Dans le Doubs, ITB Innovation investit 3,5 millions d’euros pour faire décoller ses solutions de bridage

Publié par Monique Clémens, le 28 novembre 2017

MÉCANIQUE/DOUBS. Spécialisée dans les systèmes de bridage pour centres d’usinage, la PME permet à ses clients de fabriquer, en série, des pièces complexes dans les meilleures conditions de serrage possibles.
Un marché de niche où ITB Innovation est comme un poisson dans l’eau Un nouvel atelier a été construit, qui accueille de nouvelles machines 5 axes. L’investissement atteint 3,5 millions d’€.

 

itbatelier
L'atelier d'usinage de précision d'ITB Innovation sur la zone d'activités d'Autechaux.


Le petit bureau d’études créé en 1993 à Landresse, un village du plateau jurassien, est devenu une jolie PME de 40 salariés, en plein développement sur la zone d’activités industrielles d’Autechaux (Doubs) qui, décidément, concentre quelques pépites : Perrin Aqua Découpe, MBP, GMI…


Christophe Boîteux avait lancé ITB (pour « Industrie technique du bois ») afin d'apporter des solutions techniques aux menuisiers et avait assez rapidement inventé puis breveté son Magic System : une sorte de joint modulable et articulé destiné à maintenir une pièce de bois sur une table rainurée, par vide d’air, afin qu’elle puisse être usinée.


L’activité avait véritablement démarré avec ce produit avant une deuxième étape décisive, en 1996 : l’investissement dans le logiciel de CAO SolidWorks.


L’occasion, pour le bureau d’études, de se spécialiser dans les ouvertures industrielles et les systèmes de bridage hydraulique. Le produit s’adressait cette fois aux ateliers d’usinage mécanique mais visait le même objectif : maintenir une pièce pour qu’elle puisse être usinée dans les meilleures conditions possibles. « Dès le départ il s’est agi de petites brides et de vérins hydrauliques pour maintenir la pièce », explique Florent Cordier, responsable informatique et communication de l’entreprise.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

Entre 1996 et 2003, ITB a vécu de ce système de bridage standardisé. En 2003, elle innove encore et brevète tout une gamme de systèmes hydrauliques. L’innovation, cette fois, réside dans le mouvement du bec au moment de la fermeture, grâce à un vérin ultra-compact. « Le système est toujours d’actualité et la gamme s’étoffe d’année en année », assure Christophe Boiteux, le président d’ITB.


Un nouveau virage avait été pris en 2004 avec le déménagement sur la zone d’activité d’Autechaux. Là, le petit bureau d’études a pu s’étendre et commencer à intégrer des savoir-faire jusque-là sous-traités : l’assemblage, dès 2004, puis l’usinage, en 2009.


Cette année-là, Christophe Boiteux recrute Thomas Lambert qu’il a nommé directeur général en 2016. Ce dernier connaît le métier de l’usinage. « Son arrivée a permis à ITB de développer le process et de produire de façon rapide et précise toutes les pièces que nous concevons », ajoute Christophe Boiteux.

 

De nouvelles machines cinq axes

 

itbbridage
Solution de bridage pour l'industrie automobile.

 

En même temps, la PME intègre la métrologie et le contrôle qualité. Ainsi structurée, elle gagne de nouveaux marchés, notamment dans l’aéronautique et le médical. L’automobile représente toujours 75% d’un chiffre d’affaires de 7 millions d’€ en 2016 (il était de 3,1 millions en 2012 et devrait atteindre 9 millions en 2017), avec des clients comme Peugeot Japy, SAB, Eurocast, Lina ou Bosch, mais l’aérospatial monte en puissance et représente désormais 20% de l’activité.


Dans ce secteur, les clients s’appellent MBP, Safran Snecma, Streit, BGI, General Electric… Les 5% restants étant composés de secteurs divers, dont le médical, qui frémit lui aussi.


635X106pxl

 

L’export se situe entre 30 et 40% du chiffre d’affaires dans les pays de l’Est, en Chine, au Mexique, en Russie, au Royaume-Uni, en Suisse ou encore en Slovénie. Et près de 2 millions d’€ sont réalisés avec Roemheld, un partenaire allemand qui commercialise dans le monde entier une gamme de vérins standard fabriqués à Autechaux. Un partenariat tout aussi sérieux que précieux.

 

Pendant ce temps, le développement de l’entreprise se poursuit. Un nouvel atelier a été construit en 2016 dans le prolongement du premier, qui accueille de nouvelles machines 5 axes. Entre le bâtiment et l’équipement industriel, l’investissement 2016-2017 se monte à 3,5 millions d’€.


A l’atelier, les opérateurs sont en lien direct avec les techniciens du bureau d’étude qui travaillent en mode projet avec les clients, conçoivent les systèmes en 3D puis réalisent les plans des pièces. L’entreprise fait breveter la plupart de ses innovations afin de garder son savoir-faire en interne. Cette capacité à développer ses propres systèmes, c’est sa stratégie gagnante.

 

itbexterieur
Au départ, ITB,  pour Industrie Technique du Bois, s'adressait aux menuisiers ; désormais, ses clients sont des industriels de la mécanique pour lesquels elle fabrique des systèmes de maintien des pièces pendant l'opération d'usinage.

 

 

itbpatrons
Christophe Boiteux, P-DG (à gauche) et Thomas Lambert, directeur général.

Qui est Christophe Boiteux ?

 

Fils de menuisier, Christophe Boiteux avait d’abord suivi la voie familiale avec un BTS de menuiserie-ébénisterie.

 

Et c’est chez Parisot Meubles, en Haute-Saône où il exerça ce métier, qu’il eut l’idée de développer le Magic System, son premier système de serrage.

 

La création d’ITB en a découlé. « Et de fil en aiguille, avec l’achat du logiciel de CAO, j’ai basculé du bois à la mécanique. Mais le fil conducteur a toujours été l’innovation dans les systèmes de bridage. »

 

Et si c’était à refaire, il reprendrait le même chemin, assure-t-il.

 

Photos fournies par l'entreprise.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Doubs, usinage, mécanique, investissements, Autechaux, Bourgogne Franche-Comté, vérins, ITB Innovation, Christophe Boiteux, Thomas Lambert

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale

Commentez !


Combien font "9 plus 9" ?

Envoyer votre commentaire