ERG Transit Systems a le ticket avec Dijon et la Côte-d'Or

Publié par Traces Ecrites News, le 25 novembre 2010

Innovation. Une clé USB, un ticket ou une carte à puce sans contact : ce sont les nouveaux titres de transport en commun que les usagers de Dijon et de Côte d'Or utiliseront dès l'année prochaine.

L'entreprise bisontine ERG Transit Systems est le concepteur d'une billettique commune, mise en place à la rentrée 2011 pour les bus départementaux Transco, début 2012 dans les bus urbains Divia de l'agglomération dijonnaise, enfin dans le tramway de Dijon dont la mise en service est annoncée à l'automne 2012.

Que les supports soient une clé USB, une carte en plastique type carte bleue ou un billet cartonné, le principe est le même.

Le titre de transport est validé à l'intérieur du bus, par sa simple lecture à un terminal, sans le moindre contact grâce à une puce électronique. Plus besoin de composter son ticket ou de présenter son abonnement au conducteur.

Le second intérêt réside dans le fait que l'usager peut lui même recharger son abonnement à domicile.

Il lui suffit d'introduire sa clé USB dans son ordinateur personnel. Connecté à un site internet dédié, il paie en ligne avec sa carte bancaire.

Lorsqu'il s'agit d'une carte ou d'un ticket, un lecteur individuel (loué ou acheté) lui permettra de faire les mêmes opérations.

Les dépositaires de titres de transport disposeront du même matériel pour ceux qui n'ont pas d'ordinateur ou ne veulent pas changer leurs habitudes.

Dernier avantage et non des moindres, le billet électronique peut contenir n'importe quel type de transport, quel que soit le gestionnaire.

Recrute ingénieurs, informaticiens et technico-commerciaux

«Techniquement, on charge ce que l'on veut dans la puce, l'offre varie selon les besoins et la gamme des organisateurs de transport», précise Christophe Sanglier, chargé des relations extérieures d'ERG Transit Systems.

En plus des économies de gestion, la mutualisation des titres de transport a motivé le Grand Dijon et le conseil général de la Côte-d'Or pour mettre en place ce système commun auquel le conseil régional, qui exploite les TER, pourrait se joindre.

Piloté par Le Grand Dijon, un groupement de commandes a débouché sur le choix d'ERG Transit Systems qui a déployé cette organisation à titre expérimental à Strasbourg, Montpellier, en Bretagne et à la RATP.

Ce contrat de 6 millions d'euros concerne 20 000 supports. L'entreprise de Besançon (Doubs) réalise 30 millions d'euros de chiffre d'affaires et emploie 130 salariés.

Elle fournit le logiciel, les terminaux de lecture, les outils de contrôle et assure la maintenance et le SAV.

Oberthur, implanté notamment à Dijon, est l'un de ses fournisseurs.

Implantée depuis 20 ans à Besançon, ERG Transit Systems a pour maison-mère la société australienne Vix ERG, l'un des trois leaders mondiaux des systèmes de transport intelligents.

Renforcée il y a quelques mois avec le centre de développement des logiciels de billettique pour le monde entier, l'entreprise bisontine -seule représentation en France, en dehors de quelques agences- assure la conception, la mise en œuvre et la maintenance des systèmes billettiques en France, en Europe du Sud et au Moyen-Orient.

Elle travaille notamment sur le monorail que Bombardier va installer dans un nouveau quartier d'affaires à Ryad (Arabie Saoudite). Et est en train d'effectuer une livraison en Norvège et en Afrique du Sud.

Ces développements nécessitent un recrutement quasi permanent, d'ingénieurs, informaticiens et technico-commerciaux.

Crédits photos: ERG Transit Systems



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Innovation

Mots-clés : Besançon, Dijon, Franche-Comté, Côte-d'Or, Doubs, transports en commun, billettique, ERG Transit System

Découvrez également les articles associés :

En Alsace, le plasturgiste EMI démontre les capacités d'une PME à réaliser une usine 4.0 En Alsace, le plasturgiste EMI démontre les capacités d'une PME à réaliser une usine 4.0
Pourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'OrPourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'Or
Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€

Commentez !


Combien font "8 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire