Egger injecte 60 millions d’euros en trois ans dans son usine de panneaux mélaminés dans les Vosges

Publié par Philippe Bohlinger, le 15 novembre 2017

AMEUBLEMENT/VOSGES. L’autrichien Egger produit 580.000 tonnes de panneaux bois mélaminés par an à Rambervillers (Vosges) selon un procédé continu en constante optimisation.

Le groupe auprès duquel s'approvisionnent de nombreux cuisinistes y parachèvera en 2018 un investissement de 60 millions d'€ sur trois ans destiné à booster ses performances énergétiques et environnementales.

 

eggerpresse
La presse de 43 mètres, monstre d’acier, réalise les panneaux de particules en procédé continu. © Philippe Bohlinger.


De nombreux fabricants de cuisines font leur marché au pied des Vosges à Rambervillers. L’usine de panneaux mélaminés Egger profite à plein de la progression de 7,5% des ventes de meubles de cuisine enregistrées ces deux dernières années dans l’hexagone. Le marché national absorbe la moitié de sa production, l’autre moitié étant exportée en Allemagne, Benelux, Italie et Autriche.


C’est justement en misant sur l’export que l’autrichien Egger propriétaire du site, a relancé l’usine. Elle emploie 380 personnes pour fabriquer 580.000 m2 de panneaux par an selon un procédé continu 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

 

Après avoir investi dans les procédés industriels, le groupe parachève un programme d’investissement de 60 millions d’€ sur trois ans destiné à améliorer ses performances énergétiques et environnementales. Dernier maillon du programme, une chaudière biomasse de 55 mégawatts (MW) bouclera la boucle début 2018.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

La chaudière alimentera le site en chaleur, mais aussi en vapeur nécessaire au séchage des bois et livrera de la vapeur surchauffée à partir de juillet prochain pour alimenter une turbine de cogénération conçue par EDF Optimal Solutions (Dalkia). « La chaleur pourrait être davantage valorisée à termes en nous associant à une réseau de chaleur urbain », complète Guido Reid, directeur de l’usine.


Il n’y a pas d’optimisations mineures dans cette industrie majeure où s’affrontent des géants mondiaux (Kronospan, Swiss Krono, Norbord, etc). Du coup, à Rambervillers, la recette du panneau mélaminé, un panneau de particules recouvert d’un film (à ne pas confondre avec ses cousins OSB et MDF) est largement automatisée.


Sonnerie de paquebot

 

eggerfilms
L’application de films imprégnés permet d’obtenir les fameux panneaux mélaminés. © Philippe Bohlinger.

 

Première originalité du site, dixit son responsable, les flux de matières premières (700.000 tonnes par an) empruntent des circuits différents selon leur nature. Les déchets de bois sont déchiquetés et séchés indépendamment des plaquettes forestières, rondins et sciures.

 

Les deux flux additionnés de colle (15% de la composition du produit) se marient sur un monstre d’acier, la presse continue de 43 mètres de long : Les bois recyclés forment le cœur du panneau, tandis que les bois frais composent les deux faces.

 

Dans l’usine, une sonnerie comparable à celle d’un paquebot retentit pour décoller les parois de la prépresse qui conforme les différentes couches en amont du tapis roulant. En sortie, les 38 millimètres de matières superposés sont réduits à 8 millimètres.

 

cetimdenovembredeuxmilledixsept

 

Les panneaux bruts prédécoupés maturent ensuite cinq jours par piles de 30 tonnes dans un entrepôt dédié. Ils prennent ensuite la direction de l’atelier à mélaminer pour l’application des fameux films imprégnés. Là aussi l’automatisation a fait son œuvre : les films sont livrés par un transstockeur mis en service en 2016.


Pour répondre aux demandes de ses clients, parmi lesquels la Société alsacienne de meubles (SALM) et ses réseaux Cuisine Schmidt et Cuisinella, Egger a franchi un cap supplémentaire en 2015-2016. L’usine a mise en service une ligne de production de composants de meubles capable de réaliser les perçages, fraisages et encollages attendus par les fabricants de cuisines qui n’ont plus qu’à monter leurs produits.

 

eggerpiles
Les panneaux maturent cinq jours par piles de 30 tonnes. © Philippe Bohlinger.

 

« Cela nous a permis de mieux intégrer leurs préoccupations de qualité, car nous rencontrons désormais les mêmes difficultés ! » s’amuse le directeur d’usine.


Et le site n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Il ambitionne de réduire les délais de livraison à 2 semaines contre 5 -6 actuellement. « Nous souhaitons également augmenter la personnalisation des décors. Fournir cette complexité est un vrai challenge. L’idée est qu’un cuisiniste puisse réaliser une commande de deux panneaux ! », conclut le directeur.

 

eggerdirigeantQui est Guido Reid ?


De nationalité allemande, Guido Reid a démarré sa carrière sur le site industriel de Rambervillers en 2002 comme responsable des circuits électriques et du développement de l’automatisation.

 

Il a participé à la restructuration de l’usine rachetée deux ans auparavant par l’autrichien Egger (7.400 personnes, 2,2 milliards d’€ de chiffre d’affaires par an).

 

Le site, sorti de terre en 1974 avec le soutien de l’Etat français pour contribuer à la revitalisation du territoire, était à l’époque en difficulté.

 

Guido Reid dirige aujourd’hui l’usine rattachée à Egger Panneaux Décors, la filiale française basée à Rion-des-Landes (Landes).



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Lorraine, Grand Est, Investissement, ameublement, Vosges, panneaux en fibres de bois, Egger, Guido Reid

Découvrez également les articles associés :

A Besançon, et depuis peu à Dijon, Âges et Vie invente la colocation pour les personnes âgéesA Besançon, et depuis peu à Dijon, Âges et Vie invente la colocation pour les personnes âgées
Sous pavillon allemand, la papeterie Wepa dans l’Aube s’est mise en ordre de marcheSous pavillon allemand, la papeterie Wepa dans l’Aube s’est mise en ordre de marche
Pourquoi Cleia vend ses savoir-faire d’ingénieriste en dehors de la conception et réalisation clé en main de tuileries et de briqueteries Pourquoi Cleia vend ses savoir-faire d’ingénieriste en dehors de la conception et réalisation clé en main de tuileries et de briqueteries
Profession restaurateur itinérant qui exerce son métier de foire en salonProfession restaurateur itinérant qui exerce son métier de foire en salon

Commentez !


Combien font "3 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire