Bassano Industries muscle sa capacité d’ensachage de produits à dose unique

Publié par Didier Hugue, le 25 avril 2017

CONDITIONNEMENT/NIÈVRE. L’investisseur industriel Thierry Beaumont crée, avec le Nivernais Elidose et le Niçois LCE qu’il vient de racheter, un pôle d’ensachage de monodoses.

Le conditionnement de ce type de produits en poudre ou liquides, nécessite un savoir-faire de plus en plus pointu avec le renforcement continu des normes d’hygiène.

A Dun-les-Places, dans le Morvan nivernais, la société Elidose emploie jusqu’à 120 personnes avec les intérimaires.

 

bassanoindustries
© Bassano Industries.

 

Le groupe Bassano Industries devient un poids lourd de l’ensachage de produits à dose unique, qui pèse désormais un tiers du marché français (*), avec un potentiel de production de 600 millions d’unités annuelles. Ce positionnement découle de la reprise, il y a quelques semaines et pour un montant non révélé, du Niçois LCE.

 

« Nous recherchions une entreprise qui soit complémentaire à Elidose, rachetée en 2002 et implantée à Dun-les-Places dans la Nièvre. Nous voulions par ailleurs qu’elle soit d’un niveau technique comparable », justifie Thierry Beaumont, président de Bassano Industries.

 

Banniere-Traces-écrites-Newsletter

 

Car il ne s’agit pas ici de conditionner en grande série comme c’est le cas pour le sucre en poudre ou encore les lingettes rafraîchissantes, mais de fabriquer des échantillons pour les secteurs de la cosmétique, de l’agroalimentaire, de l’hygiène et de la santé.

 

Ce peut être par exemple un nouveau produit de beauté, une petite dose de parfum ou encore une lingette auto-bronzante à tester. « Ces petits sachets se trouvent souvent insérés dans des magazines masculins et féminins et répondent la plupart du temps au besoin d’une campagne promotionnelle », explique le président de Bassano Industries.

 

bassano
© Bassano Industries.

Ouverture à l’international

 

La mise en œuvre de ces emballages multicouches, constitués d'une succession de matériaux différents, obéit à un savoir-faire de plus en plus pointu car leur résistance doit permettre de supporter de fortes pressions, être parfaitement étanches et conditionnés dans le respect de normes d’hygiène de plus en plus drastiques.

 

Elidose y réussit avec des ateliers séparés, dont un sous atmosphère contrôlée. L’unité nivernaise emploie jusqu’à 120 personnes avec les intérimaires et réalise suivant les exercices entre 12 et 15 millions d’€ de chiffre d’affaires.

 

Nouvellement entrée dans le même holding, LCE, située près de Nice, est spécialisée dans les liquides, travaille pour les plus grands groupes de la cosmétique et dispose d’un parc d’équipements complémentaires.

 

Cette entreprise de cinquante personnes atteint les 6 millions d’€ d’activité.

 

« Sa situation géographique, non loin des grands centres urbains du nord de l’Italie peut nous ouvrir les portes de l’international », argumente Thierry Beaumont qui se définit comme un investisseur à long terme.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

Le co-fondateur de Bassano Industries, qu’il contrôle aujourd’hui seul, possède deux autres filiales, cette fois spécialisées dans l’usinage : JEFMAG, localisée à l'Herbergement en Vendée, et  SMTG (Société Mécanique de Thirons-Gardais) dans le département de l’Eure-et-Loir.

 

Ce qui porte le chiffre d’affaires global de la holding industrielle à 110 millions d’€, avec un effectif de 450 personnes.

 

(*) D’une soixantaine de millions d’€.

 

Qui est Thierry Beaumont ?

 

thierrybeaumont
© Amandine Penot.

 

Thierry Beaumont, âgé de 67 ans, démarre sa carrière dans le secteur bancaire avant de s’orienter dans l’industrie où il exerce des fonctions de marketing/vente au sein d’une filiale anglaise de Péchiney. Il devient ensuite conseil stratégique pour le compte de sociétés industrielles, souvent filiales de grandes groupes.

A l’occasion d’une mission pour le groupe Thomson, l’opportunité lui est offerte d’acquérir une filiale non-stratégique dans l’industrie électronique.

Ainsi naît  en 1986 Bassano Industries, qui a depuis effectué une quinzaine d’acquisitions tant auprès d’autres grands groupes industriels français (Bull, Renault, PSA, Snecma, SAE-Eiffage), que d’actionnaires familiaux.

Avec l’appui de plusieurs banques - BNP et le Crédit Agricole notamment -, actionnaires jusqu’en 2000, Bassano Industries s’est développée en construisant sur le long terme des pôles industriels homogènes, notamment dans l'emballage et l'usinage.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Nièvre, emballage, conditionnement, Bourgogne Franche-Comté, Elidose, Bassano Industries, LCE, Thierry Beaumont, produit à dose unique

Découvrez également les articles associés :

A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale
La Haute-Marne démontre toute l'étendue de ses savoir-faire industriels à NogentLa Haute-Marne démontre toute l'étendue de ses savoir-faire industriels à Nogent
Dans les Vosges, le groupe de BTP Livio développe un vocabulaire avant-gardiste pour un octogénaireDans les Vosges, le groupe de BTP Livio développe un vocabulaire avant-gardiste pour un octogénaire
Les équipementiers de l’automobile de l’Est améliorent encore leurs performancesLes équipementiers de l’automobile de l’Est améliorent encore leurs performances

Commentez !


Combien font "6 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire