BCB à Besançon marie le chanvre à la chaux pour le marché de la construction

Publié par Christiane Perruchot, le 16 juin 2016

MATÉRIAUX/BESANÇON. Seule unité du groupe belge Lhoist dédiée aux liants pour la construction, BCB à Besançon axe son développement sur le béton de chanvre, un mélange de chaux aérienne et de chènevotte qui satisfait les standards de la réglementation thermique.

Le gros challenge, selon les responsables de l'entreprise, est de convaincre les prescripteurs, architectes et entreprises du bâtiment.

 

usine
L'atelier de l'unité d'ensachage de chaux aérienne, une poudre qui résulte de la cuisson de pierres calcaires à très haute température. © Traces Ecrites.

 

Nul n’est prophète en son pays. C’est ainsi qu’on peut résumer l’histoire de BCB, la filiale bisontine du groupe belge Lhoist née de la reprise en 2003 d’une entreprise régionale, Balthazard et Cotte Bâtiment. « Ce n’est pas en Franche-Comté que l’on compte le plus grand nombre de nos chantiers », explique Jean-Michel Sementery, conseiller technique du chaufournier qui possède dans la périphérie de Besançon une unité d’ensachage.

 

La chaux et le béton de chanvre, les deux spécialités du site implanté dans la zone de Valentin, sur la commune de Châtillon de Duc, sont davantage prisés plus à l’Est, dans les Vosges et en Alsace. La maison de la ruralité de Noroy-le-Bourg en Haute-Saône, qui date de 2012, constitue la principale référence en Bourgogne Franche-Comté. BCB et l’architecte alsacien Claude Eichwald ont voulu en faire un hymne au chanvre, avec toutes les utilisations possibles de la plante dans la construction.


exercice_illegal_boucle

 

Seule unité du groupe Lhoist (*) dédiée aux liants pour la construction, BCB fabrique autant de chaux aérienne, également connue sous le nom de chaux éteinte, que de liants pour le béton de chanvre, à des volumes que l’entreprise préfère garder confidentiels.


Le premier matériau, résultat d’une réduction en poudre de pierres calcaires portées à haute température, est utilisé depuis des millénaires dans la construction pour ses propriétés liantes et assainissantes. Les Monuments Historiques apprécient particulièrement la chaux pour l’aspect authentique qu’elle apporte à une rénovation. L’agriculture est également un débouché important.

 

postecommande
Poste de commande de l'usine. © Traces Ecrites.

Mais c’est sur le second, le béton de chanvre, que l’entreprise parie. « Ce matériau biosourcé s’est beaucoup développé jusque dans les années 1990, et aujourd’hui l’engouement revient », affirme Daniel Daviller, directeur général.

 
Les liants sont principalement formulés à base de chaux aérienne avec un pourcentage modeste de chaux hydraulique et, selon la destination finale, parfois d’autres matériaux (pouzzolane, ciment).

 

Le mélange avec de la chènevotte (la tige du chanvre) commercialisée en vrac par l’industriel qui s’approvisionne sur le bassin du Centre Est (Bourgogne Franche-Comté, Champagne), donne naissance à un matériau isolant dont Daniel Daviller ne tarit pas d’éloges.

 

« C’est le seul qui soit doté de propriétés thermiques sans rajout d’un complexe isolant et il contribue à lutter contre l’effet de serre car il stocke le CO2 », précise t-il. Le directeur général ajoute un argument de confort. « Avec le béton de chanvre, on a plus la sensation de murs froids et l’été, la fraîcheur est préservée ».


banquepopulaire

 

Le béton de chanvre peut être projeté en enduit, utilisé pour faire des murs ou des cloisons, isoler les toitures ou remplir à l'image du torchis, des structures en colombage ou métalliques. En revanche, il ne permet de faire, seul, des murs porteurs.


Pour renforcer ses positions sur le marché à la fois concurrentiel et peu mature des matériaux biosourcés, BCB identifié au sein du groupe comme le centre d’expertise du bâtiment, ne cesse d’innover. Son dernier produit baptisé Tradical Thermo améliore les performances énergétiques et la mise en oeuvre grâce à un temps de séchage plus court.

 

Ligne d’ensachage automatisée

 

labo
Le laboratoire fait des tests de résistance mécanique sur des échantillons, tout au long de la production. © Traces Ecrites.

 

Une équipe de quelques personnes qui se comptent sur les doigts d’une main travaillent dans l’unité de production. Une demi douzaine de silos de chaux aérienne alimente une ligne de fabrication automatisée où l’homme n’intervient que pour le changement des formulations qui varient selon l’usage et surveiller le bon déroulé du process.

 

« La chènevotte peut absorber 4 à 5 fois son poids en eau ; son caractère poreux ne doit pas être détérioré par le liant dont les caractéristiques comme celles du granulat de chanvre (granulométrie, hygrométrie,...) influent directement sur les performances des mortiers et bétons » expliquent les responsables de BCB.

 

Au fur et à mesure de la fabrication, un laboratoire fabrique des échantillons afin de vérifier l’élasticité du béton de chanvre, sa résistance mécanique et ses qualités de compression, ainsi que le temps de séchage.


Le reste de l’effectif de 20 personnes au total sont des commerciaux. « Nous avons un gros challenge, convaincre les prescripteurs architectes et entreprises, mais nos meilleurs vendeurs sont nos clients ; lorsqu’ils vivent dans une maison en béton de chanvre, ils ne peuvent plus s’installer dans un autre type de construction », assure Jean-Michel Sementery.

 

(*) Qui est le groupe Lhoist ?

 

hommes
Jean-Michel Sementery, conseiller technique de BCB (à gauche) et Denis Bosset, responsable du site de production de Besançon. © Traces Ecrites.

 

Le groupe Lhoist, de nationalité belge, est l'un des leaders mondiaux de la production de chaux, chaux dolomitique (provenant de roches contenant du carbonate de calcium et de magnésium) et autres minéraux. Basé en Belgique, le chaufournier est présent, par croissance externe, dans 25 pays, avec des carrières et des unités de transformation.
La multinationale qui emploie 6000 salariés (chiffres 2014) et réalise un chiffre d’affaires d’environ 2 milliards d’€, est aussi prestataire de la sidérurgie (traitement de laitiers, accélérateurs de fonte), ingénieriste de l’environnement (traitement des fumées industrielles) et fabricant de sous-produits de l’agriculture (fourrages pour animaux). La chaux est le point commun entre toutes ses activités.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Besançon, bâtiment, Doubs, chanvre, construction, matériaux de construction, BCB Tradical®, minéraux, chaux, Lhoist

Découvrez également les articles associés :

La société bourguignonne Les Canalous augmente sa vitesse de croisièreLa société bourguignonne Les Canalous augmente sa vitesse de croisière
Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur

Commentez !


Combien font "3 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire