Le fabricant d'emballages industriels en bois EILS investit et embauche

Publié par Mathieu Noyer, le 14 février 2018

EMBALLAGE/BAS-RHIN. Le fabricant de caissons en bois pour l'industrie a réalisé l'an dernier un investissement, conséquent pour lui, de 3,2 millions d'€.

Egalement implanté en Lorraine, l'Alsacien EILS a enregistré en 2017 une augmentation de 15 % de son chiffre d'affaires. Les effectifs ont progressé eux aussi au fil des années et une dizaine d'embauches sont prévues d'ici le printemps.

 

eilscaisses
Les exigences de sûreté-sécurité et de traçabilité des marchandises sont favorables au développement du fabricant de caissons en bois pour l'industrie des biens d'équipement. © Traces Ecrites.

 

Trop à l'étroit pour sa croissance, EILS (Emballages industriels, logistique et services) prend du galon à Erstein. La PME d'emballage industriel a déménagé au printemps 2017 d'Illkirch vers le parc d'activités d'Erstein quelques kilomètres plus au sud, où elle est installée dans 3.200 m2 couverts.

 

L'investissement, conséquent pour elle, de 3,2 millions d'€, exprime la confiance en l'avenir, d'autant plus que le terrain d'1,6 hectare offre des possibilités d'extension futures.


Dix ans d'existence ont, il est vrai, démontré la capacité d'EILS à aller de l'avant : « Notre chiffre d'affaires a crû d'année en année, à l'exception de la crise de 2009 et d'une stagnation en 2015 », souligne Matthieu Munch, président. L'an dernier, une augmentation de 15 % a été enregistrée, portant le chiffre d'affaires à 5,6 millions d'€.

 

« Le début 2017 se situait en retrait, mais nous avons ressenti les signaux d'une reprise ensuite. Et l'installation à Erstein nous a ouverts des contrats que nous n'aurions pas pu honorer à Illkirch », précise Matthieu Munch. Le nouveau site abrite notamment un pont-roulant de 40 tonnes.


pvfinpi

 

Les effectifs ont progressé eux aussi au fil des années. Ils se situent à 41 personnes et « nous envisageons d''embaucher une dizaine de personnes d'ici au printemps », annonce le jeune homme de 35 ans, fondateur en 2007 et qui forme un duo de direction avec Christine Samtmann.  


L'activité se répartit sur trois sites en Alsace et en Lorraine, entre Erstein, de taille comparable à Tagolsheim dans le Haut-Rhin (3.000 m2 couverts) et Gondreville (Meurthe-et-Moselle), plus petit.

 

Des caissons en bois à des dimensions spécifiques

 

eilsfabrication
Le déménagement d'Illkirch à Erstein a permis d'augmenter les capacité de fabrication. © Traces Ecrites.


EILS a su trouver sa place dans l'environnement concurrentiel de l'emballage industriel. Ses créneaux : le bois, la fabrication en direct et la prospection d'une clientèle régionale, concentrée sur l'Alsace, la Lorraine, le Nord Franche-Comté, ainsi que la Suisse et l'Allemagne frontalières, bien que le grand pays voisin développe plutôt la culture de l'emballage internalisé.

 

La PME a d'ailleurs conclu un partenariat commercial avec la société exploitation du port de Duisbourg, dans le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, qui est entrée à son capital à titre minoritaire en 2012.

 
Les ateliers d'EILS confectionnent les caissons en bois, ce qui leur confère la faculté de créer des dimensions spécifiques aux besoins d'industriels comme Socomec, Flender, Huron, Safran, Superba, De Dietrich (branche chimie à Zinswiller dans le Bas-Rhin) ou Bongard. Pour certains clients comme Flender ou De Dietrich, des équipes EILS sont implantées dans les sites mêmes.

 

eilsdirigeant
Matthieu Munch. © Traces Ecrites.

« Nous restons concentrés sur l'industrie des biens d'équipement. Notre force, c'est la souplesse - la moitié de l'activité se déclenche d'une semaine à la suivante - et le sur-mesure : nous ne sommes pas dimensionnés pour de la grande série pour l'automobile ou l'agro-alimentaire par exemple », appuie Matthieu Munch.


Plusieurs virages se dessinent, que la PME est bien décidée à ne pas rater. Les exigences de sûreté/sécurité et de traçabilité des marchandises ne cessent de croître.

 

Pour affirmer son savoir-faire, l'entreprise a récemment décroché la certification OEA (opérateur économique agrée) des Douanes dans cette thématique.

 

Son offre inclut des solutions particulières de protection, contre les risques mécaniques et physico-chimiques comme la corrosion.

 

 

 

 

LCR

 

Par ailleurs, l'adjonction de prestations logistiques répond à l'évolution des demandes. « Les clients recherchent de plus en plus un “package” conditionnement – logistique – organisation du transport », observe le dirigeant.

 

Ceci amène de plus en plus EILS à ajouter à son offre la gestion d'entrepôts, la préparation de commandes, le stockage ainsi que l'organisation des expéditions, dans le monde entier et par tous les modes : la route, le rail, le fret aérien et le maritime.

 

« La logistique et les services qui lui sont associés représentent 10 % de notre chiffre d'affaires aujourd'hui, cette proportion devrait grimper à 30 % dans les trois à quatre ans ». L'évolution justifiera un peu plus les deux dernières lettres L et S du sigle de l'entreprise.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Haut-Rhin, Grand Est, recrutement, Investissement, Strasbourg, emballage en bois, Bas-Rhin, conseils généraux, Meurthe-et-Moselle, Socomec, Emballages industriels, logistique et services, Matthieu Munch

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

Commentez !


Combien font "3 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire