Comtois et Suisses en bons voisins

Publié par Christiane Perruchot, le 29 juin 2011

Coopération. C'est un acte politique que l'aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt et le canton du Jura suisse ont officialisé vendredi 24 juin. Pierre Moscovici, président du syndicat mixte de l'aire urbaine et Philippe Receveur, président du gouvernement de la République et du Canton du Jura ont signé une «déclaration commune d'intention» pour amplifier une coopération transfrontalière déjà en place depuis plusieurs années.

(cliquez sur la carte pour l'agrandir).

«Nos voisins suisses entendent pleinement profiter de la dynamique aire urbaine, en lien avec l'arrivée du TGV Rhin-Rhône, mais aussi d'autres projets d'infrastructures, comme la connexion de la Transjurane achevée fin 2015 et de la RN 19 et, fin 2013, la remise en service de la ligne ferroviaire Belfort-Delle-Délemont», explique Foudil Teguia, directeur du syndicat mixte de l'aire urbaine.

A preuve, les Suisses ont fait un chèque de 66 millions d'euros à Réseau Ferré de France, pour la construction de la ligne nouvelle Rhin-Rhône (2,3 milliards). Leur intérêt est limpide : le TGV Rhin-Rhône mettra Delémont, le chef lieu, à peine trois heures de la capitale française, via la gare de Belfort-Montbéliard, située à une quinzaine de kilomètres de la frontière suisse.

Le projet de Swatch d'implanter une usine de montres à Boncourt, juste de l'autre côté de la frontière avec le Territoire de Belfort relève de la même logique. Et les Francs-Comtois ne peuvent s'en désintéresser ! Le numéro un mondial de l’horlogerie annonce quelque 150 à 200 emplois dès la fin des premiers travaux prévus qui doivent démarrer cet automne.

«La ville de Porrentruy (7000 habitants) a même fait connaître son intérêt pour adhérer au syndicat mixte de l'aire urbaine et le Canton du Jura est depuis longtemps associé aux réflexion des élus du nord Franche-Comté sur les transports et la mobilité ; il est même  impliqué dans divers réseaux locaux : club TGV, métropole Rhin-Rhône», ajoute le directeur du syndicat mixte.

3ème porte d'entrée en Suisse

La corbeille de la mariée est encore plus belle à la lecture de l'inventaire des coopérations existantes et possibles, encouragées par le programme européen Interreg, auquel la Suisse peut collaborer malgré sa non appartenance à l'Union européenne.

Pas moins de 70 projets ont été recensés, principalement avec le Territoire de Belfort, géographiquement plus proche et historiquement plus actif avec ses voisins que le Pays de Montbéliard.

Ils sont aussi divers que les festivals Evidanse et Fest'hiver qui se déroulent des ceux côtés de la frontière, l'aménagement partagé de la rivière Allaine et de la piste cyclable reliat Belfort et Porrentruy ou encore la coopération dans l'enseignement supérieur entre la Haute Ecole Arc Ingénierie en Suisse, l'UTBM et l'Ensmm en Franche-Comté.

C'est au plan économique que la coopération franco-suisse prendra un véritable coup d'accélérateur. Les élus de part et d'autre ne cachent pas leur ambition de faire de ce territoire de 400 000 habitants, «la 3ème porte d'entrée en Suisse», après l'Eurodistrict trinational de Bâle et le, plus ancien, Comité régional franco-genevois, aux portes de Rhône-Alpes.

Mais pour prendre cette forme institutionnelle, l'aire urbaine elle-même devra muer en entité administrative. Une agglomération Belfort-Montbéliard-Héricourt est dans l'air, mais ce n'est pas à l'ordre du jour d'un futur proche.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Montbéliard, Franche-Comté, Belfort, Suisse, coopération, coopération transfrontalière

Découvrez également les articles associés :

Naissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand EstNaissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand Est
Are you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole  le revendiquentAre you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole le revendiquent
Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image
En Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaireEn Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaire

Commentez !


Combien font "6 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire