Un chantier titanesque de 700 millions en Champagne-Ardenne

Publié par Frédéric Marais, le 12 mars 2014
19 000 de ces gros tubes seront nécessaires pour réaliser l’Arc de Dierrey. Photo : Frédéric Marais.
19 000 de ces gros tubes seront nécessaires pour réaliser l’Arc de Dierrey.
Photo : Frédéric Marais.

TRAVAUX PUBLICS. Le coup d’envoi des travaux de construction de l’Arc de Dierrey a été donné en ce mois de mars 2014.

Il s’agit d’enfouir plus de 300 kilomètres de canalisations en acier pour transporter le gaz naturel du nord au sud de la France.

Un chantier pharaonique de 700 millions d’€ piloté par GTRgaz et auquel participe l’entreprise Sciecapag, une sous-filiale du Groupe Vinci.

Cette société spécialisée dans la construction de pipelines a pris ses quartiers à Romilly-sur-Seine, dans l’Aube.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

« Notre entreprise fait partie des leaders mondiaux de la pose de canalisations de gros diamètre, explique Didier Michel, chargé d’opération chez Sciecapag, dont le siège est à Colombes (Aube). Nous travaillons essentiellement pour les secteurs pétrolier et gazier, y compris dans le cadre d’opérations offshore. Nous intervenons dans le monde entier et un peu en France. »

En France, et plus précisément en ce moment dans l’Aube et la Marne, où cette filiale d’Entrepose Contracting (Groupe Vinci) réalise une partie du nouveau gazoduc qui s’étirera de l’Oise à la Haute-Marne.

GRTgaz est le maître d’ouvrage de ce gigantesque chantier. Photo : Noël Hautemanière.
GRTgaz est le maître d’ouvrage de ce gigantesque chantier.
Photo : Noël Hautemanière.

Un chantier titanesque qui va mobiliser 450 personnes sur cette seule partie du tracé qui court de Dierrey-Saint-Julien dans le nord-est aubois à Villeneuve-la-Lionne dans le sud-est marnais.

Sciecapag a établi son camp de base à Romilly-sur-Seine (Aube), dans des locaux laissés vacants par Cycleurope.

Le fabricant de vélos s'est replié sur une partie seulement de son site d’origine, et l’espace ainsi libéré avait été racheté en 2007 par le conseil général de l’Aube pour aider financièrement la PME.

Recrutement local

Un investissement qui s’avère pertinent aujourd’hui, puisque Sciecapag versera un loyer de 73 000 € par an au département, sachant que l'entreprise restera sur place pendant 18 mois.

L’entreprise s’est également engagée à réaménager à ses frais bâtiments et terrains mis à sa disposition. Tout bénéfice pour un futur repreneur.

Last but not least, la sous-filiale de Vinci a recruté une partie non négligeable de son personnel sur place : entre 150 et 170 postes ont ainsi été créés en puisant dans le vivier d’emplois local. Elle les formera en interne à ses besoins : soudeurs, peintres, enrobeurs, poseurs, aides, etc.

« Le chantier du gazoduc est peu compliqué sur le plan technique, mais il comporte néanmoins quelques ouvrages exceptionnels, souligne Didier Michel. En particulier le passage sous la Seine, le canal et la voie ferrée, sur une longueur totale de 270 mètres. Nous avons choisi de réaliser un microtunnel situé à 12 mètres de profondeur. »

Didier Michel, chargé d’opérations chez Sciecapag. Photo : Philippe Schilde
Didier Michel, chargé d’opérations chez Sciecapag.
Photo : Philippe Schilde

Le futur terminal méthanier de Dunkerque

L’Arc de Dierrey est une nouvelle canalisation de transport de gaz naturel (essentiellement du méthane) qui courra sur 308 kilomètres entre Cuvilly (Oise) et Voisines (Haute-Marne), en traversant la Seine-et-Marne, la Marne et l’Aube.

Cent vingt de ces 308 kilomètres de canalisations seront posés en doublement du réseau existant entre Dierrey-Saint-Julien (Aube) et Voisines.

L’objectif est de renforcer les capacités de transport de gaz naturel de la France entre le nord et le sud du pays. Le gaz provient essentiellement de Norvège, des Pays-Bas, de Russie et d’Algérie, la production nationale ne couvrant que 2 % de notre consommation.

La construction de ce nouveau réseau répond aux besoins du futur terminal méthanier construit par EDF à Dunkerque et à la hausse prévisible des importations de gaz naturel.

Le passage par la station de Dierrey laisse la possibilité, ultérieurement, d’acheminer du gaz naturel depuis le sud-ouest et la façade atlantique.

La durée de vie de ces tubes en acier est d’une cinquantaine d’années. Photo : Frédéric Marais.
La durée de vie de ces tubes en acier est d’une cinquantaine d’années.
Photo : Frédéric Marais.

Les 19 000 tubes en acier de 12 à 17 mètres de long, de 1,2 mètre de diamètre et de 15 à 20 millimètres d’épaisseur seront enfouis sous un mètre de terre ou plus. Leur durée de vie est d’une cinquantaine d’années.

Le projet nécessite aussi la création de postes de sectionnement tous les 20 kilomètres environ et l’aménagement d’installations de raccordement au réseau existant.

L’Arc de Dierrey aura la capacité de transporter plus de 15 milliards de mètres cubes de gaz par an à une pression de 68 bars. Le coût du projet est estimé à 700 millions d’€, entièrement financés par GTRgaz, filiale de GDF Suez.

Frédéric Marais avec Philippe Schilde.

Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : énergie, Champagne-Ardenne, Sciecapag, gazoduc, GTRgaz, Vinci, Entrepose Contracting

Découvrez également les articles associés :

Qu’est-ce qui fait courir autant Olivier Sulpice, président-fondateur de Bamboo Edition à Mâcon ?Qu’est-ce qui fait courir autant Olivier Sulpice, président-fondateur de Bamboo Edition à Mâcon ?
UrbanLeaf décroche le premier prix du concours Initiative au Féminin Bourgogne - Franche-ComtéUrbanLeaf décroche le premier prix du concours Initiative au Féminin Bourgogne - Franche-Comté
Avec Creative Industrie, l'entrepreneur du bâtiment lorrain Stéphane Pariset parie sur la fabrication additiveAvec Creative Industrie, l'entrepreneur du bâtiment lorrain Stéphane Pariset parie sur la fabrication additive
Le fabricant alsacien de pains azymes Paul Heumann fête ses 110 ans en 2017Le fabricant alsacien de pains azymes Paul Heumann fête ses 110 ans en 2017

1 réponse(s) à "Un chantier titanesque de 700 millions en Champagne-Ardenne"

  1. Xavier Charvetdit :

    Magnifique chantier tant au plan technique que par sa taille. Quelle qualité de tubes est utilisée et quel fournisseur est retenu ? Vallourec peut être ?

Commentez !


Combien font "3 plus 7" ?

Envoyer votre commentaire