Traces Ecrites News, le club
  • Les Canalous
  • Utinam
  • Hotel La Cloche
  • Anthalys

Chalon-sur-Saône compte sur son île pour regagner de la population

Publié par Christiane Perruchot, le 30 mai 2016

URBANISME/SAÔNE-ET-LOIRE. La ville de Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire, attend, ces prochaines semaines, l’arrêté préfectoral approuvant la modification du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) de son secteur sauvegardé.
Il marquerait une nouvelle étape vers la reconversion de l’île Saint-Laurent vidée de sa substance depuis le déménagement de l’hôpital dans les faubourgs fin 2011.
La ville veut en faire un quartier d’habitation pour regagner de la population.

 

ilesaintlaurent
La proue de l'ïle Saint-Laurent et son fameux parterre de fleurs, à côté de la Tour du Doyenné dont les nouvelles constructions ne vont pas dépasser la hauteur. © Traces Ecrites.

 

La révision du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) du secteur sauvegardé de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), dont la première version date de 1974, autorisera la reconversion de l'île Saint-Laurent en un quartier d’habitation de 200 à 250 logements et des commerces. Les 4,92 hectares ont une vocation exclusivement hospitalière depuis le 16ème siècle.


Un établissement de charité accueillant les pauvres avait été installé sur l’île, la Saône et son affluent La Genise servant de cordon sanitaire. Plusieurs bâtiments de cette époque demeurent et seront réaménagés dans leur jus au titre des Monuments historiques. Notamment la Grande Nef - la salle des malades -, et l’oratoire qui forment un bâtiment compact en bordure des quais.

 

chalon
A gauche, vue aérienne de l’hôpital, années 1930. © Fonds de l’hôpital, archives municipales de Chalon-sur-Saône. A droite, l’oratoire des Soeurs, la pièce la plus ancienne de l’hôpital avec sa voûte en étoile. © Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine.

 

Certaines extensions des 18ème et 19ème siècles seront préservées, en particulier le dôme, édifié dans les années 1770 et utilisé, grâce à ses courants d’air, comme une ventilation géante des salles des malades, ainsi que l’ancienne pharmacie et le réfectoire des Soeurs. La richesse de ce patrimoine, incite le maire, Gilles Platret, à donner une forte connotation culturelle au projet pour garder la mémoire des lieux.

 

« Nous avons fait un énorme travail patrimonial avec l’Etat, non seulement pour préserver l’histoire, mais donner à la nouvelle offre de logements, un cadre exceptionnel », indique le maire. Pas question donc, de supprimer la proue de l’île, véritable carte postale de la ville, mais elle sera valorisée avec une esplanade piétonnière surplombant la Saône, point de départ d’un itinéraire de découverte du patrimoine ancien.

 

pub_TP_longue


La précédente équipe municipale avait déjà réfléchi à la mutation du site et désigné sur concours l’équipe d’urbanisme Faubourg 2/3/4 pour en définir les contours. Ses successeurs reprennent les grandes lignes à leur compte avec quelques ajustements.

 

Désormais propriétaire du site, la ville n’attend plus que l’approbation de la modification du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) de son secteur sauvegardé, pour passer à la phase opérationnelle. Le conseil municipal doit donner son avis le 2 juin, puis ce sera le tour du Grand Chalon, détenteur de la compétence urbaine, le 9 juin.

 

Repeupler le centre-ville en quatre à cinq ans, voire plus

 

esquisse
Schéma en 3D du réménagment de l'île. © Faubourg 2/3/4/


La ville s’accorde jusqu’à la fin de l’année pour choisir le montage le plus adapté, concession à une société d’économie mixte d’aménagement ou partenariat public-privé. « Avec des dépenses de démolition évaluées à 6 millions d’€, il faut trouver le meilleur équilibre dans un marché immobilier qui ne peut absorber plus de 60 à 80 logements par an », argumente Gilles Platret.

 

Hormis l’ancien bâtiment administratif réoccupé par certains services de la ville de Chalon et du Grand Chalon, les constructions non protégées seront démolies pour laisser place à des programmes immobiliers en accession libre et en locatif privé.

 

Pas de logements sociaux au programme. Car à Chalon-sur-Saône, ils représentent déjà 37% du parc résidentiel, précise le maire, conscient du gros travail de séduction qu’il lui reste à faire pour attirer à la fois les promoteurs et les acquéreurs.

 

« Le cadre exceptionnel du lieu peut séduire des professionnels qui ne travaillent pas encore sur Chalon, des Dijonnais et des Lyonnais ; nous essaierons aussi de favoriser des groupements de promoteurs locaux », précise le maire.

 

vueactuelle
Vue actuelle des bâtiments hospitaliers en front de Saône. © Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine.

 
Ce morceau de ville offre à Chalon, une rare opportunité de se repeupler sur une période évaluée à quatre ou cinq ans, voire plus en fonction de la santé du marché immobilier. En vingt ans, Chalon-sur-Saône a perdu presque 10.000 habitants pour des raisons économiques (la disparition de Kodak) mais aussi au bénéfice des villages à la périphérie.

 

La cité compte aujourd’hui 45.166 habitants (recensement 2013) contre 54.575 en 1990. D’où la décision, inattendue, en début d’année, de réduire de 5% de taux de la taxe d’habitation. « Un geste pour faire revenir les gens », commente le premier magistrat.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire, urbanisme, promotion immobilière, logements, reconversion, Bourgogne Franche-Comté

Découvrez également les articles associés :

Gilets jaunes : les milieux économiques commencent à s’alarmer des conséquences sur l'activité des entreprisesGilets jaunes : les milieux économiques commencent à s’alarmer des conséquences sur l'activité des entreprises
Les collectivités locales de Bourgogne-Franche-Comté dévoilent leur offre foncière pour les entreprisesLes collectivités locales de Bourgogne-Franche-Comté dévoilent leur offre foncière pour les entreprises
Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon tout beau tout neuf pour accueillir Emmanuel MacronLe musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon tout beau tout neuf pour accueillir Emmanuel Macron
A Metz, le tiers-lieu Bliiida double sa surface d’accueil des industries créatives et start-up du numérique pour près de 12 millions d’euros A Metz, le tiers-lieu Bliiida double sa surface d’accueil des industries créatives et start-up du numérique pour près de 12 millions d’euros

1 réponse(s) à "Chalon-sur-Saône compte sur son île pour regagner de la population"

  1. Julien dit :

    Quand sera approuvée la modification du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV)?

Commentez !


Combien font "10 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire