Des entreprises qui recrutent et des métiers à pourvoir à la Fête de l’industrie dans le Doubs

Publié par Monique Clémens, le 14 septembre 2016

EMPLOI/BOURGOGNE FRANCHE-COMTÉ. Les CFAI et l’UIMM de Franche-Comté choisissent les portes ouvertes pour mieux faire connaître les opportunités qu’offre l’industrie en matière de formation et d’emploi et les centaines d’emplois à pourvoir à court ou moyen terme pour des postes de techniciens qualifiés, ingénieurs, chefs de projets, chargés d’affaires…

Celle de Besançon s’est tenue le 7 septembre, celle d’Exincourt aura lieu le 21 septembre. A Besançon, on fêtait aussi les 20 ans de Temis. Un parc technologique à double thématique - microtechniques et santé - qui allie industrie et recherche et concentre déjà 165 entreprises pour 3.700 emplois. 

 

polerobotique
Lors de la fête de l'industrie à Besançon le 7 septembre dernier. © Traces Ecrites.

 

John Deere, ITW Rivex, SKF, Proman, C&K Components, Facom BGI, Dixi Microtechniques… Ce 7 septembre, dans la cour du CFAI de l’Industrie, sur le technopôle Temis, à Besançon, 17 entreprises ou employeurs étaient venus à la rencontre du public, familles, scolaires, demandeurs d’emplois, apprentis en recherche de contrat ou toute personne curieuse des métiers de l’industrie.

 

Toutes ou presque avaient des emplois à pourvoir, immédiatement ou de façon récurrente, sur des métiers mal connus et pourtant, pour certains, très demandés.

 

Dans ce « village de l’industrie », dirigeants, DRH ou cadres étaient directement accessibles. Julie Moreau, responsable comptabilité et RH de Ardec Metal, proposait cinq offres à pourvoir immédiatement. « On a du mal à recruter, on est proche de la Suisse », explique-t-elle. « Nous faisons des contrats en alternance, mais nous cherchons des personnes déjà un peu formées. »

 

pub-gif-juin-v10 

 

Un peu plus loin, IDMM à Dole (Jura), cherchait des techniciens qualifiés en tournage, fraisage et décolletage. Zodiac Aero Electric, à Besançon, un ingénieur en robotique. Son voisin, le bisontin Parkéon, un ingénieur support international.

 

R. Bourgeois, le découpeur, est en quête d'outilleurs, toujours trop rares, mais aussi des chefs de projet bilingues et un animateur HSE. Alliance, le spécialiste du MIM (moulage par injection de métal), a lui besoin de fraiseurs, d’usineurs et de polisseurs qualifiés. PréciJura, d’un technicien métrologue.

 

soudage
Les soudeurs restent des profils recherchés. © Sotralentz.

 

L’UIMM, co-organisatrice de la manifestation (avec son Pôle formation des industries technologiques), recherche pour sa part un chargé d’affaires technique bilingue, un technicien méthode et un comptable…

 

Trop de métiers en tension dans l’industrie

 

A Exincourt, où la même manifestation se tiendra le 21 septembre, une quarantaine d’exposants feront la promotion des métiers de l’industrie, dont une vingtaine d’entreprises qui proposeront plus de 300 offres d’emploi en CDD, CDI ou en alternance. Parmi elles Lisi Automotive, Fuji Autotech, PSA ou General Electric, mais aussi Aperam, Def Tec, Sate, Cigma, Roussel Frères, Five Cinetic, Sahgev, Firac, Fiday Gestion, CEB…

 

banquepopulaire 

 

« Ce n’est pas seulement du job-dating », explique John Vinolas, responsable du service Développement alternance au CFAI d’Exincourt. « Ce sont de vraies rencontres autour des métiers de l’industrie. »

 

A Besançon, où la fête de l’industrie avait été couplée avec les 20 ans du technopole Temis, où est implanté le CFAI bisontin, Etienne Boyer, le président de l’UIMM Franche-Comté, avant lancé la journée en rappelant toute la diversité des métiers accessibles grâce à des formations du CAP au niveau ingénieur.

 

polissagetracesecrites
Les bons polisseurs sont rares et demandés. © Traces Ecrites.

 

A côté des stands des entreprises, des ateliers étaient ouverts au public, qui montraient différentes technologies : le soudage découpage, la micromécanique, la conduite d’installation, l’outillage, la commande numérique, le robot humanoïde, la plasturgie et le polissage qui, lui, proposait des exercices pratiques.

 

C’est Bernard N’Guyen, formateur depuis 20 ans, qui animait ce dernier. Lui qui a fait une longue carrière chez Cartier et chez Piaget, en Suisse - il a poli la montre de fiançailles de Charles et Diana, nous confie-t-il fièrement - essaie de transmettre au mieux son métier. « Les bons polisseurs sont rares et recherchés. Il faut de la patience, du travail et de la dextérité. »

 

Temis a 20 ans

 

temis
Temis Sciences, parmi les derniers équipements de la zone Temis dédiée aux microtechniques. © David Cesbron.

 

A Besançon, ce 7 septembre, on fêtait aussi les 20 ans du technopole Temis bisontin qui ouvrait ses portes ainsi que celles de quelques-unes des entreprises qui y sont installées, qu’elles soient des valeurs sûres, des pépites ou de jeunes pousses : IXBlue (Ex-Photline), CM Drones, OneFit Medical, Mecasem, Cryla ou encore l’école 2089.

 

Elus, représentants de l’Etat et décideurs économiques étaient rassemblés au CFAI pour marquer l’événement. Jean-Louis Fousseret, président du Grand Besançon, qui se plaît toujours à rappeler que les lieux avant les premiers coups de pioche, n’étaient fréquentés que par de belles montbéliardes, racontait « la volonté politique forte et partagée » qui avait prévalu ici « pour susciter du développement économique et de la création d’emploi par le rapprochement entre les milieux de la formation, de la recherche et de l’entreprise. »

 

pub_TP_longue

 

Le syndicat mixte avait été créé en 1996 pour porter le projet. En 2003 s’y était implanté le Centre de formation par l’apprentissage industriel (CFAI) de l’UIMM. Puis Temis Innovation - la maison des microtechniques avait ouvert ses portes en 2006.

 

Il y eut ensuite l’implantation de Sophysa, l’une des premières entreprises à se doter de locaux propres sur le technolopole, le lancement de Temis Santé, puis la livraison de différents programmes d’immobilier d’entreprises, la création d’un parking-relais, l’arrivée de UIMM, l’ouverture d’une crèche d’entreprise, l’implantation de l’ISIFC, Témis Sciences…

 

Tout un monde économique en marche.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Emploi - Formation

Mots-clés : Besançon, industrie, recrutement, Temis, Cryla, soudeur, iXBlue, OneFit Medical, métiers en tension, Bourgogne Franche-Comté, Zodiac, polisseur

Découvrez également les articles associés :

L’Alsace se dote d’une grande école spécialisée dans les métiers du vinL’Alsace se dote d’une grande école spécialisée dans les métiers du vin
Expérience unique de dégustation à l’École des vins de BourgogneExpérience unique de dégustation à l’École des vins de Bourgogne
Concept Formations délivre les permis de conduire des engins de chantier et de manutentionConcept Formations délivre les permis de conduire des engins de chantier et de manutention
A son second Crunch Time, l’UTBM met à disposition de 50 entreprises, 1700 élèves-ingénieurs pour plancher sur 170 projets d’innovation A son second Crunch Time, l’UTBM met à disposition de 50 entreprises, 1700 élèves-ingénieurs pour plancher sur 170 projets d’innovation

Commentez !


Combien font "1 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire