Traces Ecrites News, le club
  • PMS Industrie
  • Synercom France
  • Domaines Albert Bichot
  • Gabriel Boudier

Containergie vend de la chaleur en boîte

Publié par Frédéric Marais, le 03 juin 2015

INNOVATION/CHAMPAGNE-ARDENNE. Le nom de cette petite société haut-marnaise résume bien son activité. Elle livre des chaufferies modulaires clés en main selon un concept original : des chaudières à bois installées dans des conteneurs maritimes.

Plus flexible et moins coûteux qu’une installation en dur, cet équipement préfabriqué s’adresse aussi bien aux collectivités locales qu’aux industriels, aux agriculteurs et même aux particuliers.

 

CONTAINERGIETETE
La chaufferie vue de l’intérieur d’un conteneur. ©Frédéric Marais / Agence Info

 

Le principe est né dans la tête d’un agriculteur de Prangey, en Haute-Marne, dont la production de plaquettes forestières a permis de diversifier l’exploitation. « Mais au lieu de se cantonner à cette activité, explique Serge Nicard, mon fils Julien et moi-même avons souhaité vendre un service complet, autrement dit des kilowattheures sortie chaudière. » Une façon aussi de constituer une filière allant de la production de la matière première à sa consommation finale.

 

Un voyage d’étude en Autriche fait découvrir à Serge Nicard des abris en béton renfermant des chaudières à bois de la marque Hargassner. « L’inconvénient, c’était leur poids : 22 tonnes », souligne l’agriculteur.

 

D’où l’idée de remplacer le béton par de la tôle. Les conteneurs maritimes sont la solution idéale : robustes, maniables, modulables. « Ils ne font en général que le voyage aller, chargés de marchandises, depuis la Chine ou les Etats-Unis, et restent en Europe. » Ce superemballage en acier abonde dans nos ports.

 

« Ceux que nous utilisons sont des conteneurs high cube, précise Serge Nicard, le président de Containergie. Ils sont plus hauts que les conteneurs classiques car la législation impose une hauteur sous plafond de 2,50 m dans une chaufferie. » La plupart de ceux achetés par Containergie arrivent au Havre.

 

Jusqu’à 1,2 million de kilowatts

 

CONTAINERGIE
La première chaufferie installée est visible à Courcelles-sur-Aujon, en Haute-Marne. ©Frédéric Marais / Agence Info

 

Containergie peut assembler jusqu’à 18 caissons métalliques pour son modèle de chaufferie le plus puissant : 6 modules pour des chaudières Hargassner (dont il est le partenaire exclusif en France) de 200 kilowatts (kW) chacune et 12 pour les silos servant à stocker le bois déchiqueté. Soit une puissance cumulée de 1,2 million de kilowatts (MW), sachant que le modèle standard développe une puissance de 400 kW.

 

Les chaufferies sont assemblées à Prangey. « Nous travaillons avec des artisans locaux : un plaquiste, un électricien, un mécanosoudeur et deux monteurs, ainsi qu’avec l’entreprise Auer, d’Occey en Haute-Marne, pour les renforts métalliques. » Chaque chaufferie est d’abord montée à blanc sur le site de production avant d’être livrée par camions.

 

Les caissons abritant des chaudières de plus de 70 kW sont obligatoirement revêtus à l’intérieur de plaques de plâtre pour leur fonction coupe-feu. Un habillage conçu en partenariat avec la société Placoplatre et certifié par le centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). Les parois extérieures sont recouvertes d’un bardage en peuplier thermo-chauffé. Containergie a fait breveter une trappe de remplissage de silo et un collecteur de cendres. Enfin, chaque installation est contrôlée par Bureau Veritas.

 

exercice_illegal_boucle

 

De gros espoirs sur le monde agricole

 

Serge Nicard ne trouve bien sûr que des avantages à son système. « La partie génie civil est réduite au minimum, le coût de l’installation divisé par deux, et le retour sur investissement, rapide. Le principe des chaudières en cascade permet de moduler la puissance en fonction des besoins, et il n’est pas nécessaire de tout arrêter pour réparer ou entretenir un appareil. »

 

L’installation est également conçue pour supporter des extensions et suivre son propriétaire en cas de déménagement. Il existe d’ailleurs une solution de conteneur mobile à la vente ou à la location. Un permis de construire est nécessaire dans la plupart des cas, même si la chaufferie est considérée comme du mobilier.

 

Dernier atout non négligeable : le prix du bois déchiqueté, inférieur à celui d’autres énergies. Pour une chaufferie de 400 kW, il faut compter 400 t de bois (l’équivalent de 76 000 litres de fioul), produisant 4 t de cendres valorisables en agriculture sous forme d’amendement. La chaufferie a trois semaines d’autonomie.

 

A ce jour, Containergie a vendu quatorze chaufferies. L’une permet par exemple de chauffer un centre de vacances, l’autre un collège et un lycée, une troisième un ensemble de 180 logements. Mais l’entreprise fonde de gros espoirs sur le monde agricole.

 

« Il y a une demande pour le séchage du tabac et du maïs semence, indique le dirigeant, et notre système pourrait être couplé à un méthaniseur. » Autres débouchés possibles : les fromageries et les grandes surfaces.

 

DIRIGEANT
Le président de Containergie, Serge Nicard, est agriculteur de son état. ©Frédéric Marais / Agence Info

Qui est Serge Nicard ?

 

Eleveur et agriculteur, Serge Nicard, 62 ans, dirige une exploitation de 240 ha avec son fils Julien, 33 ans. Leur société de production de plaquettes forestières, Champ Rouget Bois Energie, s’est associée à la société Chayrigues Agriculture & Energie (CAE), basée dans l’Aveyron et elle aussi spécialisée dans le broyage de plaquettes forestières, pour créer Containergie.

 

Hargassner France possède pour sa part 10 % du capital de l’entreprise, qui a vu le jour en 2011. Les 60 technico-commerciaux du fabricant autrichien de chaudières à bois font office de forces de vente de Containergie dans toute la France, la SAS haut-marnaise ne comptant à ce jour qu’un seul salarié, qui s’occupe des plans, des devis et de la réglementation.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Innovation

Mots-clés : énergie, Champagne-Ardenne, Haute-Marne, conteneurs, chaufferie bois, Containergie, Champ Rouget Bois Energie, Chayrigues Agriculture & Energie , bois déchiqueté

Découvrez également les articles associés :

A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI
Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier   Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier
Le plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienneLe plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienne
Depuis l’Alsace, le groupe familial de construction Rector-Lesage déploie ses bétons d’Est en OuestDepuis l’Alsace, le groupe familial de construction Rector-Lesage déploie ses bétons d’Est en Ouest

Commentez !


Combien font "3 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire