Traces Ecrites News, le club
  • Toyman
  • DVF
  • STI Genlis
  • Excelliance

Bourgogne : l'industrie tombe sous les 100 000 emplois

Publié par Christiane Perruchot, le 24 octobre 2012

INDUSTRIE. Quatre ans après la crise, où en est l'industrie en Bourgogne ? Réunis ce 23 octobre à Dijon à l'initiative du conseil économique et social régional (CESER) et de l'Insee, décideurs et observateurs ont dressé un constat actualisé des mutations de l'industrie régionale et esquissé ses perspectives d'avenir.

Elles résident dans ses capacités à attirer la jeune génération suite aux départs massifs en retraite.

Les salaires dans l'industrie sont nettement plus élevés que dans bien d'autres secteurs, de premier abord plus attractifs.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

La tendance n'est pas exclusivement bourguignonne. Avec moins de 100 000 emplois (hors intérim), l'industrie pèse de moins en moins lourd dans l'économie régionale (18,6% de l'emploi contre 28% en 1990), mais ses piliers restent les mêmes.

Avec des grands groupes comme ArcelorMital, Areva et Vallourec, la métallurgie demeure le premier secteur industriel avec 19 000 emplois.

Emblématique de la région, l'agroalimentaire - y compris le vin - est le second employeur avec 15 500 emplois. Le caoutchouc et les matières plastiques (Michelin, Plasto, Saint-Gobain) se classent 3ème avec 11 900 emplois.

A eux trois, ces secteurs d'activité regroupent près de la moitié des salariés de l'industrie. A leurs côtés, une grande diversité d'activité qui, commente l'Insee (1) sont à la fois un atout et un inconvénient.

Atout, car il met la région à l'abri des graves crises sectorielles, contrairement à sa voisine la Franche-Comté qui souffre aujourd'hui de l'effondrement de l'automobile.

Inconvénient, car «cette relative diversification ne favorise pas la lisibilité de l'industrie régionale et peut constituer un frein à son développement».

Les analystes de l'Insee ajoutent une fragilité liée à l'appartenance d'un certain nombre de sites industriels à des capitaux étrangers (un tiers de l'emploi) qui rendent les décisions plus radicales, surtout en période de crise.

Constat déjà fait ces dernières décennies, la recherche et développement reste sous développée (13,7 chercheurs pour 10 000 habitants).

On y trouve une double explication. Les grands groupes sont pour la plupart  présents uniquement à travers une unité de production.

Les PME sont trop petites pour avoir des bureaux d'études développés : 66% des 4600 établissements industriels recensés ont moins de 10 salariés.

Elles trouvent cependant des ressources pour innover à travers les deux pôles de compétitivité nucléaire et agroalimentaire (Vitagora) ainsi que des grappes d'entreprises : éolien, sports automobile à Magny-Cours, engins mobiles à Montceau, chanvre.

C'est à travers des coopérations comme celles-ci que l'industrie régionale peut trouver son salut. A condition toutefois d'attirer une main d'oeuvre jeune et qualifiée pour remplacer les générations partantes.

«Véritable enjeu» pour la sortie de crise espérée, il lui faudra dire plus haut que les salaires de l'industrie sont bien supérieurs (16,50 € de l'heure) que dans bien d'autres secteurs de l'économie.

Décidées à faire de 2013, "l'année de la compétitivité industrielle", les CCI de Bourgogne promettent des opérations de communication sur la formation par alternance et des actions collectives renforcées pour promouvoir la capacité à innover des entreprises.

L'emploi industriel en chiffres (Insee 2010)

- 100 000 emplois salariés.

- 18,6% des emplois.

- 1/3 de l'emploi contrôlé par des groupes étrangers.

- 4600 entreprises dont 66% de moins de 10 salariés.

- 3 groupes emploient plus de 1 000 personnes, tous en Saône-et-Loire : FTP Powertrain Technologies (ex-Iveco), Areva et Michelin

Les secteurs en berne :

- industrie chimique (fermeture de Kodak) : 10 300 emplois en 1990, 2 200 10 ans plus tard

- textile : - 5 600 emplois en 20 ans

- électronique (fermeture Thomson) : la moitié des effectifs en 10 ans

Les secteurs plus sains :

- l'industrie pharmaceutique : + 1 000 emplois entre 1990 et 2010

-  agroalimentaire : même niveau d'emploi depuis 20 ans

- métallurgie : baisse des effectifs de 2% en 10 ans

Comparaison avec les régions voisines :

- Franche-Comté : 25% des emplois

- Alsace : 21,5% des emplois

(1) Dimensions, octobre 2012. Etude complète bientôt disponible sur le site de l'Insee Bourgogne par Christine Charton et Benjamin Quévat. La précédente édition, fin 2010, comptabilisait 131 000 salariés dans l'industrie, soit 23% de l'emploi salarié. La lire ici Lire aussi dans Traces Ecrites News : La Métal Valley recrute à pleins tubes Crédit photo: Alstom Transport et Traces Ecrites

Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Bourgogne, éolien, automobile, cluster, agroalimentaire, Métal'Valley, Métallurgie, plasturgie, engins mobiles, Vitagora, Areva, nucléaire, chanvre, pharmacie, Valminox, ArcelorMittal

Découvrez également les articles associés :

Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites NewsBrèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites News
Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "8 plus 3" ?

Envoyer votre commentaire