Cermex encaisse bien la quarantaine

Publié par Didier Hugue, le 19 juin 2014
La dernière innovation Cermex, des têtes de préhension issues d'une imprimante 3D.
La dernière innovation Cermex, des têtes de préhension réalisées à partir d'une imprimante 3D.

EMBALLAGE. L’entreprise de Corcelles-lès-Citeaux (Côte-d’Or) fêtera ce samedi 21 juin ses quarante ans d’existence.

Que de chemin parcouru depuis qu’un certain Bernard Broye, associé à Alain Lucotte et Jean-Louis Benoit, sortait d’une grange louée à Saint-Usage, dans le Val de Saône, sa première machine d’emballage.

Revendue en 1996 au Français Sidel, aujourd’hui filiale du Suédois Tetra Laval, l’entreprise bourguignonne demeure le leader national des systèmes d’encaissage et l’un des tout premiers concepteurs et fabricants européens du genre.

Flashback et derniers développements…

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Bernard Broye, fondateur de Cermex, s’en souvient comme hier. « Nous avions loué avec Alain Lucotte et Jean-Louis Benoit, mes deux associés, une grange à Saint-Usage qui servait d’atelier et l’écurie tenait lieu de bureau », évoque-t-il, non sans rajouter : « qu’il nous a même fallu réparer le toit pour éviter les fuites ».

C’était il y a quarante ans et naissait en 1974 le futur numéro un français des systèmes d’emballage en carton d’expédition (encaisseuses). Trois années plus tard, l’entreprise s’installe à Corcelles-lès-Citeaux où elle est toujours.

En l’espace d’une décennie, Cermex conquiert le marché français, tenu à 80% par des fournisseurs européens, puis s’attaque à l’exportation en créant une première filiale en Angleterre, puis une seconde en Allemagne.

Grâce à cette internationalisation, la croissance s’emballe et pour encore mieux l’amplifier, les trois dirigeants décident d’introduire leur société en bourse à la fin des années 80.

Choix judicieux : le cours de l’action flambe, les extensions du site se multiplient, les innovations pleuvent.

« Après 22 ans d’existence, nous décidons de nous adosser en 1996 au groupe français Sidel, faute d’enfants qui souhaitent nous succéder et la possibilité à l’époque de transmettre à nos cadres (*) par le biais d’un LBO (acquisition avec effet de levier) », indique Bernard Broye.

La première machine d'emballage Cermex, sortie de la grange de Saint-Usage.
La première machine d'emballage Cermex, sortie de la grange de Saint-Usage.

Une offre complète

Nouvelle bonne pioche, le fabricant poursuit ses développements.

Il rachète notamment Ouest Conditionnement à Lisieux (Calvados), spécialisée dans les machines de fardelage, en créant une filiale à Atlanta (Etats-Unis) et un entrepôt logistique de 4 000 m2 à Brazey-en-Plaine, toujours en Côte-d’Or.

En 2003, année où la maison-mère Sidel rejoint le groupe Suédois Tetra Laval, leader mondial du conditionnement de liquides alimentaires, Bernard Broye part goûter une retraite active (**).

Mais arrêtons là l’évocation historique pour commenter avec Marc Marques, directeur de Corcelles-lès-Cîteaux, l’avenir de cette unité de 380 personnes, renforcée par 40 intérimaires.

Sauf à préciser que Cermex est depuis avril 2013 mariée à l’Alsacien Gebo (convoyage et manutention) qui fêtera, le 27 juin prochain à Reichstett (Bas-Rhin), son cinquantenaire.

Et que le nouveau groupe, baptisé Gebo Cermex, dépasse aujourd’hui les 400 millions d’€ de chiffre d’affaires et emploie 1800 collaborateurs.

« Nous sommes confiants dans l’avenir car depuis le temps que nous répondons à des besoins spécifiques, nous avons su étoffer et faire évoluer nos gammes d’encaisseuses », explique le directeur.

90 ingénieurs et techniciens travaillent en bureau d'études chez Cermex.
90 ingénieurs et techniciens travaillent en bureau d'études chez Cermex.

80% de l’activité à l’international

La R&D fédère 90 ingénieurs et techniciens, tous en relation directe avec les différents chefs de projet.

Avec pareille force de frappe, l’innovation est devenue une seconde nature. A preuve, ces nouvelles têtes de préhension tout droit sorties d’une imprimante 3D.

« Elles ne nécessitent plus d’assemblage et gagne en cadence grâce à leur poids plus léger », précise Marc Marques.

A ce savoir-faire de concepteur, l’industriel ajoute d’autres avantages compétitifs. Les 8000 heures de formation annuelles ont permis ces deux dernières années de réduire de plus de 20% les délais entre la prise de commande et la livraison finale.

Cermex a su aussi diversifier sa clientèle et travaille pour de nombreux secteurs industriels (agroalimentaire, hygiène de la personne…), en France, mais surtout à l’international qui pèse pour 80% de l’activité.

« Nous livrons plus de 300 machines par an et nous en avons installé en 40 ans plus de 10 000 », assure Marc Marques.

Bernard Broye, l'un des trois fondateurs de Cermex.
Bernard Broye, l'un des trois fondateurs de Cermex.

Ce qui est sans doute déjà un très beau cadeau d’anniversaire.

(*) Trois d’entre eux : Pascal Denis, François Rossignol et Lionel Robelin rachèteront en 2004 la société dijonnaise Vernet-Behringer, le dernier fabricant français de machines-outils pour les charpentiers métalliques.

(**) Bernard Broye a depuis monté Réseau entreprendre Bourgogne, a œuvré pour développer des structures identiques partout en France et s’occupe dorénavant des Entreprenariales qui voient chaque année des étudiants d’horizons divers être parrainés, coachés et formés pour monter une entreprise virtuelle. Après cette expérience, 85% des candidats souhaitent en créer une, assure t-il.

Photos fournies par Cermex.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Bourgogne, Côte-d'Or, Cermex, emballage, Bernard Broye, Gebo Cermex, Sidel, Marc Marques

Découvrez également les articles associés :

Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale
La Haute-Marne démontre toute l'étendue de ses savoir-faire industriels à NogentLa Haute-Marne démontre toute l'étendue de ses savoir-faire industriels à Nogent

1 réponse(s) à "Cermex encaisse bien la quarantaine"

  1. Corinne PERRET-HONEGGERdit :

    Bravo à Bernard BROYE et ses associés pour avoir créé et développé CERMEX ! Bravo à Stéphane BIDAULT d'avoir eu l'idée des piquets de vignes à base de sarments et de l'avoir concrétisée ! Je vois que la culture de l'innovation perdure en Bourgogne et j'en suis ravie. Corinne

Commentez !


Combien font "5 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire