Traces Ecrites News, le club
  • Packmat
  • Utinam
  • Roch Constructeur Bois
  • Synercom France

Bourgogne : les entrepreneurs des travaux publics menacent de descendre dans la rue

Publié par Christiane Perruchot, le 23 mai 2014
Francis Pennequin, président de la fédération régionale des travaux publics de Bourgogne (2ème à partir de la gauche) avec Jacky Duchanois, président du syndicat professionnel régional de l'industrie routière (à sa gauche), Vincent Martin, président du syndicat des entreprises de travaux publics (à sa droite), Guy Delaporte, délégué régional des canalisateurs et David Guiot, président du syndicat travaux publics et construction de Saône-et-Loire. © Christiane Perruchot.
Francis Pennequin, président de la fédération régionale des travaux publics de Bourgogne (2ème à partir de la gauche) avec Jacky Duchanois, président du syndicat professionnel régional de l'industrie routière (à sa gauche), Vincent Martin, président du syndicat des entreprises de travaux publics (à sa droite), Guy Delaporte, délégué régional des canalisateurs et
David Guiot, président du syndicat travaux publics et construction de Saône-et-Loire.
© Christiane Perruchot.

TRAVAUX PUBLICS. MISE A JOUR 27 MAI 2014.

Reçus hier 26 mai par le préfet de Bourgogne Pascal Mailhos, les entrepreneurs de travaux publics vont organiser en juin à Dijon, les assises de la commande publique et privée.

Ils en espèrent « des actions concertées, complémentaires et coordonnées » des donneurs d'ordre, afin d'éviter une baisse cyclique des carnets de commande.

La fédération régionale des travaux publics avait fait savoir ses difficultés, la semaine dernière, dans un courrier au préfet. Lire ci-dessous.

Dans une lettre adressée au préfet de Bourgogne le 21 mai, les entrepreneurs des travaux publics disent leur colère.

Les premières mesures de chômage partiel viennent d'être formulées auprès de l'administration.

Et pour la 1ère fois en 15 ans, le nombre d'apprentis baisse, faute d'entreprises prêtes à les accueillir.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Un vent de révolte souffle chez les entrepreneurs des travaux publics de Bourgogne. « Quand les anciens sont animés par une certaine retenue, les plus jeunes grondent et la ligne des sages, jusque là fixée par les aînés, est en train de bouger », écrit Francis Pennequin, président de la fédération régionale des travaux publics (FRTP), dans une lettre envoyée au préfet de région Pascal Mailhos, le 21 mai dernier.

Les engins vont-ils descendre demain dans la rue ? La menace gronde, témoignent les responsables des syndicats professionnels.

« Dans notre secteur, il n'y a pas de plan social avec la perte de milliers d'emplois, mais une addition de petites et moyennes entreprises qui souffrent en silence », expose le président de la FRTP Bourgogne.

Nouvelle illustration d'une mauvaise santé de la profession : les premières mesures de chômage partiel viennent d'être formulées auprès de l'administration.

« Quand on a consommé tous les congés payés et les budgets formation de l'année et que les chantiers ne démarrent pas, il ne reste plus que le chômage partiel », souligne Guy Delaporte, délégué régional des canalisateurs.

Jusqu'alors, plusieurs chantiers (le tramway de Dijon, la LiNo en Côte-d'Or, la RCEA en Saône-et-Loire) leur avait donné du répit.

Et la baisse des effectifs s'est traduite principalement par la réduction du nombre d'intérimaires et le non renouvellement des départs à la retraite. Ce représente moins 15% (ou 8% hors intérim) ces cinq dernières années.

« Les PME ne sont pas les seules touchées ; les groupes nationaux qui faisaient appel à des sous-traitants locaux préfèrent aujourd'hui utiliser leurs salariés des agences des régions voisines », explique Jacky Duchanois, président du syndicat professionnel régional de l'industrie routière (SPRIR).

Les travaux publics réalisent près d'un milliard d'€ de chiffre d'affaires annuel en Bourgogne. Photo fournie par Roger Martin.
Les travaux publics réalisent près d'un milliard d'€ de chiffre d'affaires annuel en Bourgogne.
Photo fournie par Roger Martin.

Médiateur de la République

Renforcés par des carnets de commande atones, des problèmes de trésorerie conduisent par ailleurs certains entrepreneurs à faire appel au médiateur de la République, afin d'obtenir des financements en attendant le paiement d'une commande réalisée.

« Un outil réactif, mais insuffisant dans la conjoncture actuelle », estime David Guiot, président du syndicat travaux publics et construction de Saône-et-Loire qui témoigne, pour sa propre entreprise, de retards de paiement d'1,2 million d'€ pour un chiffre d'affaires de 9 millions.

Dépendant à 70% de la commande publique, la profession semble avoir perdu confiance en leurs donneurs d'ordre historiques.

En plus de l'allongement des délais de paiement, les collectivités locales négocient des rabais de plus en plus important.

« Jusqu'à 40-50% », note Vincent Martin, président du syndicat des entreprises de travaux publics (entreprises indépendantes).

La suspension de l'écotaxe n'est pas pour arranger les affaires de la profession, en Bourgogne peut-être plus qu'ailleurs, car la RCEA (une 1ère tranche de 200 millions d'€ en Saône-et-Loire) devait être financée par elle.

Le président de la FRTP renouvelle auprès du préfet de Région l'organisation d'assises de la commande publique et privée. « Réunir tous les donneurs d'ordre, publics et privés et leurs financeurs, favoriserait les effets de levier par des actions concertées, complémentaires et coordonnées ».

Les professionnels espèrent être entendus.

Le secteur des travaux publics en Bourgogne :

Près d'un milliard d'€ de chiffre d'affaires annuel.

9000 emplois directs, autant d'indirects.

400 entreprises.

80% des entreprises sont des PME indépendantes.

Effectif moyen : entre 20 et 45 salariés.

Répartition de la clientèle : 44% collectivités locales, 36% secteur privé, 15% grandes entreprises publiques, 5% Etat.

Secteurs d'activités : routes 43%, terrassement 18%, canalisations 12%, travaux électriques 11,5%, ouvrages d'art 7%, voies ferrées 6%.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Bourgogne, Saône-et-Loire, RCEA, travaux publics, Vincent Martin, TP, chômage partiel, Francis Pennequin, Guy Delaporte, Jacky Duchanois, David Guiot

Découvrez également les articles associés :

Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier   Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier
Le plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienneLe plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienne
Depuis l’Alsace, le groupe familial de construction Rector-Lesage déploie ses bétons d’Est en OuestDepuis l’Alsace, le groupe familial de construction Rector-Lesage déploie ses bétons d’Est en Ouest
A Metz, France Boissons inaugure un entrepôt de 2,3 millions d’euros pour optimiser ses livraisons et améliorer les conditions de travail A Metz, France Boissons inaugure un entrepôt de 2,3 millions d’euros pour optimiser ses livraisons et améliorer les conditions de travail

Commentez !


Combien font "8 plus 7" ?

Envoyer votre commentaire