En ordre de bataille, le jurassien IDMM aborde 2017 avec confiance

Publié par Monique Clémens, le 27 septembre 2016

MICROTECHNIQUES/JURA. Spécialisée dans les composants de connectique et d’électrique de puissance – des pièces titane pour réacteurs, pour l’hydraulique… – l’entreprise  de Dole (Jura) se distingue de ses concurrentes par la maîtrise de trois métiers : le fraisage, le tournage et le décolletage.
Fidèle au salon des microtechniques Micronora qui se déroule du 27 au 30 septembre à Besançon, IDMM vient de revoir totalement son organisation industrielle en unités autonomes de production (UAP), comme dans l’industrie automobile.

 

idmmatelier
IDMM fait partie du cluster Aeromicrotec dont le baptême aura lieu au salon Micronora à Besançon.

 

De mémoire de salariés, IDMM n’a jamais raté une édition de Micronora. Pour celle de 2016, qui ouvre ses portes à Besançon ce mardi 27 septembre, l’entreprise créée en 1994 à Dole (Jura) sera particulièrement dans le ton.

 

Le pôle de compétitivité Microtechniques va en effet officiellement annoncer la naissance de deux clusters qu’il a initiés avec les industriels locaux pour les fédérer et leur donner plus de visibilité : Aeromicrotec, pour les sous-traitants de la filière aérospatiale, et Innov’Health, pour ceux de la filière médicale.

 

Chez IDMM, l’activité médicale est récente et représente déjà 25% d’un chiffre d’affaires de 14,1 millions d’€ en 2015 (dont 40% à l’export, et 15 millions attendus pour 2016) ; quant à l’aéronautique, le secteur en génère désormais la moitié. L’entreprise doloise a d’ailleurs participé à l’élaboration de la marque et à la naissance du cluster avec Zodiac Aeroelectric, Cryla...

 

Rachetée par Radiall (le groupe dirigé par Pierre Gattaz, par ailleurs président du Medef national) en 2007, IDMM se distingue d’autres entreprises microtechniques par les trois métiers : le fraisage, le tournage et le décolletage qu’elle maîtrise, lorsque ses concurrents n’en maîtrisent qu’un ou deux. La PME se singularise aussi par son organisation industrielle, qu’elle vient de revoir totalement. 

 

banquepopulaire

 

« Il n’est pas facile d’innover dans nos technologies, alors nous innovons dans l’organisation et le niveau de performance, afin de mieux répondre aux attentes de nos clients en matière de qualité et de délais », explique Roland Pidancier, son directeur général.

 

Ainsi, en 2015, parce que les clients investissent de moins en moins dans les compétences de leurs bureaux d’étude, l’entreprise doloise a créé un poste de co-concepteur qui est en lien direct avec eux.

 

Des unités autonomes de production sur le modèle de l’industrie automobile

 

idmm
IDMM réalise la moitié de son chiffre d'affaires avec l'aéronautique et un quart avec le secteur médical.

 

Côté ressources humaines, IDMM a aussi mis en place des chargés d’affaires qui ont, chacun, un compte client avec un industriel et un secteur d’activité : l’aéronautique, le médical, la défense ou l’industrie.

 

« Ainsi, on capitalise sur le retour d’expérience », poursuit le dirigeant. « Le médical et l’aéronautique, ce sont deux secteurs où nous sommes contactés directement par de grands donneurs d’ordre. Ils cherchent des entreprises structurées, qui ont une taille importante. »

 

Sur la zone d’activité des Epenottes à Dole, l’usine s’est aussi et surtout réorganisée en mini-usines, en unités autonomes de production (UAP), comme dans l’industrie automobile. Ce grand bouleversement a eu lieu entre septembre 2015 et mai 2016.

 

« Ce fut une grosse remise en question mais notre décision était d’être au plus près du terrain. Chaque UAP est désormais autonome dans ses fonctions, que ce soit pour l’approvisionnement, la qualité, les méthodes de fabrication.. », indique Roland Pidancier.

 

Une douzaine d'embauches en un an

 

atelieridmm
IDMM s'est réorganisée en unités autonomes de production.

 

« Cela demande du temps et des moyens, mais les indicateurs de performance, déjà, sont en nette amélioration. Et les personnels sont plus impliqués. Si les indicateurs sont mauvais, ils veulent savoir pourquoi et comment les améliorer. »


Combinée à la croissance de l’activité, cette réorganisation a justifié l’embauche d’une douzaine de personnes depuis un an, pour un effectif total de 170 personnes, dont 30 intérimaires.

 

Le management de proximité, par trois responsables des UAP et par des éléments visuels (graphiques, tableaux), a remplacé le management vertical, et le patron de l’usine vise une nouvelle amélioration de la performance en 2017, après l’arrêt de la production pendant deux jours, en novembre, « pour apprendre à travailler ensemble ».


exercice_illegal_boucle

 

L’expertise technique doloise est par ailleurs utilisée par une autre filiale de Radiall, au Mexique, pas très loin de Boeing et de ses sous-traitants américains. « Nous avons beaucoup d’échanges avec nos confrères mexicains et les clients sont sécurisés par notre présence en Europe et sur le continent américain. Beaucoup rationalisent leur panel et cela peut aussi nous faire gagner des marchés en Europe. »


En attendant, les responsables commerciaux vont à la rencontre de leurs clients sur les salons. Après Micronora à Besançon, ce sera Compamed à Düsseldorf, en novembre.

 

« Nous y sommes déjà allés en 2015. L’idée, c’est de développer les marchés allemand et suisse », indique Frédéric Chanut, responsable commercial.

 

pidancierrolandQui est Roland Pidancier ?


Jurassien de 46 ans, le directeur général d’IDMM a suivi une scolarité technique qui l’a sensibilisé aux questions d’organisation industrielle. Après un CAP passé à Dole puis un bac pro à Champagnole, également dans le Jura, il a obtenu un BTS de productique à Montbéliard (Doubs) avant de faire une grande partie de sa carrière dans la filière automobile.
Chez le métallurgiste Manzoni-Bouchot, à Saint-Claude (Jura), il s’est initié à des méthodes d’organisation transversales qu’il a pu appliquer à cinq ou six sites industriels. « On pouvait ainsi faire des essais différents sur chaque site et, en fonction du retour d’expérience, appliquer partout ce qui marchait. »
Arrivé chez IDMM en 2011 comme responsable industriel, il a très vite dû assurer la direction du site par intérim avant d’être nommé officiellement directeur général, un an plus tard.

Photos fournies par l'entreprise.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Jura, Micronora, microtechniques, médical, aéronautique, Cryla, IDMM, connectique, embauches, pôle de compétitivité des microtechniques, Bourgogne Franche-Comté, Zodiac, Innov’Health, industrie de la défense, Aeromicrotech, organisation industrielle, unités autonomes de production, Radiall

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

Commentez !


Combien font "10 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire