Augé Microtechnic Group se veut apporteur de solutions

Publié par Monique Clémens, le 19 mai 2015

MICROTECHNIQUES/FRANCHE-COMTÉ. Découpage, refendage, contactage, assemblage, surmoulage, injection...

Issu du ressort plat horloger, le petit groupe franc-comtois maîtrise de nombreux savoir-faire et n’hésite pas à intégrer de nouveaux métiers dès lors qu’ils peuvent apporter des solutions techniques à ses clients, pour lesquels il travaille de plus en plus en co-conception.

Après l’automobile et l’électricité, Augé Microtechnic Group mise maintenant sur l’aéronautique et le grand export.

 

amte
L'atelier d'AMTE à Thise, dans l'agglomération de Besançon.

 

L’horlogerie, ce métier de touche-à-tout, se plaît-elle à dire, permet à AMTE, l’entreprise principale d’Augé, Microtechnic Group, de s’adapter aux technologies innovantes. « Nous fabriquions auparavant des ressorts spiraux », explique Nathalie Augé, la patronne de cette entreprise microtechnique familiale créée il y a plus de 80 ans et implantée en zone industrielle de Besançon-Thise.

 

« Nous avons une connaissance des matériaux liée à la celle des process, nous travaillons aussi la matière en assurant refendage ou fraisage, nous faisons par ailleurs du traitement thermique et notre expérience horlogère nous vaut agilité et précision. »

 

Nathalie Augé, troisième génération de cette famille d’industriels locaux, est aux commandes depuis 2013. Autour d’AMTE gravitent désormais cinq autres filiales qui sont venues enrichir marchés et savoir-faire depuis 2000 : AMTIS (surmoulage, injection), Brocard et Roux (découpage et emboutissage), Thise Metallum (refendage, parachèvement), Spiral (traitement thermique, tonnage) ainsi qu’AMTT, en Tunisie, et une filiale en Roumanie, depuis 2014.

 

exercice_illegal_boucle

 

Pour cette dernière, le groupe franc-comtois est entré au capital de la filiale roumaine d’une entreprise de la Sarthe, Delta Composant, et vient juste d’installer, sur place, une presse à découper pour servir l’Europe de l’Est, et notamment l’Allemagne. Une base avancée, en quelque sorte, vers ce vaste marché. 

 

Augé Microtechnic Group emploie 400 personnes au total, dont 200 chez AMTE, à Thise. Le groupe a réalisé 40 millions d'€ de chiffre d’affaires consolidé en 2014, dont 32% à l’export, et 11% pour le grand export.

 

« Mais il se développera, nous avons des équipes de plus en plus armées pour cela », assure la dirigeante. Le groupe produit 600 millions de pièces par an, ensembles et sous-ensembles pour les marchés de l’électricité (40% de l’activité), de l’automobile (40% également) et de l’aéronautique (7 à 8%).

 

L'export et l'aéronautique, pour cible

 outillage

 

« L’aéronautique est un marché sur lequel nous sommes depuis très longtemps, mais que nous avons peu travaillé. Aujourd’hui, nous nous y positionnons, avec un objectif de 15 à 20% de notre activité d’ici cinq ans », confie Nathalie Augé qui sera présente au salon International de l’aéronautique et de l’espace au Bourget du 15 au 21 Juin 2015.

 

« Il nous intéresse aussi au niveau technique. Ces marchés diversifiés ont du sens dans la mesure où ça nous permet de grandir avec chacun. Nous faisons du benchmark avec les différents secteurs et nourrissons chaque marché de nos connaissances techniques acquises avec les autres. Cela agit comme un cercle vertueux. »

 

Le petit groupe bisontin a investi 1,5 à 2 millions d’€ par an ces quatre dernières années dans son outil industriel, et notamment dans des machines numériques à coulisseaux multiples, ou encore dans une plateforme logistique. La suite ? « Garder en vie cette entreprise, avec sa propre personnalité. Qu’elle vive dans son territoire, en fidélité avec ses racines, même si elle s’épanouit ailleurs. »

 

Dans le projet d’entreprise de Nathalie Augé figurent les partenariats, comme son adhésion, dans le cadre du « programme performance » industrielle du Gifas, à une grappe d’entreprises de l’aéronautique.

 

Figure aussi le renforcement du rôle d’apporteur de solution. De plus en plus, Augé travaille en co-conception avec les équipes projets de ses clients, « ou en suggestion d’amélioration ».

 

La dirigeante parie aussi sur l'implication des salariés. « Tout notre personnel a un amour du technique, et nous allons faire en sorte que, de plus en plus, il connaisse la destination de son travail, l’utilisation de la pièce qu’il fabrique. »

 

nathalieaugeQui est Nathalie Augé ?

 

L’entreprise est située au 1, rue de l’Industrie, à Thise. L’industrie, c’est tout l’univers de Nathalie Augé depuis son enfance.

 

Petite-fille d’André Augé, qui avait créé Augé Ressorts en 1934 - mais elle a remonté le fil de l’histoire jusqu’en 1907 et trouvé un certain Arthaud, l’oncle de sa grand-mère paternelle qui fabriquait déjà des ressorts de montres -, et fille de Jean-Claude et Simone Augé, qui chacun à leur tour l’ont ensuite dirigée, la patronne du groupe familial avait choisi une voie détournée pour retrouver l’odeur de l’huile de coupe qu’elle aime tant.

 

En 1989, diplômée de l’école de commerce de Grenoble - plutôt tournée vers l’industrie, admet-elle - elle avait bien dans l’idée de revenir vers le monde industriel, « un milieu concret », mais pas forcément dans l’entreprise familiale.

 

 

augehaut

Son premier emploi fut un poste d’acheteur, dans les Ardennes, puis elle fut responsable d’atelier et responsable d’assemblage. « En cinq ans, je me suis occupée d’achats, de vente et de production, j’avais fait aussi un stage en Allemagne et aux Etats-Unis… »

 

Nathalie Augé a finalement atterri dans l’entreprise familiale en 1994 puis, après avoir suivi parallèlement une formation de thérapeute énergétique - une autre voie encore, qui lui permet aujourd’hui de mieux résister à la pression du chef d’entreprise -, en a repris les rênes en 2013, avec pour ambition d’insuffler une nouvelle stratégie « et des valeurs », dit-elle.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Besançon, Franche-Comté, Doubs, microtechniques, Augé Microtechniques Group, AMTE, Brocard et Roux, AMTIS, Thise Metallum, AMTT, Delta Composant, Nathalie Augé

Découvrez également les articles associés :

La Haute-Marne démontre toute l'étendue de ses savoir-faire industriels à NogentLa Haute-Marne démontre toute l'étendue de ses savoir-faire industriels à Nogent
Dans les Vosges, le groupe de BTP Livio développe un vocabulaire avant-gardiste pour un octogénaireDans les Vosges, le groupe de BTP Livio développe un vocabulaire avant-gardiste pour un octogénaire
Les équipementiers de l’automobile de l’Est améliorent encore leurs performancesLes équipementiers de l’automobile de l’Est améliorent encore leurs performances
Près de Mulhouse, le fabricant de membranes en caoutchouc Effbe tire profit de la mondialisation de sa maison-mère WocoPrès de Mulhouse, le fabricant de membranes en caoutchouc Effbe tire profit de la mondialisation de sa maison-mère Woco

1 réponse(s) à "Augé Microtechnic Group se veut apporteur de solutions"

  1. Simone AUGEdit :

    Madame Nathalie Augé n'a pas pris les commandes du groupe en 2013 mais en 2011 (voir les A.G.). La modification de cette date a été voulue, calculée afin de faire croire que Simone Augé a quitté le groupe en 2013 tout simplement pour aller travailler à Anoxyd et masqué la mauvaise gestion du groupe dès 2011. Nathalie Augé continue dans le même objectif de laisser sous-entendre dans l'article " qu'elle a succédé à Simone Augé." En fait, elle a imposé à Madame Simone Augé, d'une manière expéditive et sans ménagement, de quitter immédiatement le groupe, le vendredi 13 avril 2012. Elle a tout simplement abusé de la confiance totale que lui faisait sa maman en lui laissant la présidence du groupe. Madame Simone Augé devenant directrice générale, il a été ensuite facile à Nathalie Augé de la révoquer sans motif, sans préavis, sans indemnités. Nathalie Augé a poussé au départ de nombreux et anciens collaborateurs. Elle n'a aucune reconnaissance pour l'ensemble du personnel qui ont été les bâtisseurs, depuis les années 80, de ce qu'est devenu le groupe. Madame Simone Augé demande à toutes celles et à tous ceux (le personnel, les fournisseurs, les clients, l'ensemble des organismes) de bien vouloir noter qu'elle n'est pas responsable, ni ne cautionne les agissements de sa fille.

Commentez !


Combien font "2 plus 9" ?

Envoyer votre commentaire