Coprodex se diversifie dans les aménagements extérieurs

Publié par Philippe Bohlinger, le 22 octobre 2015

BATIMENT/LORRAINE. Pour réduire sa dépendance aux fluctuations du marché du bâtiment, ce négociant en profilés PVC, à Saint-Avold (Moselle), se diversifie dans les produits d’aménagement extérieur.

Coprodex a conçu un matériau à base de cosses de riz et développe actuellement avec un industriel allemand une solution modulaire pour l’assemblage de clôtures, garde-corps ou encore abris-voitures.

 

cloturer
Pour conquérir le marché des aménagements extérieurs, Coprodex s’appuie sur une solution modulaire et un produit composé à 60% de cosses de riz. ©Philippe Bohlinger.

 

Le fondateur de Coprodex pour « Compagnie des produits de l’extrusion » n’a qu’une obsession : diversifier son activité pour garantir la pérennité de l’entreprise installée sur la zone industrielle Europort à Saint-Avold (Moselle).

 

S’appuyant sur sa bonne connaissance du marché de la menuiserie PVC,  cet autodidacte de 53 ans a créé sa société en 1997. Elle compte aujourd’hui 40 personnes et devrait réaliser un chiffre d'affaires de 16 millions d'€ en 2015.

 

Ancien responsable des achats du groupe Fermoba, Philippe Metzger avait identifié un créneau porteur : la commercialisation de profilés PVC destinés à rhabiller les fenêtres et fermetures lors de rénovations : « En France, la technique de rénovation consiste à préserver le dormant en bois pour l’habiller avec un dormant en PVC », résume le dirigeant. Ainsi, ses 2500 références de profilés blancs et teintés sont vendues à 90% auprès de professionnels de la menuiserie PVC dans l’hexagone.

 

foire

 

 

Le boom du matériau PVC dans la construction neuve et la rénovation a porté la croissance de cette PME mosellane. Jusqu’en 2011, elle a connu des niveaux de croissance à deux chiffres. « En 1984, les menuiseries PVC n’occupaient que 5% de part de marché. En 2010, à leur apogée, elles avoisinaient deux-tiers », résume l’entrepreneur.

 

Toutefois, le visiteur ne trouvera pas d’extrudeuses dans les 4000m² d’entrepôt et 1,2 hectare de terrain de Coprodex. En effet, son activité s’approche davantage de celle d’un négociant : la société achète ses profilés auprès de trois partenaires extrudeurs en Allemagne et aux Pays-Bas pour les commercialiser aux professionnels de la menuiserie PVC.

 

Atelier de plaxage et échange franco-allemand

 

entrepot_1
Cette PME de Moselle commercialise auprès de professionnels de la menuiserie PVC en France, 2500 références destinées à la rénovation des fermetures. © Philippe Bohlinger.

 

« Nous ne voulons pas être des hommes de production, mais des hommes de solutions. Nous avons une culture du commerce et des services : offre très large, proximité avec nos clients, garantie en termes de délais de livraison, etc. », insiste le responsable.

 

Pour diversifier son activité, Philippe Metzger a commencé à commercialiser des profilés PVC colorés et installé dans ses locaux il y a cinq ans un atelier de plaxage qui consiste à coller chaud un film coloré sur le profilé en PVC. Cette activité représente aujourd’hui 20% de son chiffre d'affaires.

 

Conscient de la fragilité de son business, notamment suite à la crise dans le bâtiment, c’est vers l’aménagement extérieur que Coprodex cherche aujourd’hui des opportunités.

 

Il y a eu d’abord les brise-vues et les pares-vues, stoppés au bout de deux ans faute de retour sur investissement. Plus récemment, le dirigeant a expérimenté un produit éco-conçu pour conquérir le marché du mobilier urbain : brise vue, bacs, coffres de jardin, etc.

 

exercice_illegal_boucle

 

Baptisé Copogreen, il intègre 40% de PVC et 60% de cosses de riz  importées de Malaisie. « J’en ai vendu en Suisse, car j’ai été faire l’apôtre de mon produit là-bas. Mais je ne peux pas le faire partout. En France, c’est plus difficile, car le produit reste cher », analyse le dirigeant qui juge par ailleurs que le marché des aménagements extérieurs relève « d’une autre culture ».

 

Mais l’homme est tenace. Il a développé un nouveau produit baptisé Copovalue en partenariat avec l’allemand Böhl Gruppe, un industriel spécialisé dans le travail et l’usinage des métaux.

 

Il s’agit d’une solution modulaire destinée à simplifier l’assemblage de clôtures, garde-corps ou encore carports (abris-voitures). Elle permet en effet de combiner différents matériaux (inox, aluminium et matériaux composites) et de nombreux accessoires (pinces à vitrage, main courante, etc. Sa commercialisation a débuté cet automne.

 

 

dirigeant_4
©Philippe Bohlinger.

Qui est Philippe Metzger ?

 

Philippe Metzger n’a aucun lien de parenté avec  l’entreprise spécialisée dans la pose de fenêtres et de fermetures Metzger à Metz.

 

Cet autodidacte de 53 ans est entré dans la vie active avec un DUT en gestion des entreprises et des administrations en poche.

 

Après des premiers pas dans la maintenance ferroviaire et dans l’électronique, l’entrepreneur originaire de Longeville-lès-Saint-Avold a rejoint le fabricant de menuiserie Fermoba qui disposait d’un site de production à Petit-Rederching (Moselle). 

 

Estimant n’être plus en phase avec la stratégie de l’entreprise, le responsable des achats a quitté ses fonctions en 1995 pour créer Coprodex. L’histoire récente de Fermoba qui a connu plusieurs repreneurs avant d’être mise en liquidation judiciaire en 2014, lui aura donné raison.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : bâtiment, Lorraine, Moselle, menuiserie PVC, mobilier urbain, Coprodex, profilés PVC, Philippe Metzger

Découvrez également les articles associés :

En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot
La rentrée des horlogers franc-comtois, épisode 2/2 : Utinam et RoutineLa rentrée des horlogers franc-comtois, épisode 2/2 : Utinam et Routine

Commentez !


Combien font "4 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire