Traces Ecrites News, le club
  • Anthalys
  • Batifranc
  • EDC
  • Roch Constructeur Bois

Dix-Katre publie un livre sur Facebook utile aux PME

Publié par Christiane Perruchot, le 13 décembre 2016

MÉDIA SOCIAUX/DIJON. Ceux qui se promènent régulièrement sur Internet, le constatent : de plus en plus de PME sont présentes sur les réseaux sociaux. Mais beaucoup d’autres se posent encore la question : faut-il y aller ?
C’est pour les aider à prendre une décision en toute connaissance de cause que deux experts des médias sociaux, la dijonnaise Karine Toussaint et Franck Confino, un confrère, ont commis un ouvrage sur le plus connu d’entre eux, Facebook.
La présentation de l’ouvrage ce soir à Dijon marque aussi le 8ème anniversaire de Dix-Katre, la société de conseil en réseaux sociaux de Karine Toussaint.

 

karinetoussaint
Karine Toussaint a créé Dix-Katre il y a 8 ans pour développer le conseil en communication sur les reseaux sociaux. © Dix-Katre.

 

Pour commencer, quelques chiffres permettent de mesurer l’ampleur des retombées potentielles d’une communication sur Facebook, un média social chéri des jeunes, mais dont les entreprises se sont emparées il y a quelques années lorsqu’une porte leur a été ouverte avec la création de pages professionnelles.

 

On comptabilise plus de 30 millions d’utilisateurs actifs en France, qui ont un âge moyen de 40 ans, avec une proportion légèrement supérieure de femmes (52%) par rapport aux hommes. 66% des abonnés Facebook se connectent chaque jour et y passent en moyenne 46 minutes !

 

Et les retombées commerciales sont bel et bien là : selon le syndicat national de la communication directe (SNCD), 16 % indiquent qu’ils sont devenus de nouveaux clients d’une marque grâce à un réseau social.

 

Dans « Je développe mon activité grâce Facebook (*) », co-écrit par Karine Toussaint, gérante de Dix-Katre à Dijon et Franck Confino, un confrère parisien, quelques chefs d’entreprises témoignent de l’intérêt de ce réseau social.

 

banquepopulaire

 

A l’instar de la serrurerie Bégin, créatrice de Gaston L’escargot, un objet en métal en forme d’escargot qui fait la réussite (15 à 20% du chiffre d’affaires) de cette petite entreprise d’Is-sur-Tille (Côte-d’Or).

 

« Facebook l’a transformé en véritable success story ; nos clients le prennent en photo qu’ils publient sur Facebook ; ce qui a attisé la curiosité des média et activé le bouche à oreille ; désormais, les retours de nos clients nous aident à détecter les attentes du marché (coloris, dimensions) ; un véritable fer de lance commercial », s’enthousiasme Véronique Bégin, cogérante.

 

Contrairement à ce que l'on pourrait s'imaginer, le réseau social le plus ancien  et le plus populaire de la toile ne concerne pas seulement les produits grand public. Le cabinet d’expertise comptable Capec en Bourgogne-Franche-Comté a créé deux pages Facebook, l’une généraliste qui présente son activité, l’autre orientée vers les créateurs d’entreprise.

 

Cette dernière page les informe de leurs réunions d’informations et diffuse des photos prises lors de ces rencontres. « C’est à la fois un moyen sympathique de nous faire connaître auprès d’un public qualifié - les amis Facebook des participants - et de prolonger les échanges des rencontres », indique Franck Duhamel.



Reste que la manipulation de cet outil peut faire hésiter un chef d’entreprise. Car tout le monde n’a pas dans son équipe un « community manager » mais ce profil, conseillé, n’est pas forcément indispensable pour qui veut bien se pencher sérieusement sur la question.

 

Quelques extraits de l’ouvrage.

 

gastonlescargot
Facebook a fait connaître Gaston L'escargot comme une traînée de poudre, estime la serrurerie Begin qui fabrique cet objet. © T.E.

 

Au départ, un peu de technique. Pour répondre aux besoins des professionnels, Facebook a créé, un format adapté : la page qui fonctionne un peu différemment d’un profil personnel. Sur une page, il n’y a pas a pas d’acceptation réciproque (demander d’être ami pour communiquer avec lui). Toute personne qui veut suivre une page pro clique sur « J’aime » sans qu’il soit en retour possible de consulter les informations de son profil personnel. Cependant, pour créer une page, il faut au préalable créer un profil personnel qui sert à administrer la page entreprise, mais il ne sera pas visible.

 

Animer une page Facebook n’est pas de tout repos. Pour gagner en notoriété, il est conseillé de se fixer des objectifs, comme augmenter le nombre d’abonnés à sa page (par ex. + 5% tous les 6 mois) et la participation des abonnés (que le message soit partagé, aimé ou commenté par au moins 3% des abonnés), ou améliorer l’image de marque de l'entreprise en recueillant au moins un témoignage positif chaque quinzaine (astuce, demander à ses clients satisfaits de rédiger un avis). Cela représente 10 à 30 minutes par jour pour consulter les messages reçus et y répondre.

 

Mais l'animateur de la page peut quand même souffler de temps en temps. La qualité est préférable à la quantité, surout ne pas noyer ses abonnés de posts et chercher le meilleur moment pour publier, celui où les abonnés connectés sont les plus nombreux.

 

Que dire et comment ?

 

facebooklivre
Pour espérer des retombées sérieuses par Facebook, il faut y consacrer de 10 à 30 minutes à par jour. © T.E.

 

Les occasions sont diverses : le lancement d’un nouveau produit, l’arrivée d’un nouveau salarié, le millième abonné à sa page, les distinctions etc. On peut mettre en valeur ces informations par des fonctionnalités (événement, moments clés, ou encore « épingler » une information qui restera en haut de page). On peut aussi utiliser le hashtag # de Twitter pour organiser les informations par thématiques qui faciliteront la recherche de vos lecteurs.

 

Comment le dire ? Bannir le style institutionnel (ex. veuillez trouver ci-joint), privilégier une rédaction simple et conviviale tout en gardant la distance avec le lecteur qui n’est pas un copain, mais un client potentiel. Un bon conseil : espionner ses concurrents pour voir comment ils communiquent et éventuellement s’en inspirer.

 

Ne pas trop censurer. C’est le jeu de tout contact direct avec ses clients : on peut recevoir des commentaires négatifs. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose de les laisser aux yeux de tous, dès lors qu’ils sont argumentés et polis. N’avoir que des compliments n’est guère crédible. Soyez donc un modérateur vigilant, mais tolérant.

 

De toute façon, Facebook vous laisse la possibilité de « bannir » un internaute en l’empêchant de commenter votre page. En revanche, il faut prendre le temps de répondre à une critique ou une simple question, comme on le fait pour une lettre de réclamation.

 

exercice_illegal_boucle

 

Et tout ce travail, votre patron voudra le mesurer... Facebook publie des statistiques qu’il est conseillé de consulter au moins une fois par semaine. Leur analyse permet de réajuster ses messages en comprenant lesquels n’ont pas eu d’impact et pourquoi, et à quelle heure le plus grand nombre d’internautes est à l'écoute.

 

Ne pas chercher à battre des records. Plus de 80% des pages professionnelles ne dépassent pas le millier d’abonnés. En revanche, la multiplication des commentaires ou des partages décuplent d’autant les cibles atteintes. Sauf talent exceptionnel à retenir l’attention de la communauté, cela s’apprend…

 

(*) Editions Dunod, 160 pages - Collection J’ouvre ma boîte - 9,90 € version électronique et 15,90 € version papier (en librairie).
Du même auteur : 101 questions sur Twitter, éditions Diateino, 2012 et 
101 questions sur Viadeo, même éditeur, 2014.



(**) Formations Facebook dispensées par Dix-Katre, le jeudi 23 mars 2017 (Créer sa page professionnelle sur Facebook) et le jeudi 13 avril  (animer efficacement sa page Facebook).




Roger Martin BTP
Article classé dans : Avis d'expert

Mots-clés : Dijon, réseaux sociaux, Dix-Katre, Karine Toussaint, média sociaux, serrurerie Begin , Bourgogne Franche-Comté, facebook, Capec experts-comptables

Découvrez également les articles associés :

« Les risques psycho-sociaux sont la préoccupation grandissante de la santé au travail »« Les risques psycho-sociaux sont la préoccupation grandissante de la santé au travail »
Cybersécurité : « Il faut se demander où sont stockées les informations stratégiques d'une entreprise et dans quelles conditions de sécurité »Cybersécurité : « Il faut se demander où sont stockées les informations stratégiques d'une entreprise et dans quelles conditions de sécurité »
Élection du Comité Social et Économique (CSE) : l’impérieuse nécessité d’un accord préalable Élection du Comité Social et Économique (CSE) : l’impérieuse nécessité d’un accord préalable
Pour se mettre au PAS : le prélèvement à la source mode d’emploiPour se mettre au PAS : le prélèvement à la source mode d’emploi

Commentez !


Combien font "2 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire