En Marche avec Emmanuel Macron veut mobiliser les chefs d’entreprise de Bourgogne - Franche-Comté

Publié par Christiane Perruchot, le 16 janvier 2017

POLITIQUE/BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ. Le comité Dijon République du mouvement "En Marche avec Emmanuel Macron" a lancé ce samedi 14 janvier à Dijon, la mobilisation des chefs d’entreprises.
Baptisée « La marche des entrepreneurs », l’initiative s’attèle à un exercice qui ne sied guère aux entrepreneurs : leur implication dans l’action politique dont ils préfèrent, généralement, être les observateurs et les critiques.
Une mobilisation que les responsables en Côte-d’Or de la campagne du candidat à l’élection présidentielle - au premier chef le sénateur socialiste et ancien président du conseil régional François Patriat -, espèrent suffisante pour aboutir à une réunion le 23 janvier à Beaune où l’on parlera emploi et entrepreneuriat.

 

Dans la perspective de l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai 2017, la rédaction de Traces Ecrites News va repérer, en Bourgogne - Franche-Comté et dans la région Grand Est, les initiatives de terrain des soutiens aux candidats de toute obédience qui concernent l'entreprise et l'aménagement du territoire.

 

macron
© Soazig de la Moissonnière

 

François Patriat a forcément un enthousiasme débordant qu’il convient d’apprécier avec un peu de recul. L’ancien président du conseil régional de Bourgogne, sénateur PS, aime à rappeler qu’il fut l’un des premiers à croire en Emmanuel Macron comme présidentiable, alors qu’il était encore ministre de l’Economie.

 

Lui qui n'a pas toujours pas suivi la ligne du parti retrouve certainement en ce quadra, non encarté, la fougue de sa jeunesse.

 

« Macron est une alternative crédible qui n’est pas le résultat d’un appareil politique et qui a une vision du monde d’aujourd’hui avec des réponses adaptées au monde de demain », explique François Patriat, l'un des coordinateurs des comités de soutien à Emmanuel Macron « entre le terrain et Paris ». En véritable VRP du mouvement En Marche !, il prend son bâton de pèlerin pour répandre la bonne nouvelle.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

Le candidat dispose avec l’ancien président du conseil régional d’un relais précieux. Lui qui se situe ni à droite, ni à gauche même s’il a participé au gouvernement socialiste de Manuel Valls, sait que François Patriat a un carnet d’adresses long comme le bras et s’attire des sympathies sur l’ensemble de l’échiquier politique.

 

Constitués pour un tiers d’élus encartés à gauche, pour un autre tiers d’anciens militants du PS ou du Centre, et pour le troisième, de personnes de la société civile qui font leurs premiers pas en politique, les 23 comités de soutien constitués en Côte-d’Or rassemblent aujourd’hui 1.260 adhérents (142.000 revendiqués au plan national), précise Danielle Juban, adjointe au maire de Dijon François Rebsamen, et référente de La Côte-d’Or En Marche.

 

Des propositions pragmatiques

 

enmarcheconfpresse
Le comité En Marche avec Emmanuel Macron Côte-d'Or a organisé une conférence de presse le 13 janvier à Dijon, jour de la visite de deux des candidats de la primaire de la gauche, Manuel Valls et Vincent Peillon.

 

La construction du mouvement se veut citoyenne et « spontanée » : les personnes qui veulent s’engager s’investissent dans des comités répartis sur le territoire, sortes de brain storming où l’on discute économie, santé, ruralité, etc. en fonction des compétences des participants. L’idée est refaire remonter au candidat « des propositions pragmatiques ».

 

Médecins, retraités, agriculteurs, enseignants, mais aussi jeunes - les Jeunes Avec Macron sont une centaine en Côte-d’Or selon son animateur Grégoire Person, étudiant - : c’est maintenant au tour des chefs d’entreprises de rejoindre le mouvement, estime Jérôme Naime, directeur de campagne en Côte-d’Or. Proviseur adjoint du lycée Carnot à Dijon, il a la lourde tâche de mobiliser les entrepreneurs, artisans et commerçants.

 

Les patrons sont partagés entre le sentiment d’un « phénomène » populaire éphémère et la séduction d'un homme qui peut donner un coup de pied dans la fourmilière des complexités administratives et sociales qui font leur quotidien.

 

exercice_illegal_boucle

 

Après le lancement de samedi dernier à Dijon, une réunion s’adressera particulièrement aux chefs d’entreprises, le 23 janvier à Beaune sur le thème de l’emploi et de l’entrepreneuriat. « La suppression du RSI (régime social des indépendants, ndlr) et l’élargissement du droit au chômage aux travailleurs indépendants leur parlent », souligne Jérôme Naime.


Fort d’un élan de curiosité qui remplit les salles comme on le l’avait plus vu depuis longtemps, raconte François Patriat, - comme à Nevers (Nièvre) le 6 janvier dernier où se sont pressées plus d'un millier de personnes -, le candidat aborde maintenant une nouvelle étape : comment agréger des gens d’horizons divers et rallier le soutien d’élus sans tomber dans le piège du sytème des partis, qu’il rejette.

 

patriat
François Patriat, coordonateur des comités de soutien à Emmanuel Macron.

Selon François Patriat, ils seraient une quarantaine de sénateurs et parlementaires à apporter leur soutien au candidat qui aurait déjà réuni les 500 parrainages requis pour déposer sa candidature. « Et il y en a beaucoup d’autres qui estiment plus prudents de ne pas se dévoiler trop tôt », assure t-il.

 

En Bourgogne - Franche-Comté, le maire de Besançon (PS) Jean-Louis Fousseret a déjà déclaré sa flamme en adhérant à En Marche !, Marie-Guite Dufay s’est dit « très intéressée » par la démarche du candidat, le député de l’Yonne Jean-Yves Caullet vient d’annoncer son ralliement et on compte une dizaine de conseillers municipaux de Dijon, parmi lesquels le PRG Didier Martin.


Des soutiens aujourd’hui encore davantage en provenance de la gauche, mais que François Patriat ne désespère pas voir venir de l’Union des Démocrates Indépendants (UDI), « voire des républicains ».



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : François Patriat, politique, élection présidentielle, Bourgogne Franche-Comté, En Marche avec Emmanuel Macron, La Côte-d’Or En Marche, Danielle Juban, Emmanuel Macron

Découvrez également les articles associés :

Naissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand EstNaissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand Est
Are you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole  le revendiquentAre you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole le revendiquent
Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image
En Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaireEn Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaire

1 réponse(s) à "En Marche avec Emmanuel Macron veut mobiliser les chefs d’entreprise de Bourgogne - Franche-Comté"

  1. Guyarddit :

    "exercice qui ne sied guère aux entrepreneurs : leur implication dans l’action politique dont ils préfèrent, généralement, être les observateurs et les critiques." Intéressant! Ça ne serait, un peu, pour cela que la France ne va pas bien? Les entreprises ont des employés, qui sont aussi des citoyens tout en étant acteurs économiques par leur activité professionnelle et leur mode de vie. Le capitalisme débridé qui s'applique partout dans le monde, ne considère que la dimension économique des personnes et néglige le reste (cf l'ubérisation à marche forcée, la précarité etc). L'économie pratiquée actuellement détruit rapidement et sûrement les structures étatiques (cf l'extraterritorialité des lois des USA) et sociales. Bon courage pour la suite!!!!

Commentez !


Combien font "6 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire