Traces Ecrites News, le club
  • Synercom France
  • Utinam
  • Gabriel Boudier
  • EDC

Christophe Perny imprime sa marque Jura

Publié par Didier Hugue, le 28 novembre 2011

TERRITOIRE. Le nouveau et tout jeune président socialiste du conseil général du Jura – il n’a que 42 ans - entend changer la donne après près de 30 ans de gouvernance à droite de ce département.

Travaux routiers, collèges, gestion de la dette, appui aux communes, engagement sous réserve en faveur de la LGV Rhin-Rhône, développement de l’aéroport de Dole-Tavaux…, l’élu marque son territoire.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Votre département vit-il au-dessus de ses moyens ?

Vous mettez le doigt sur une situation hélas très problématique. Dès mon élection, j’ai réduit la voilure en abaissant de 11 millions d'€ le volume des emprunts souscrits. Nous n’irons pas au-delà de 32 millions de crédits bancaires contractés dès 2012, soit une baisse de 15 millions. Je ne décide pas de gaieté de cœur une telle mesure. Elle s’impose d’elle-même compte tenu d’une projection de nos finances.

Cela veut-il dire que vos politiques et notamment l’exécution de vos compétences obligatoires : routes, collèges… vont en souffrir ?

Avec mes collègues de la majorité, nous voulons mieux gérer dans un souci de plus grande efficacité. Je m’explique. Pour la voirie, les travaux de confort comme couper des virages, c’est terminé. Nous accentuerons, en revanche, les aménagements de sécurité, mais il faut savoir vivre avec sa géographie et la nôtre est celle d’un pays de montagne. Concernant les collèges, un audit vient d’être réalisé sur les 28 établissements scolaires dont nous avons la charge. Il en ressort un besoin global de 150 millions d'€ d’investissements. Un plan collège, en préparation, sera prêt courant 2012. Il mettra l’accent sur l’isolation thermique des bâtiments, l’amélioration des capacités d’accueil et l’informatisation.

L’appui aux autres collectivités locales départementales n’excédera pas 15 millions d’€ par an, sauf à intégrer quelques dossiers d’aménagement structurants et qui profitent au plus grand nombre. J’entends qu’une priorité soit donnée pour chaque dossier présenté au développement durable : déplacements doux, énergies renouvelables… En outre, nous allons mettre en place un observatoire des politiques territoriales et ce, pour mieux évaluer la pertinence de nos aides. Je veux aussi en matière de logement une véritable synergie entre les bailleurs sociaux et les promoteurs privés.

Allez-vous acquitter les 13 millions d’€ que doit votre collectivité territoriale au titre de la réalisation de la première phase de la LGV Rhin-Rhône (Dijon-Mulhouse) ?

Nous jouerons la solidarité financière totale pour ce vaste chantier d’aménagement du territoire. Mais, il ne s’agit pas seulement d’une liaison Dijon-Mulhouse, aujourd’hui réalisée et qui entre en service ce 11 décembre. Le projet de LGV Rhin-Rhône intègre aussi une branche Sud en direction de Lyon et comprenant au moins une gare jurassienne. Nous attendons un engagement ferme, clair et écrit en ce sens. C’est la seule condition que nous posons pour acquitter notre écot.

L’exploitation actuelle de l’aéroport de Dole-Tavaux répond-t-elle à vos attentes ?

Ce n’est guère satisfaisant avec moins de 5 000 passagers transportés annuellement. En concertation avec l’exploitant actuel, titulaire d’une délégation de service public, nous définissons un programme stratégique. L’objectif : atteindre entre 15 000 et 20 000 passagers transportés. Cela passe par une offre de dessertes complémentaires de celle qui est proposée par l’aéroport de Dijon. Nous ciblons des liaisons vers l’arc méditerranéen : Tunisie, Portugal, Italie, Espagne, Côte d’Azur… Une compagnie low cost devrait par ailleurs en assurer au moins une.

Mini-bio

Le nouvel homme fort du département du Jura est né le 5 août 1968 à Pontarlier (Doubs) et vit depuis toujours à Lons-le-Saunier, préfecture du Jura.

De formation commerciale (Institut Supérieur des Forces de Vente de la CCI du Jura), il travaille dans ce secteur. En 1995, il devient conseiller municipal de Lons-le-Saunier, après avoir été à la tête d’une liste dissidente du Parti Socialiste.

1999 le voit conjuguer au quotidien sa passion pour la politique en devenant le collaborateur de Jean-François Debat, premier magistrat de Bourg-en Bresse (Ain). À l’exception de deux années comme chef de cabinet du maire de Trévoux, autre commune de l’Ain, il restera le collaborateur de Jean-François Debat jusqu’en 2011, avec comme fonctions : chargé de mission à la Région Rhône-Alpes auprès du vice-président aux finances, puis directeur de cabinet adjoint du maire de Bourg-en-Bresse.

Tête de liste aux municipales de 2008 à Lons-le Saunier, il s’incline au premier tour face à Jacques Pélissard, maire de la ville et président de l’Association des maires de France. Il remporte en revanche, cette même année, le canton de Lons Sud.

Adhérent du Parti Socialiste depuis 1988 il a été proche de Jean Luc Mélanchon (Front de Gauche), de Laurent Fabius, puis de Bertrand Delanoë. À 42 ans, il est élu le 31 mars 2011 président du conseil général du Jura, après plusieurs décennies de gouvernance de la droite dans ce département.

Crédit photo: conseil général du Jura



Roger Martin BTP
Article classé dans : Avis d'expert

Mots-clés : Franche-Comté, Jura, conseil général, politiques territoriales, Christophe Perny, collèges, voirie

Découvrez également les articles associés :

« Les risques psycho-sociaux sont la préoccupation grandissante de la santé au travail »« Les risques psycho-sociaux sont la préoccupation grandissante de la santé au travail »
Cybersécurité : « Il faut se demander où sont stockées les informations stratégiques d'une entreprise et dans quelles conditions de sécurité »Cybersécurité : « Il faut se demander où sont stockées les informations stratégiques d'une entreprise et dans quelles conditions de sécurité »
Élection du Comité Social et Économique (CSE) : l’impérieuse nécessité d’un accord préalable Élection du Comité Social et Économique (CSE) : l’impérieuse nécessité d’un accord préalable
Pour se mettre au PAS : le prélèvement à la source mode d’emploiPour se mettre au PAS : le prélèvement à la source mode d’emploi

Commentez !


Combien font "9 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire