en juge.

Elle est capable d'enregistrer 200 à 50 00 images par seconde. En comparaison, un caméscope domestique prend 25 images par seconde et l'œil humain est vingt fois plus lent.

La fabrication est sous traitée auprès d'entreprises locales, Best Electronique à Gevrey-Chambertin et Novatec Systems à Genlis pour les cartes et Assistem Industrie à Longvic pour les boîtiers. La focale est un standard du marché.

Apposée sur une ligne de fabrication, la caméra surveille les flux de production et restitue en temps réel les incidents des automates.
Apposée sur une ligne de fabrication, la caméra surveille les flux de production et restitue en temps réel les incidents des automates.

Le marché du contrôle qualité et de la maintenance

Développée avec le soutien d'Oséo, une nouvelle version promet d'être encore plus sensible à la lumière grâce à des capteurs d'image améliorés et un système intelligent plus performant.

Encore en phase de prototype, la nouvelle génération de caméras vise particulièrement les industriels.

Apposée sur une ligne de fabrication, la caméra surveille les flux de production et restitue en temps réel les incidents des automates.

Elle est commercialisée prête à poser avec le logiciel, les capteurs et l'optique intégrés. Ce qui offre, selon son dirigeant, un avantage notable sur un marché très concurrentiel.

Les premières ventes dans l'industrie se sont concrétisées en 2012. «Nous visons le marché du contrôle qualité et de la maintenance», précise Laurent Haas.

S'il réussit à conquérir le secteur, le chiffre d'affaires de la PME qui stagne autour de 100 000 € pourrait exploser jusqu'à 3 ou 4 millions.

Pour l'heure, le monde médical demeure encore un débouché porteur. La caméra sert à diagnostiquer les traumatismes de l'équilibre et suivre les progrès d'un patient.

Premier à s'y être intéressé, le marché du sport se heurte à la fois aux possibilités financières des clubs et à la résistance des entraîneurs. «Pourtant, une caméra ne pourra jamais remplacer un professeur, elle l'accompagne», se défend son créateur.

Crédit photos : Traces Écrites et Fast Vision Technologies.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Dijon, Bourgogne, industrie, médical, sports, Eyenetics, innnovation

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

Commentez !


Combien font "6 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire