En Haute-Saône, la Planche des Belles Filles accueille pour la troisième fois une arrivée du Tour de France

Publié par Pierre-Yves Ratti, le 05 juillet 2017

HAUTE-SAÔNE. Faire arriver le peloton du Tour de France et sa caravane au fin fond d'une vallée vosgienne de Haute-Saône, avec les 30 à 35.000 spectateurs que cela implique, c'est pour le moins quelque chose d'insolite.
Ce sera pourtant la troisième fois ce mercredi 5 juillet. Et l'étape est devenue pour les cyclistes « mythique » comparée à un « petit Alpes d'Huez » ou au Mont Ventoux.

Le site, propriété du conseil départemental, est une petite station de sports d'hiver familiale jusqu'alors connue des seuls voisins ou initiés.

 

hautesaoneentete
Le slogan du Département de la Haute-Saône inscrit sur la route, dans l'ascension. © Pierre-Yves Ratti.

 

Qui aurait imaginé, voici dix ans, que La Planche des Belles Filles, aux confins de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort, deviendrait une arrivée du Tour de France ? Ce nom insolite vient d'une légende selon laquelle durant la guerre de Trente Ans, les jeunes filles du village voisin de Plancher-les-Mines se seraient suicidées pour échapper aux mercenaires suédois. 


C'est pourtant le cas depuis 2012, date de la première arrivée des coureurs au sommet de La Planche. La deuxième fois, ce fut en 2014. Et revoilà de nouveau le plus grand tour cycliste au monde, ce mercredi 5 juillet 2017 (*).


Y en aura-t-il d’autres ? Rien n'est encore sûr à ce jour : le contrat entre le Département de Haute-Saône et Amaury Sports, organisateur du Tour de France, prévoyait trois passages. Aucune annonce de nouveau contrat n'a été faite à ce jour.


Non seulement la venue du Tour dans ce coin de Haute-Saône n'allait pas de soi, mais elle a aussi été fortement contestée par les écologistes, en raison de la proximité immédiate du parc naturel des Ballons des Vosges dont la limite borde les pistes de la station, et du site classé Natura 2000.

 

 Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond


La Planche des Belles Filles n'a rien à voir avec les habituels départs ou arrivées du Tour : ce n'est ni une ville, ni un site touristique remarquable, mais une petite station de ski familiale, nichée au fond d'une vallée des Vosges méridionales.

 

Qui plus est au bout d'une route en cul de sac. Autant dire que ceux qui si rendaient avant 2012 étaient soit des voisins, soit des initiés.


Un outil de communication et de notoriété

 

arriveeplanche
L'arrivée à la Planche des Belles Filles en 2014. © Christophe Charbon.

 

Depuis cette année-là, les choses ont quelque peu changé : La Planche a fait parler d'elle grâce au Tour de France. Et parfois avec fracas, du moins sur le plan sportif. Sa pente courte, mais raide, s'est avérée très sélective. Christopher Froome, l'un des favoris cette année encore, l'a emporté lors du premier passage.

 

En 2014, c'est Vincenzo Nibali qui a gagné, mais en Franche-Comté, on a retenu la deuxième place de Tibault Pinot, le régional de l'étape. Ce même Thibault Pinot qui espère bien briller à nouveau à La Planche cette année, lui qui est né à quelques tour de roues de là, à Lure, en 1990.

 

Alors, le Tour est-il une chance pour cette petite station, au fond de la vallée du Rahin ? Yves Krattinger, président du Département, en était persuadé lorsqu'il a lancé ce projet. Il s'agissait de donner une notoriété à ce petit coin de Haute-Saône pour y développer un tourisme familial.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

Objectif en partie atteint : « Les gens nous disent qu'ils connaissent le nom grâce au Tour de France » explique Karine Tissot, directrice de la station depuis 18 mois. L'effet notoriété a d'ailleurs opéré aussi en 2014 sur le secteur des Mille Etangs, à quelques pas de La Planche, que les téléspectateurs ont découvert via des images aériennes.


Aujourd'hui, la politique de communication du Département joue résolument la carte du vélo, avec le slogan « La Haute-Saône, la course en tête » et fait des Vosges du Sud l’une des destinations en vue.

 

D'autant que La Planche des Belles Filles accueillera le 27 juillet le Tour d'Alsace et le 27 août le Tour de Bourgogne – Franche-Comté. Devenue « étape mythique » du Tour de France, elle attire autant les organisateurs d'épreuves que les cyclotouristes. Comme ce groupe de 50 cyclistes anglais, qui parcourent en avance toutes les étapes du Tour au bénéfice d'une association caritative et qui a fait étape mercredi dernier…

 

Un nouveau bâtiment de 600 m² en construction

 

tissot
Karine Tissot, directrice de la station, devant un panneau de pub du Département où sont inscrits les noms des financeurs, publics et privés, de l'accueil de l'arrivée du Tour de France. © Pierre-Yves Ratti.

 

L'aménagement de la station a débuté par la constitution de trois plateaux, les « terrasses du Tour », pour accueillir les camions et les structures de l'arrivée. La route a également été prolongée le long de la piste verte, pour un final à 17%. « Les six pistes de la station n'ont pas été modifiées », insiste Karine Tissot.

 

En janvier 2013, la station auparavant gérée par un syndicat mixte, a été prise en charge directement par le Conseil départemental de la Haute-Saône, propriétaire, qui lui affecte un budget annexe. C’est lui qui réalise les investissements programmés à hauteur d’environ 1,4 million d’€ et partiellement réalisés.

 

Actuellement, le Département fait construire un bâtiment de 400 m², pour un coût de 600.000 €, qui doit être livré en septembre. Il accueillera un espace de location de matériel, l'école de ski dont le succès va croissant avec l’embauche d’un second moniteur, la billetterie et un espace technique pour le personnel.

 

Ecole des vins

 

Sans atteindre des sommets, la fréquentation, variable en fonction d’une météo pas toujours favorable, tend à progresser. La station a pu ouvrir pendant 63 jours lors de la dernière saison hivernale, entre décembre 2016 et mars dernier.

 

Une délibération du conseil départemental fait état d'une journée record avec 826 forfaits alpins vendus le 22 janvier 2017, contre 796 pour le précédent record le 17 janvier 2016.

 

En prévision de dépenses, le conseil départemental a consenti en début d’année 282 000 € de subventions exceptionnelles d’équilibre. Malgré un arrêté des comptes pour l'exercice 2016 avec un excédent de 734. 000 € et des recettes de 798.000 €.

 

repascycliste
Un calicot qui vante le menu cycliste au restaurant de la station (spaghettis pour faire le plein d'énergie !). © Pierre-Yves Ratti.

 

Outre le bâtiment en cours de construction, les prochains investissements concernent la création de trois nouveaux parcours de raquette. Et une réflexion est engagée quant au bâtiment qui accueillait jusqu'à présent la billetterie et abrite le seul restaurant de la station.


« On est en train d'écrire la suite du développement de la station », explique Karine Tissot, le fil conducteur étant d'en faire un site multi-activités, en développant le VTT, le VTT de descente, la randonnée.


Au-delà, la Haute-Saône veut devenir une terre de vélo, avec 21 boucles cyclistes créées, dont une évidemment baptisée « Boucle de La Planche des Belles Filles ».

 

Évidemment !

 

(*) L'arrivée de l'étape coûte la somme de 427.000 €, financée principalement par le Conseil départemental de la Haute-Saône, le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté à hauteur de 100.000 € et par des sponsors, essentiellement des entreprises locales.

 

La 5ème étape, ce 5 juillet, arrivera de Vittel (Vosges). Lire ici l'article de Traces Ecrites News.

Et dans deux jours, le Tour de France sera encore dans l'Est, avec un départ de Troyes et une arrivée le 7 juillet à Nuits-Saint-Georges. Lire ici, l'article de Traces Ecrites News.

Vendredi 8, nos reporters boucleront la boucle avec l'étape jurassienne, et l'arrivée à Lamoura, station des Rousses.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Haute-Saône, station de sports d'hiver, Investissement, Tour de France, Planche des Belles Filles, conseil départemental de la Haute-Saône

Découvrez également les articles associés :

Étape du Tour de France ce 8 juillet, la station des Rousses investit 25 millions d'euros jusqu'en 2020Étape du Tour de France ce 8 juillet, la station des Rousses investit 25 millions d'euros jusqu'en 2020
Mondialement connue pour ses eaux de source, Vittel prête à accueillir les touristes aux côtés des curistesMondialement connue pour ses eaux de source, Vittel prête à accueillir les touristes aux côtés des curistes
Qui sont les 76 députés de Bourgogne-Franche-Comté et du Grand EstQui sont les 76 députés de Bourgogne-Franche-Comté et du Grand Est
Nuits-Saint-Georges, ville-étape du Tour de France le 7 juillet, attend d’importantes retombées économiques   Nuits-Saint-Georges, ville-étape du Tour de France le 7 juillet, attend d’importantes retombées économiques

Commentez !


Combien font "3 plus 9" ?

Envoyer votre commentaire