Dans les Vosges, le groupe de BTP Livio développe un vocabulaire avant-gardiste pour un octogénaire

Publié par Mathieu Noyer, le 15 juin 2018

BTP/VOSGES. Cette fin de semaine, les 15 et 16 juin, le groupe de BTP Livio ouvre grandes les portes de son siège de Fresse-sur-Moselle, dans les Vosges, là où tout a commencé il y a 80 ans.
D'un agglomérat de onze sociétés, les actuels dirigeants ont fait un groupe de 75 millioins d'€ de chiffre d'affaires et près de 400 salariés. Et développe un vocabulaire qui dépoussière l’image du bâtiment, la RSE et surtout, le lean management.
Livio est l’une des 60 entreprises sélectionnées dans le magazine annuel de Traces Ecrites News, 60, le best of.

 

liviodirigeants
Les dirigeants de Livio : Frédéric (à gauche) et Dominique Pedduzzi, Anne-Claire Goulon. © Arno Paul.

 

Quatre-vingts ans et en pleine forme ! Ces 15 et 16 juin, avec les champions du monde vosgiens de canoë-kayak Gauthier Klauss et Matthieu Péché, le groupe Livio fête l'anniversaire de sa fondation, en 1938, par Dominique Peduzzi dont le fils et second dirigeant, Livio, a donné son prénom à l'ensemble.

 

La saga aurait pu ressembler à celle de tant d'entreprises de BTP fondées par un immigré ou descendant d'immigré italien. Mais depuis quelques années, elle a pris une ampleur nouvelle. D'un agglomérat de onze sociétés résultant de créations et acquisitions successives, les actuels cogérants, les frères Frédéric et Dominique Peduzzi (la troisième génération) et Anne-Claire Goulon, ont fait un groupe de 380 salariés beaucoup plus structuré et parfaitement légitime auprès de ses clients.

 

« Les actions de synergies et mutualisations ont commencé début 2016 et nous devrions les boucler à la fin de cette année 2018, sur le principe de la diffusion des bonnes pratiques », souligne Anne-Claire Goulon.

 

 

bpalcseconde

 

 

Ce chantier d'un genre particulier a débuté par l'informatique, les achats et les ventes. Il a consacré une importante place à la santé et à la sécurité au travail, avec des journées sécurité communes à tous les personnels, et plus généralement à la responsabilité sociale de l'entreprise (RSE).

 

Celle-ci revêt de multiples aspects : insertion avec l’association Face Vosges, droit à la déconnexion, mise à disposition sur demande d'un acupuncteur et d'un ostéopathe, qui ont valu au groupe Livio de remporter la catégorie nationale RSE 2017 des Prix Moniteur de la Construction, attribués par le magazine éponyme.


Système d'organisation plutôt développé dans l’industrie, Livio applique aux chantiers le lean management. Avec l’appui des collaborateurs invités à s’impliquer, l’entreprise met en place des méthodes de travail pour optimiser les performances de l'entreprise : «  diminuer toutes formes de gaspillage, de temps, d’argent », précisent les dirigeants. 



De la Lorraine en Rhône-Alpes et la région parisienne

 

liviocora
Le chantier du supermarché Cora, 5.000 m2 réalisés en 2017, au Pavillons-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. © Michel Laurent.

 

Dans le groupe qui pèse 75 millions d’€ de chiffre d’affaires en 2017, chaque société garde son existence juridique et son identité propre. Le pilier du groupe demeure l'entreprise de bâtiment et génie civil Peduzzi, installée à Fresse-sur-Moselle, dans les Vosges.

 

Autour d'elle, la galaxie de compétences qui s'est formée comprend le terrassement et la réalisation des voiries et réseaux divers, le cuvelage, l'étanchéité, la couverture-charpente-isolation (Société Bontempi), la chaufferie-climatisation-plomberie (Vansson), l'activité de contractant général (ACP Construction), et à hauteur de 20% du chiffre d’affaires, le levage-manutention et la location de matériels et véhicules de chantier.

 

 

sipoagenda

 

 

Cet ensemble d'activités s'est déployé, de proche en proche, en Lorraine, dans le reste du Grand Est, dans le nord Franche-Comté et plus ponctuellement en Rhône-Alpes et en région parisienne. Le développement géographique a été l'un des moyens d'opérer la nécessaire mutation. Pendant une longue période d'après-guerre, Peduzzi et les autres sociétés progressivement rattachées ont vécu de la prospérité du textile vosgien.

 

Ses crises respectives ont « amené à diversifier les métiers et à aller chercher les marchés plus loin », rappelle Frédéric Peduzzi. Les marchés privés restent majoritaires et représentent près des deux-tiers de l’activité. L'éloignement de ses racines qui n’empêche pas l’entreprise de revendiquer un rôle d’ambassadeur des Vosges, là tout a commencé il y a 80 ans.

 

liviohopital
Chantier de l'hôpital de Bruyères, dans les Vosges. © Michel Laurent.

 

 

Deux journées portes ouvertes pour le 80ème anniversaire

 

Ce vendredi 15 juin est dédié aux clients : Michelin, Egger, Norske Skog, Total, De Buyer, Fives, pour n’en citer que quelques-uns. En invitant les champions du monde vosgiens de kayak bi-place, Gauthier Klauss et Mathieu Péché, les dirigeants auront à coeur de faire un parallèle entre l’ambition sportive et la performance en entreprise et les leçons à tirer d'un échec. L’après-midi, 300 élèves doivent venir découvrir les métiers du bâtiment. 

Le samedi, tout public est le bienvenu après une visite des officiels et institutionnels des Vosges. Sur 18.000 m2 sont déployés des stands pour mieux faire connaître le groupe et ses différents métiers, qu'ils se situent  sur les chantiers ou dans les ateliers de mécanique et de logistique, les nouvelles technologies qui feront progressivement le quotidien des employés du bâtiment (maquette numérique, exosquelettes, imprimantes 3D) ainsi que la « culture maison », de prévention et de bien-être au travail.

 

 

 

livioengin
© Michel Laurent.

 



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : bâtiment, Grand Est, BTP, Vosges, responsabilité sociale de l'entreprise, Groupe Livio, Livio-Peduzzi, lean management

Découvrez également les articles associés :

Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir
Le fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à StrasbourgLe fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à Strasbourg
A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !

Commentez !


Combien font "10 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire