En Lorraine, le restaurateur de patrimoine France-Lanord et Bichaton élargit ses horizons avec la réalité augmentée et la maquette numérique

Publié par Philippe Bohlinger, le 13 février 2018

BÂTIMENT/MEURTHE-ET-MOSELLE. Connue comme intervenant sur les monuments historiques, France-Lanord et Bichaton teste une application de réalité augmentée pour l’une de ses activités, l’agencement intérieur.

L’outil développé avec la plateforme collaborative Micado à Charleville-Mézières (Ardennes) permettra à ses clients de se projeter dans leurs futurs aménagements.

L’entreprise basée à Heillecourt (Meurthe-et-Moselle) creuse également les potentialités de la maquette numérique ou BIM.

 

francelanortete
France-Lanord et Bichaton a renoncé à la mécanisation de ses outils pour cultiver un savoir-faire manuel.  © Philippe Bohlinger.

 

A 153 ans, le spécialiste de la restauration des monuments historiques, France-Lanord et Bichaton à Heillecourt (Meurthe-et-Moselle) entend rester au contact des technologies de pointe, au premier rang desquelles figurent la réalité augmentée et la maquette numérique ou BIM (Building Information Modeling).

 

Il s’agit pour l’entreprise de maçonnerie, taille de pierre et menuiserie de perpétrer une certaine culture de l’innovation qui lui a permis d’accompagner à l’aube du XXe siècle les mouvements innovants dans la construction.

 

L’entreprise fondée par Jules-Gilbert Bichaton et Jean-Baptiste France-Lanord, a mis en œuvre les premiers bétons armés dès 1895 ; un savoir-faire qui lui a valu de bâtir de nombreux monuments Art Nouveau de Nancy. Ses 96 salariés contribuent aujourd’hui à restaurer ces chefs d’œuvre.

 

Début février, la PME lorraine (11 millions d’€ de chiffre d’affaires) a testé une solution de réalité augmentée destinée à ses clients en aménagement intérieur qui représente 40% du chiffre d’affaires. Développée pendant deux ans en partenariat avec la plateforme collaborative Micado, spécialisée dans l’ingénierie numérique à Charleville-Mézières et un studio de visualisation 3D, cette interface superposera sur l’existant des éléments calculés en temps réel par un système informatique.

 

cfailorraine

 

« Nous sommes dans une vue 3 dimensions dynamique, autrement dit le client doit pouvoir se mouvoir dans l’espace. Tout l’enjeu consiste pour nous à obtenir un niveau de rendu satisfaisant dans les détails », souligne Olivier Crancée, président de France-Lanord et Bichaton. Sa clientèle dans le Grand-Est et en Ile-de-France affiche un haut degré d’exigence : l’entreprise a notamment rénové à Paris, l’hôtel de Crillon, le palace 5 étoiles Royal Monceau, l’hôtel particulier Lambert, etc.

 

Dans son métier historique, la taille de pierre, le catalogue des réalisations de l’entreprise fait voyager dans les monuments historiques de la Meurthe-et-Moselle : Palais des ducs de Lorraine, place Stanislas ou encore laVilla Majorelle à Nancy, le Château des Lumières à Lunéville, la basilique de Saint-Nicolas-de-Port, etc.

 

France-Lanord et Bichaton a sondé un temps le potentiel d’outils robotisés, pour finalement rester sur son savoir-faire manuel. « En renonçant à la taille mécanisée, nous nous sommes fermés certains marchés qui impliquent la réalisation de pièces répétitives. Nous préférons cultiver un savoir-faire manuel, quitte à conserver une plus petite taille », poursuit le président.

 

Coproduction d’œuvres artistiques

 

francelanoratelier
L’atelier menuiserie restaure le tourniquet d’un grand hôtel parisien. © Philippe Bohlinger.

 

Cela n’empêche pas l’entreprise de s’intéresser à la montée du BIM (Building Information Modeling) dans la construction, autrement dit l’utilisation de maquettes numériques 3D pour ses chantiers de construction et rénovation. Son responsable d’exploitation, Recep Yildirim est associé à une commission BIM du groupement national des entreprises de restauration de monuments historiques (GMH).

 

« La restauration d’un château en Ile-de-France devrait être traitée prochainement en BIM. Il est intéressant de voir en quoi cette méthode est adaptée à nos métiers », livre l’intéressé.

 

 

pvfinpi

 

 

La modernité, dans le domaine de la taille de pierres, l’entreprise s’y inscrit également en coproduisant des œuvres d’art en collaboration notamment avec le Palais de Tokyo. Au mur de son atelier à Heillecourt, on peut admirer le patron d’une réalisation qui a défrayé la chronique artistique l’an dernier.

 

France-Lanord et Bichaton a taillé un rocher de 15 tonnes en pierre meusienne dans lequel l’artiste Abraham Poincheval s’est enfermé au palais de Tokyo à Paris, durant... une semaine !

 

palaisdetokyo
Un dessin à l'échelle 1 avait permis aux tailleurs de pierre de creuser la forme du corps de l'artiste Abraham Poincheval dans les deux blocs de pierre de Savonnières, une carrière de la Meuse. © Palais de Tokyo.

 

Qui est Olivier Crancée ?

 

francelanordirigeant
Olivier Crancée, président de France-Lanord et Bichaton. © Philippe Bohlinger.


Arrivé chez France-Lanord et Bichaton en 1995, Olivier Crancée a repris l’entreprise familiale cinq ans plus tard en s’associant à Claude Marin et Thierry France-Lanord, actionnaire minoritaire.

Ce Vosgien, diplômé d’un DUT de Génie civil, évoque un métier de passion « en prise avec l’histoire d’un pays et d’une région et au contact de maître d’ouvrage et d’architecte extrêmement cultivés ».
Il s’inquiète cependant des difficultés de recrutement malgré les liens avec les centres de formation des apprentis des Compagnons du Devoir à Jarville (Meurthe-et-Moselle) et du lycée professionnel Camille Claudel à Remiremont (Vosges).

« La taille de pierre est souvent un métier choisi, c’est moins le cas en maçonnerie et en menuiserie », confie le président.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : bâtiment, Lorraine, Grand Est, réalité augmentée, agencement, Nancy, Monuments historiques, Meurthe-et-Moselle, taille de pierre, BIM, France-Lanord et Bichaton, Olivier Crancée, Abraham Poincheval

Découvrez également les articles associés :

En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot
La rentrée des horlogers franc-comtois, épisode 2/2 : Utinam et RoutineLa rentrée des horlogers franc-comtois, épisode 2/2 : Utinam et Routine

Commentez !


Combien font "3 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire