Dephis grandit dans le traitement de surface en conditions extrêmes

Publié par Pierre-Yves Ratti, le 14 juin 2016

TRAITEMENT DE SURFACE/MONTBÉLIARD. La jeune société spécialisée dans le traitement de surfaces pour « environnements extrêmes », diversifie son activité, des process vers la conception de machines de fabrication des alliages.
En pépinière depuis sa création, Dephis a récemment pris ses aises dans la zone d’activités de Technoland, dans le Pays de Montbéliard, pour franchir le cap de l'ingénierie à celui d'équipementier.

 

dephis
Les machines qui réalisent des traitements de surface à base de différents alliages, très résistants et dans une épaisseur pouvant relever du micromètre. © Pierre-Yves Ratti.

 

Eric Monsifrot a créé Dephis en 2011. Mais il avait commencé à travailler sur de nouvelles technologies de traitement de surfaces au sein du LERMS, le laboratoire de l'UTBM (Université de technologie de Belfort-Montbéliard) en tant qu'apprenti de l'école d'ingénieur.

 

A son actif, un revêtement au tungstène pour un réacteur nucléaire qui a été retenu lors d'un appel à projet, en concurrence avec onze entreprises et quinze technologies. Ou encore, un revêtement anti-érosion pour des pales d’hélicoptère.


L'entreprise s’est positionnée sur des technologies de pointe pour répondre à des besoins très spécifiques de revêtements de surface qui résistent à des « environnements extrêmes ». Son savoir-faire se situe principalement dans les alliages innovants à base de différents matériaux (titane, cuivre, cobalt, nano-composites etc.) réalisés à la demande.

 

dephisplaque
Une attaque d'aile d'avion pour lesquelles Dephis produit des revêtements résistant à l'érosion. © Pierre-Yves Ratti.

 

Ce qui explique que sa clientèle porte de grands noms de l'industrie aéronautique et nucléaire : Airbus, Areva, le CEA (Commissariat à l’Énergie Atomique), le CNRS, etc. Sans gros efforts commerciaux, avoue le dirigeant.  « Le bouche à oreille joue à plein dans ce cercle plutôt fermé où les spécialistes se connaissent tous et travaillent, à un moment ou à un autre, sur des projets communs. »

 

exercice_illegal_boucle

 

Le temps de faire sa place, Dephis a démarré avec deux personnes au sein de la pépinière d'entreprise de Technoland, à Etupes, près de Montbéliard. D’abord sous statut de SARL, elle a récemment devenue une SAS, avec Frédéric Perry, aujourd’hui directeur général comme associé du fondateur Eric Monsifrot.


La croissance de la petite entreprise est passée par un déménagement en février dernier : Dephis a quitté la pépinière d'entreprise pour s'installer dans les anciens locaux de tri de La Poste, toujours à Technoland.

 

Diversification dans les machines de traitement de surface

 

dephisdirigeant
Eric Monsifrot a développé ses connaissances dans les traitements de surface dans un laboratoire de l'UTBM avant de créer son entreprise. © Pierre-Yves Ratti.

 

L’investissement de l'ordre de 250.000 €, aidé par Bpifrance, est relativement conséquent mais stratégique.

 

« Nous avions besoin de place pour construire des machines. En effet, nos clients ne se contentent plus d’acheter notre savoir-faire en matière d'alliages et de physique des matériaux : en complément des process, ils souhaitent acquérir les machines qui nous permettent de mettre en œuvre nos « recettes » de mélanges des composants de revêtements », indique Eric Monsifrot.

 

banquepopulaire


Pour préserver le savoir-faire de conception, entièrement réalisé en interne, Dephis prévoit des clauses dans lesquelles l'acheteur s'interdit de revendre le revêtement concédé pendant un délai de quatre ans.

 

Cette diversification ouvre à la jeune entreprise de belles perspectives de croissance. Avec maintenant sept salariés, Dephis a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires d’environ 400.000 €. Il devrait atteindre le million cette année, avec de possibles perspectives d'embauches.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Montbéliard, Doubs, traitement de surface, Pays de Montbéliard, nucléaire, UTBM, aéronautique, Technoland, Bpifrance, Bourgogne Franche-Comté, Dephis, LERMS, Eric Monsifrot

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

Commentez !


Combien font "2 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire