Et si on reparlait d’Amazon à Chalon-sur-Saône

Publié par Didier Hugue, le 23 novembre 2012

LOGISTIQUE. Le leader mondial du e-commerce Amazon, monte en puissance à Chalon-sur-Saône.

Sur ce troisième site national, 500 emplois en CDI devraient voir le jour, dont 250 largement aidés par des subventions.

Jusqu’à 6500 € alloués par embauche.

Peu communicant, en dépit de la manne publique, le libraire en ligne joue porte close et pointe aux abonnés absents pour expliquer son développement bourguignon.

A Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), la troisième plate-forme de traitement de commande et d’expédition qu’exploite Amazon en France (*) a lancé ses activités tout début septembre sur les 40 000 m2 loués à la Foncière Europe Logistique (FEL), dans le parc d’activités Val de Bourgogne.

Après avoir fait couler beaucoup d’encre sur cette localisation (**), en raison d’une mise en concurrence avec la ville de Beaune (Côte-d’Or), toute proche, le leader mondial du e-commerce (48,08 milliards de $ de chiffre d’affaires, près de 66 000 personnes) respecte ses engagements d’embauche, prévus à hauteur de 250 CDI dans les deux ans et 500 d’ici à 2015.

Christophe Sirugue, député-maire PS de Chalon-sur-Saône - qui n’a pas souhaité répondre à nos questions - s’en félicitait le 15 novembre dernier, lors d’un dialogue Internet avec ses concitoyens, en indiquant le recrutement de «540 personnes, dont 140 CDI et un total de 1 000 employés prévus pour Noël».

Une source, qui connaît bien le dossier Amazon, fait état actuellement de «180 à 200 CDI et plus de 200 intérimaires, mais il est bien difficile de connaître l’exacte réalité sociale, Amazon se refusant à toute communication».

100 000 m2 à construire pour 40 millions d’€ ?

Le groupe américain de Seattle aurait pourtant tout intérêt à jouer la transparence s’il veut empocher une cagnotte de fonds publics plus que confortable.

La lecture des rapports du conseil général de Saône-et-Loire et du conseil régional de Bourgogne, indique le versement d’une subvention cumulée de 4500 € par embauche à plein temps et en CDI.

La prime d’aménagement du territoire (PAT), accordée par l’État, l’abondera vraisemblablement de 1000 à 2000 € supplémentaires.

«Les élus de tout poil se réjouissent de telles implantations qui créent de l’emploi ; il ferait bien aussi de s’intéresser aux 98,5% d’entrepreneurs qui ont moins de 50 salariés et ne peuvent compter que sur leur courage, leur énergie et leur créativité pour exister», tacle Patrice tapie, président de la CGPME Bourgogne.

Toutefois rafraîchis par l’attitude de grands groupes étrangers, notamment l’Allemand Ravenburger resté seulement quatre ans à Chalon-sur-Saône après avoir touché un pactole, les pouvoirs publics ont prévu  des sanctions.

Amazon devra rembourser les primes si, 24 mois après la dernière embauche, l'entreprise ne peut justifier le maintien de 250 emplois ou encore, si cinq ans après la dernière embauche aidée, l’effectif chutait à moins de 250.

Le libraire en ligne devrait toutefois voir beaucoup plus grand à Chalon-sur-Saône et faire édifier pour 40 millions d’€ une base logistique de 100  000 m2 sur d’anciens terrains Kodak.

Un développement que Frédéric Duval, directeur des opérations d’Amazon.fr Logistique SAS se refusait à confirmer en juin dernier.

Reste que tous ceux qui ont eu à étudier le dossier connaissent ce projet. Et notamment Marc Benner, président de Bourgogne Développement qui écrivait récemment : «dans une seconde phase, Amazon envisage de construire 100 000 m2».

(*) Après celles de Montélimar (Drôme) et Saran (Loiret).

L’investissement à Chalon porte sur 4,4 millions d’euros, auxquels se rajoute 4 millions à la charge du propriétaire pour réaménager les locaux.

(**) Relire à ce propos nos articles :

Beaune ou Chalon, Amazon va investir 40 millions d'euros

Amazon choisit Chalon-sur-Saône au détriment de Beaune

Amazon confirme Chalon mais ne dit pas tout



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire, CGPME, recrutement, logistique, Amazon, aides publiques

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale

6 réponse(s) à "Et si on reparlait d’Amazon à Chalon-sur-Saône"

  1. Xebdit :

    Un emploi chez Amazon = du pouvoir d'achat pour une famille, d'où consommation, d'où économie chalonnaise qui tourne (y compris pour les petits commerçants). Chalon doit être fier d'avoir attirer le numéro un de le vente en ligne. Et si cela n'avait pas été la ville choisie, une autre l'aurait été à son détriment. L'économie de marché engendre une compétition territoriale. Si vous voulez que cela change, alors il faut changer le système tout entier. Je ne suis pas sûr que tout le monde y soit prêt...

  2. larché gérarddit :

    Et si on parlait parfois des milliers d'emplois supprimés dans les commerces traditionnels : la vente sur internet est pratique, et elle remplace d'autres formes de ventes, elle ne crée pas de richesses, mais transfère de la richesse, et donc les collectivités se battent à coup de subventions pour ramener cette richesse chez elles... et de la pauvreté ailleurs Mais comme ils ne comprennent rien à l'économie cela ne sert à rien d'en parler.

  3. Guillaumedit :

    Et si les collectivités aidaient effectivement les PME ? Combien de petites entreprises ont péréclités depuis 2004 et la mise en route de cette zone logistique ? Lorafret, PHM, logivins ... Rien n'a été fait pour les aider. Seul Honeywell (Bacou-dalloz, Sperian) est encore là, approchant les 90 emplois. Mais pour combien de temps encore ? Strictement rien n'est fait en travail de fond et suivi des entreprises en place. Tout est pour les effets d'annonce. D'autre part comment se fait-il compte-tenu des sommes que Nous versons, que nous n'ayons pas régulièrement un point sur les avancées ? Il est malheureux de constater encore une fois les extraordinaires faiblesses du monde politique face à la réalité de l'emploi et des entreprises.

  4. Didier Huguedit :

    Merci pour vos commentaires et votre fidélité à notre site d'information économique. À Christophe L, nous précisons qu'Amazon se développe à marche forcée dans le monde entier. Aussi, le projet d'une grosse plate-forme à Chalon peut rester d'actualité. À monsieur Paul-Even du Fou, nous indiquons avoir contacté le Pôle Emploi de Chalonqui a trié de très nombreux CV pour le compte d'Amazon, mais n'est pas non plus informé des embauches effectives.

  5. Paul-Even du Foudit :

    Et si vous demandiez à Pôle Emploi Bourgogne des précisions sur les embauches réalisées. Pôle Emploi est un acteur majeur dans cette opération "politique" d'implantation largement rétribuée par le contribuable. Le silence de Pôle Emploi semble assourdissant.

  6. Christophe Ldit :

    Question: si AMAZON construit un entrepôt de 100 000 m² à Douai, dans le Nord, conservera-t-il son projet (base logistique de 100 000 m²) sur l'ancien site KODAK ?

Commentez !


Combien font "10 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire