Dijon rénove son musée des beaux-arts

Publié par Traces Ecrites News, le 01 juin 2010
salle des tombeauxLa capitale régionale engage sur dix ans un vaste chantier de 60 millions d’euros pour rénover son musée des beaux-arts, abrité dans l’ancien logis des ducs de Bourgogne. En 2019, le musée municipal des beaux-arts de Dijon bénéficiera d’une surface d’exposition portée de 3 500 m2 à plus de 5 200 m2, lui permettant d’exposer jusqu’à 3 500 œuvres (+ 75%) puisées au sein d’un fonds riche de 100 000 unités. Le chantier, chiffré à 60 millions d’euros, se déroule au cœur du bâtiment le plus symbolique de la capitale régionale pour avoir été l’un des logis des ducs Valois de Bourgogne, puis palais des États de Bourgogne. Conduite conjointement par Éric Pallot, architecte en chef des monuments historiques et les Ateliers Lion, lauréats du concours, cette rénovation tend à mieux ouvrir le site sur la vieille ville et son secteur sauvegardé. «Nous voulons vraiment que les habitants et les touristes s’accaparent le lieu», confime Yves Berteloot, adjoint à la culture et au patrimoine. Doubler la fréquentation Les principales circulations extérieures se feront à partir de la cour de Bar qui deviendra une véritable place urbaine avec l’installation d’un café et d’une librairie. À l’intérieur, les architectes reconfigureront les espaces d’exposition en fonction des différentes époques de construction, dont la plus ancienne remonte au XIIème siècle. La rénovation la plus attendue concerne la salle des tombeaux qui accueille les cénotaphes à la mémoire de Philippe le Hardi et de son fils Jean sans Peur. Aujourd’hui fermée, elle offre l’occasion de prêter à sept musées américains, dont le Metropolitan Museum of Art de New-York, une quarantaine de Pleurants, statuettes en albâtre posées comme un cortège funèbre au pied des tombeaux et destinées à rendre éternelle le deuil des deux grands défunts. Grâce à ce programme de travaux, financé par l’État, la région, la ville et sa communauté d’agglomération, le musée (4 millions de budget, 61 personnes) entend double sa fréquentation. «Nous espérons passer de 184 000 visiteurs à plus de 300 000», indique Sophie Jugie, la conservatrice. Un objectif réaliste depuis la mise en place de la gratuité et le potentiel de touristes étrangers de passage à Dijon qui ne représentent actuellement que le tiers des entrées. Crédit photo : ville de Dijon Pour en savoir plus

Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Dijon, secteur sauvegardé, New York, Bourgogne, musée

Découvrez également les articles associés :

Naissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand EstNaissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand Est
Are you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole  le revendiquentAre you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole le revendiquent
Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image
En Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaireEn Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaire

Commentez !


Combien font "2 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire