La géothermie, nouveau territoire mondial de Clemessy

Publié par Christian Robischon, le 20 janvier 2015

centralebouillante

 

ENERGIE/ALSACE. Depuis Mulhouse, le spécialiste du génie électrique et mécanique, filiale d'Eiffage, part à la conquête du marché mondial de la géothermie profonde.
Sylvain Broglé directeur du développement du commerce international, avale les kilomètres dans les zones géologiquement mouvementées du monde entier.
Un potentiel énorme, qu'une dizaine d’ingénieristes et industriels s'emploient à saisir en formant une « équipe de France » de la géothermie.

 

Sylvain Broglé est un globe-trotter. Son compteur cumule exactement 114 pays déjà visités durant sa carrière, dont un certain nombre à la recherche d’une nouvelle pépite pour son employeur : la géothermie profonde. L’entreprise mulhousienne Clemessy de 4 900 salariés (650 millions d’€ de chiffre d'affaires en 2013) a défini cette énergie renouvelable comme l’un de ses nouveaux objectifs.


Parmi les diverses techniques, l'ingénieriste concentre surtout ses efforts sur la géothermie en roche volcanique et là, il n’y a pas de secret, le potentiel se situe dans les grandes failles du globe d’où peut remonter une eau de plus de 150 degrés circulant entre 1 000 et 3 000 mètres de profondeur.


Directeur du développement du commerce international, Sylvain Broglé avale donc les kilomètres en Amérique Latine et du Sud, dans le grand rift africain et dans les zones géologiquement mouvementées d’Indonésie ou des Philippines. Au fil du temps, il est devenu l’un des meilleurs observateurs de ce marché potentiel.

 

clemessy
Sylvain Broglé, directeur du développement, devant une tête de puits au Kenya.

 

« La Républicaine dominicaine vise la création de 50 mégawatts (MW) de capacité dans les cinq ans et a retenu GDF-Suez pour une première centrale de 5 MW. Plusieurs dizaines de mégawatts sont également envisagés à moyen terme au Salvador et au Costa Rica, et 200 à 500 MW chacun en Colombie, au Chili et en Bolivie. Ce dernier pays vient de décider la construction de deux centrales de 50 MW. En Afrique, le Kenya et l’Ethiopie lancent un plan de développement d’environ 1 gigawatt chacun d’ici à 2025 ».


Une équipe de France de la géothermie

 

Au total dans le monde, les différentes techniques de géothermie profonde représentent un potentiel de création de 8 gigawatts soit 33 milliards d’€ d’investissements dans les dix ans, dont plus d’un tiers pour le seul duo Indonésie-Philippines, selon les études du cluster Geodeep.


Cette association d’une dizaine d’ingénieristes et industriels, dont Clemessy fait partie, entend bâtir une « équipe de France » de la géothermie dans le monde pour la réponse collective à appels d’offres. La société interviendra en « tête de puits », à l’endroit où se récupère en surface, sous forme de vapeur, la chaleur de l’eau qui circule dans les failles naturelles. Elle l’acheminera par des tuyaux vers une centrale pour sa conversion en électricité.


« Nous nous positionnons comme un spécialiste de l’ingénierie-fourniture-construction (EPC, Engeneering Procurement Construction) capable de capter des marchés auprès de l’énergéticien retenu pour un projet, en incluant la maintenance voire le montage financier, pour des contrats clés en main », complète Sylvain Broglé.

 

schemacentrale
Schéma de principe d'une centrale géothermique.

 

La concurrence vient du Japon, des Etats-Unis, d’Allemagne ou encore d’Islande. « Mais il n’y a pas encore de véritable spécialiste de référence dans notre segment d’intervention. Et donc une place à occuper… »,  poursuit Sylvain Broglé.


En cas de succès, l’entreprise mulhousienne joindra sa maison-mère Eiffage aux contrats pour les lots de génie civil et construction. Elle espère signer de premiers contrats au printemps.

 

Photos et illustration fournies par l'entreprise.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Mulhouse, énergie, Haut-Rhin, ingénierie, Clemessy, énergies renouvelables, géothermie

Découvrez également les articles associés :

En Alsace, le plasturgiste EMI démontre les capacités d'une PME à réaliser une usine 4.0 En Alsace, le plasturgiste EMI démontre les capacités d'une PME à réaliser une usine 4.0
Pourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'OrPourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'Or
Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€

Commentez !


Combien font "1 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire