Escofier injecte 700 000 euros et double sa surface d’assemblage

Publié par Didier Hugue, le 08 février 2016

MACHINE-OUTIL/SAÔNE-ET-LOIRE. Le fabricant d’équipements de roulage ou formage à froid de pièces en métal s’étend à Chalon-sur-Saône et complète son parc de machines.

Sa croissance à deux chiffres, portée par les ventes à l'étranger de sa gamme de rouleuses électriques, l’y oblige.

Escofier revit depuis la fin 2009 au sein du groupe Galilé que préside le « serial » repreneur bressan Éric Michoux.

 

escofiergeste
La progression de nos ventes conduit au doublement de la surface de l'atelier de montage.© Traces Ecrites.

 

Avec 12,5% de croissance sur le dernier exercice, offrant 6,3 millions d’€ de chiffre d’affaires en 2015, Escofier va bien et même de mieux en mieux. Un miracle alors que fin 2009, le fabricant de machine de roulage à froid et d’outils dédiés, était repris à la barre du tribunal par Éric Michoux et son groupe Galilé.

 

Non, juste un peu d’anticipation, de motivation et d’huile de coude, affirme le P-DG  de Galilé, sachant que ce savoir-faire ne se partage qu’entre quelques opérateurs dans le monde, dont un Allemand très hégémonique.

 

En cinq ans, Escofier qui emploie 40 personnes sur son site de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), a fait son trou, notamment à l’international. Une co-entreprise montée en Inde permet d’inscrire au catalogue des équipements d’entrée de gamme, très concurrentiels en prix.

 

En outre, sur les 15 machines haut de gamme et entièrement électriques, d’une puissance de 10 à 120 tonnes, commercialisées l’an dernier, neuf l’ont été auprès d’industriels étrangers de l’automobile.

 

banquepopulaire 

 

Mutualisation de la R&D au sein de Galilé

 

« La progression de nos ventes, d’environ 5 unités par an, nous oblige à doubler notre atelier de montage », indique Corinne Kernin, la directrice générale.

 

Un bâtiment contigu, qui ne sert actuellement que d’espace de stockage, va bénéficier de 100 000 € de travaux qui porteront essentiellement sur l'isolation et la création d'une communication entre les deux ateliers.

 

Escofier renforce par ailleurs son outil industriel. L'outilleur vient également d’acquérir une nouvelle rectifieuse pour le galetage de ses outils de formage. D'ici quelques mois, un tour d’usinage 5 axes intègrera les ateliers, pour une facture globale de 700 000 €.

 

escofier
Deux machines de roulage à froid en cours de montage, dont ici une 60 tonnes. © Traces Ecrites.

 

L’avenir, la dirigeante l’entrevoit bien orienté. Escofier développe un programme stratégique en partenariat avec une autre société du groupe Galilé (*) : PI System Automation, située à Romagnat (Puy-de-Dôme.

 

« Nous travaillons à interconnecter nos machines et nos outils pour proposer le meilleur réglage automatisé », explique Corinne Kernin. Elle espère ainsi encore marquer des points dans son secteur et renforcer l’effectif, comme tout récemment avec l'embauche de trois personnes.

 

(*) Galilé fédère 16 entreprises, emploie 650 personnes et réalise 57 millions d’€ de chiffre d’affaires 2015.

 

exercice_illegal_boucle 

 

Qui est Corinne Kernin ?

 

corinnekernin
Corinne Kernin devant la toute nouvelle rectifieuse qui attend sa mise en service. © Traces Ecrites.

 

La jeune femme, aujourd’hui directrice générale d’Escofier, revendique un parcours très atypique pour piloter une PMI. Diplômée en mathématiques et informatique, elle se destine déjà à l’enseignement et officie quelque années dans l’Éducation nationale.

« Je voyais que ce n’était pas ma voie professionnelle, aussi ai-je passé un BTS gestion de PME/PMI en alternance », souligne-t-elle. Et devinez qui était son entreprise d’accueil ?

Embauchée au poste d’assistante commerciale, elle se découvre une vocation dans la vente, devient technico-commerciale et développe à l’international les marchés américain, chinois, indien et russe.

Sa très forte implication invite son employeur à lui donner, depuis le 2 novembre dernier les clés de l’entreprise.

 



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire, Investissement, machine-outil, Escofier, Éric Michoux, recherche et développement, Bourgogne Franche-Comté, Corinne Kernin

Découvrez également les articles associés :

En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot
La rentrée des horlogers franc-comtois, épisode 2/2 : Utinam et RoutineLa rentrée des horlogers franc-comtois, épisode 2/2 : Utinam et Routine

1 réponse(s) à "Escofier injecte 700 000 euros et double sa surface d’assemblage"

  1. mouton dit :

    Bonjour, Je travaille chez Beck Technologies et j aimerais avoir plus d expérience sur le roulage à enfilade. Merci si on pouvait avoir un rdv.

Commentez !


Combien font "3 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire