Municipales : ces projets qui divisent

Publié par Traces Ecrites News, le 21 mars 2014
Le tram à l'essai, place Charmars : son utilité n'est plus conteste, mais les adversaires du maire sortant pointent le doigt sur le poids de l'investissement sur les finances de la ville. Photo : Emilie Joly.
Le tram à l'essai, place Charmars : son utilité n'est plus contestée, mais les adversaires du maire sortant pointent le doigt sur le poids de l'investissement sur les finances de la ville.
Photo : Emilie Joly.

ELECTIONS MUNICIPALES. A la veille du scrutin de ce dimanche, Traces Ecrites News fait le tour des projets économiques qui font débat dans les grandes agglomérations d'Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne et Franche-Comté.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

A Besançon, le tramway qui sera mis en service le 1er septembre s'est naturellement invité aux débats de l'élection municipale de la capitale comtoise.

Si les grognements de la population semblent s'estomper depuis que les rames circulent à titre d'essai, les candidats entretiennent le doute de la pertinence d'un projet de 218 millions d’€ pour 14,4 km, malgré les efforts de Jean-Louis Fousseret, maire sortant (PS), pour en faire l'un des tramways les moins chers de France.

En plus de « durablement plomber les finances de la ville » selon Jacques Grosperrin (UMP), le tramway ne résoud pas aux yeux de ses adversaires, l'ensemble des problèmes des transports collectifs.

La liste Besançon Générations citoyennes principalement constituée de personnes de la société civile dénonce le maintien d'une circulation cadencée des bus dans la Boucle, préférant élargir le plateau piéton. Le candidat UMP regrette l'évitement de la zone d'activités de Temis et du campus voisin de La Bouloie où la municipalité sortante prévoit un bus en site propre.

Le centre d'affaires de La Jonxion, à côté de la gare TGV, donne vie à un nouvel espace que devrait s'approprier les collectivités locales de l'aire urbaine et du futur pôle métropolitain. Photo : Traces Ecrites.
Le centre d'affaires de La Jonxion, à côté de la gare TGV, donne vie à un nouvel espace que devrait s'approprier les collectivités locales de l'aire urbaine et du futur pôle métropolitain.
Photo : Traces Ecrites.

A Belfort, le projet de pôle métropolitain suscite un débat tout en nuances, mais à forte connotation politique alors que la procédure de mise en place du Pôle métropolitain de l’Aire urbaine devrait intervenir début 2015 dans le cadre de la loi Modernisation de l’Action Publique et d’Affirmation des Métropoles qui vient d'être promulguée.

Tous les candidats sont d'accord pour amplifier la réalité institutionnelle de l'aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt, mais pas de la même façon. Les vieux démons reviennent lorsqu'il s'agit de savoir laquelle, de Belfort ou de Montbéliard, en serait le cœur. « Belfort ne doit pas faire acte d'allégeance à Montbéliard », a déclaré Christophe Grudler au micro de nos confrères de France3 Franche-Comté.

Le candidat du Modem évoque l'influence de son voisin, le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici qui se représente dans sa commune de Valentigney (Doubs). « Usine à gaz » pour le Front de gauche, « non à la fusion des agglomérations » pour le député UMP Damien Meslot, le futur pôle métropolitain peut avoir un visage dès 2016, promet le maire sortant Etienne Butzbach (PS) avec une agence de développement économique unique.

Les opposants à l'écoquartier des Maraîchers ont manifesté le 8 mars devant l'hôtel de ville de Dijon.
Les opposants à l'écoquartier des Maraîchers ont manifesté le 8 mars devant l'hôtel de ville de Dijon.
Photo : LL.

A Dijon, les jardiniers des Lentillères hantent les réunions publiques du maire sortant (PS) François Rebsamen et soulèvent la question du logement.

Depuis quatre ans à l'est de la ville, une communauté organisée en autogestion cultive une friche de 6 ha, là la municipalité veut faire l'écoquartier des Maraîchers : 1500 logements et des bureaux orchestrés par l'urbaniste de renom Nicolas Michelin.

« Pourquoi s’attaquer à ces terres fertiles plutôt qu’à d’autres espaces déjà bétonnés ou d’investir les 5000 logements laissés vides sur l’agglomération ? », défendent les résidents du lieu. Sans soutenir ouvertement l'initiative, les autres candidats partagent un sentiment de « tout bétonnage » et posent la question du logement.

Le maire sortant en fait une priorité, avec un objectif de 10 000 logements neufs d'ici 2020, principalement à loyer modéré. Alain Houpert (UMP), comme David Lanaud du Gray (sans étiquette) et Edouard Cavin (FN) veulent stopper les constructions nouvelles au profit de la rénovation des logements vacants au centre-ville.

Le bus à haut niveau de service va transfigurer les environs de la gare. Esquisse : BEJ/Egis.
Le bus à haut niveau de service va transfigurer les environs de la gare de Montbéliard.
Esquisse : BEJ/Egis.

A Montbéliard, le projet de bus à haut niveau de service (BHSN) risque de passer aux oubliettes si la municipalité socialiste tombe dans les mains de l'UMP.

Marie-Noëlle Biguinet, conseillère d'opposition sortante (UMP), a déposé un recours au tribunal administratif « pour faire arrêter en urgence ce projet fou (…) qui nous amène droit dans le mur avec à la clef d'énormes problèmes financiers et des augmentations d'impôts considérables ».

Porté par Pays de Montbéliard Agglomération présidée par Jacques Hélias, le maire (PS) de Montbéliard, le projet de 100 millions d'€ HT consiste à créer un réseau de bus en site propre entre Montbéliard et Audincourt, avec quatre branches jusqu'aux communes de Grand-Charmont, Béthoncourt et Valentigney. « Notre réseau est obsolète et vieillissant alors qu'un quart de la population de l'agglomération ne dispose d’aucun moyen de transport autre que le bus », rétorque le maire sortant.

La Maison Engelmann, reconversion du rez-de-chaussée d’une demeure XIXème en galerie commerciale haut de gamme. Photo : Ville de Mulhouse.
La Maison Engelmann à Mulhouse, le rez-de-chaussée de cette demeure  du XIXème sera reconverti en galerie commerciale haut de gamme.
Photo : Ville de Mulhouse.

A Mulhouse, l’avenir du commerce de centre-ville attise les tensions entre candidats, dans un contexte où les difficultés des porte-drapeaux (le grand magasin Globe, le centre Porte Jeune…) et les projets de renforcement de l’offre de périphérie masquent un bilan statistique positif de deux ouvertures pour une fermeture (219 contre 102) depuis trois ans.

La politique de redynamisation s’inscrit dans le chantier plus large d’aménagement urbain et paysager du centre-ville Mulhouse Grand Centre, un élément-phare du mandat du maire-candidat (UMP) Jean Rottner. Au vu des critiques constantes qu’il lui adresse, le challenger PS Pierre Freyburger ne manquerait pas de remettre en cause, du moins dans sa configuration actuelle, ce projet d’élargissement du centre qui mobilise 30 millions d’€ jusqu’en 2016… en principe.

L'embellissement de la ville est reconnu par les adversaires du maire sortant, mais ils critiquent son attachement aux « pierres » plus qu'aux « hommes ». Phto : Frédéric Marais.
L'embellissement de la ville est reconnu par les adversaires du maire sortant, mais ils critiquent son attachement aux « pierres » plus qu'aux « hommes ».
Photo : Frédéric Marais.

A Troyes, la ligne de fracture entre les deux principaux prétendants à la mairie, le maire sortant François Baroin (UMP) qui brigue un 4ème mandat et son challenger socialiste, Dimitri Sydor est à chercher du côté de la requalification urbaine.

Si l’opposition reconnaît que la ville a changé de visage, elle estime qu’il faut maintenant marquer une « pause » et « tourner la page ». La gauche souhaite concentrer ses efforts budgétaires sur des mesures de justice sociale : d’où son slogan « Les femmes et les hommes avant les pierres ».

La majorité actuelle entend achever l’œuvre entreprise en rénovant certains axes ou sites stratégiques au centre-ville. A noter que l'un et l'autre sont favorables au réexamen du mode de gestion de l’eau, qui pourrait repasser dans le giron municipal.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Montbéliard, Besançon, Dijon, Franche-Comté, Bourgogne, Alsace, Belfort, Mulhouse, Haut-Rhin, urbanisme, Champagne-Ardenne, Troyes, Aube, transports collectifs, pôle métropolitain

Découvrez également les articles associés :

Naissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand EstNaissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand Est
Are you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole  le revendiquentAre you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole le revendiquent
Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image
En Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaireEn Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaire

Commentez !


Combien font "6 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire