En Alsace, CEFA Aviation lance une application pour la formation des pilotes de ligne

Publié par Julie Giorgi, le 08 mars 2018

NUMÉRIQUE/HAUT-RHIN. La société colmarienne, spécialisée dans l’animation 3D des données de vol, a lancé une application qui permet aux pilotes de visualiser des séquences de leur vol quelques minutes après l’atterrissage.
Un outil d’auto-formation qui vient renforcer la sécurité des compagnies aériennes. CEFA Aviation se lance aussi sur le marché des bureaux d’enquête sur les accidents aériens.

 

cefatablette
10 minutes après l’atterrissage, le pilote peut recevoir sur sa tablette des vidéos en 3D du vol qu’il vient d’effectuer.

 

Depuis 18 ans, CEFA Aviation développe et vend un logiciel qui permet de retranscrire les données des enregistreurs de vols sous forme d’images de synthèse. Baptisé CEFA FAS (Flight animation system), ce logiciel est utilisé par 80 compagnies dans le monde dans 36 pays. Forte de son expertise et de son expérience, la petite société basée à Colmar (11 salariés) a créé en novembre dernier une application qui offre aux pilotes la possibilité de revoir leur vol sur tablette.

 

« Notre logiciel CEFA FAS s’adresse aux équipes chargées de la sécurité des compagnies aériennes. Nous trouvions dommage que les pilotes n’aient pas accès à toutes les informations que peut fournir ce logiciel », raconte Dominique Mineo, le fondateur et dirigeant de l’entreprise.

 

Ainsi est né CEFA AMS (Aviation mobile service), un outil développé en collaboration avec All Nippon Airways, qui cherchait un service similaire. La compagnie japonaise a testé l’application en version beta dès octobre 2016. Aujourd’hui, 3.000 pilotes utilisent l’outil. Selon un sondage interne réalisé par All Nippon Airways, 94% d’entre eix considèrent que « ce service est très utile pour assurer la sécurité des vols et analyser sa performance ».

 

CEFA AMS permet au pilote, 10 minutes après l’atterrissage, de recevoir sur sa tablette et à sa demande, des vidéos de 7 minutes en 3D du vol qu’il vient d’effectuer. Il peut choisir de visionner les phases de décollage ou d’atterrissage qui sont les phases les plus critiques. A terme, l’outil permettra de voir l’intégralité du vol. Aujourd’hui, après chaque vol, le pilote et le copilote font un débriefing, mais ils se basent uniquement sur leur mémoire et leur ressenti.

 

portesouvertesuimmlorraine

 

« Avec notre outil, nous apportons du factuel : les pilotes peuvent débriefer leurs propres vols et contrôler la vitesse, l’altitude, la gestion de l’énergie de leur appareil… Ils peuvent revoir leur vol à tête reposée, tirer les leçons des bonnes et des mauvaises pratiques, et ainsi s’améliorer », assure Dominique Mineo.


CEFA AMS se définit comme un outil d’auto-formation, qui vient compléter les formations via les simulateurs de vols. Chaque année, les pilotes suivent trois à quatre sessions de formation en simulateur de vol, l’équivalent de 15 à 20h. En utilisant l’application de CEFA Aviation, chaque vol devient une opportunité de formation.


Présentée en novembre dernier lors du salon Dubaï Airshow, cette innovation a reçu un accueil très favorable, raporte le dirigeant de l’entreprise. Plusieurs compagnies aériennes se sont montrées intéressées. « Mais les cycles de vente sont longs, entre six mois et un an. »

 

L’appel d’offres du Bureau d'enquêtes de l'aviation civile

 

cefasimulateur
Un logiciel qui pretranscrit les données des enregistreurs de vols sous forme d’images de synthèse.

 

En attendant, la PME alsacienne a avancé ses pions sur un autre marché : celui des bureaux d’enquête sur les accidents aériens. En janvier, elle a gagné un premier client sur ce marché : le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA).

 

« Notre choix s’est porté sur le logiciel CEFA FAS qui répondait pleinement à nos critères. L’animation des données de vol nous permettra avant tout de faciliter la communication sur les résultats de nos enquêtes, qui est une partie intégrante de nos missions », affirme Rémi Jouty, directeur du BEA.

 

Pour ce client, CEFA Aviation a enrichi son logiciel de modules spécifiques et de nouvelles fonctionnalités. Par le passé, l’entreprise colmarienne avait travaillé pour la justice pour la reconstitution d’accidents aériens mais elle n’était pas présente sur le marché de l’investigation car Dominique Mineo s’était focalisé sur l’amélioration de la sécurité pour les compagnies aériennes. Le dirigeant se montre confiant : « Nous allons capter le marché des bureaux d’enquête car notre outil est plus avancé que d’autres utilisés aujourd’hui ».


LCR

 

Le 27 février dernier, CEFA Aviation a également annoncé la signature d’un partenariat commercial avec GE Aviation. Cette filiale de General Electric qui propose des logiciels d’analyse de vols pourra désormais les compléter avec le logiciel d’animation des données de vols CEFA FAS.

 

« Ce partenariat permettra à nos clients de réaliser des visualisations avec une précision accrue grâce à une étroite coopération entre nos deux organisations », explique John Mansfield, directeur général de la transformation numérique (Chief Digital Officer) de GE Aviation.

 

Pour CEFA Aviation, la signature de ce contrat est une opportunité de gagner de nouveaux clients. Avec 11 salariés (contre 6 en 2015) et un chiffre d’affaires de 2,5 millions d’€, la société créée par Dominique Mineo poursuit sa croissance. Cette année, elle crée quatre postes supplémentaires (ingénieurs et techniciens supérieurs en informatique).


Qui est Dominique Mineo ?


cefadirigeant

 

Dominique Mineo, 52 ans, est ingénieur en informatique et électronique industrielle. Il travaille pendant six ans pour l’armée de l’air dans la maintenance des avions de chasse sur la base de Meyenheim, entre Mulhouse et Colmar. Puis il est recruté par la compagnie suisse Crossair à Bâle où il répare les pannes et les problèmes électroniques.


En parallèle, Dominique Mineo reprend ses études et obtient un diplôme d’ingénieur de Télécom Physique Strasbourg. En 2000, il crée la société CEFA Aviation à Saint-Louis. A partir de 2001, grâce à son logiciel, il travaille sur la reconstitution de l’accident aérien survenu au Mont Saint-Odile. En 2003, le logiciel est adapté pour une utilisation par les compagnies aériennes.

 

Photos fournies par l'entreprise.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Haut-Rhin, Grand Est, numérique, Colmar, informatique, éditeur de logiciels, General Electric, CEFA Aviation, Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la sécurité de l'aviation civile , compagnies aériennes, GE Aviation, simulateurs de vol

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale

Commentez !


Combien font "5 plus 9" ?

Envoyer votre commentaire