Aube : le vélo électrique, cheval de bataille de Cycleurope

Publié par Frédéric Marais, le 30 avril 2014
Le Pibal, vélo-patinette imaginé par le designer Philippe Starck, est assemblé dans les ateliers romillons.<br /> ©Frédéric Marais/Agence Info
Le Pibal, vélo-patinette imaginé par le designer Philippe Starck, est assemblé dans les ateliers romillons.
©Frédéric Marais/Agence Info

CYCLES. Le fabricant de cycles de Romilly-sur-Seine s’est positionné sur l’assemblage de vélos moyen/haut de gamme et de vélos à assistance électrique, niche sur laquelle il enregistre une croissance deux fois supérieure à la moyenne nationale.

Après bien des vicissitudes, Cycleurope passé aux mains du groupe suédois Grimaldi Industri AB a vu aussi revenir Peugeot Cycles dans sa clientèle.

Autrement dit, rien de moins que son fondateur et partenaire historique. Un rétropédalage gagnant, à l’image du Pibal, son premier vélo hybride.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

C’est un drôle d’engin au cadre gris souris et aux roues jaune canari. Le Pibal est le vélo-patinette inventé par le célèbre designer Philippe Starck, en partenariat avec Peugeot Cycles, pour la ville de Bordeaux, qui souhaitait renouveler le parc de vélos mis gracieusement à la disposition de ses habitants.

Peugeot a choisi Cycleurope Industries pour concevoir et fabriquer les 600 premiers exemplaires de ce vélo hybride.

« C’est un vélo très long avec très peu de pièces standard, explique le directeur du site, Lorenzo Libran. Il a fallu modifier certaines lignes de montage pour le fabriquer. En particulier, le Pibal n’entrait pas dans les chaînes de peinture ! »

Fournisseur de La Poste

Si le vélo-patinette a mis l’entreprise de Romilly sous les feux des projecteurs, l’ordinaire de cette PME qui emploie 211 personnes reste plus que jamais le vélo électrique. « Il va devenir rapidement majoritaire dans notre production, prédit Lorenzo Libran. Il enregistre une croissance de 30 % par an chez nous, contre 15 % en France. »

Cycleurope est l’unique lieu d’assemblage du vélo électrique pour l’ensemble du groupe suédois Grimaldi Industri AB et de ses marques. En France, La Poste a déjà commandé 16 000 exemplaires pour ses facteurs.

« Nous commençons aussi à répondre aux appels d’offres des municipalités, comme celle de Rouen », révèle le directeur d’établissement. Sachant qu’un vélo électrique permet de faire des marges plus confortables qu’un vélo classique.

Un marché que l’entreprise n’abandonne pas pour autant. Elle veut même percer sur le créneau du vélo sportif très haut de gamme. Peut-être verra-t-on un jour des vélos de course Cycleurope sur le Tour de France…

Le vélo électrique connaît une croissance exponentielle chez Cycleurope.
Le vélo électrique connaît une croissance exponentielle chez Cycleurope.

Une nouvelle collection par an

En attendant, la PME continue à développer son catalogue, en renouvelant ses collections une fois par an. Elle fabrique des vélos sous différentes marques : Gitane, Peugeot, Bianchi, Puch (pour l’Autriche et les Pays-Bas) et Definitive.

Absent de la grande distribution par choix stratégique, Cycleurope écoule ses produits sous sa propre enseigne, les 250 magasins Velo & Oxygen qui sont gérés par des indépendants.

Vélo pour enfant, VTT, trekking, BMX, vélo de ville…

Plus de 100 000 deux-roues sortent chaque année de la manufacture romillonne, pour un chiffre d’affaires d’environ 50 millions d’€.

Une activité de négoce, et notamment de vélos pliants Dahon, complète la panoplie de l’entreprise.

Une gamme aussi étoffée de bicyclettes nécessite une veille technologique permanente et une grande flexibilité de la part des équipes de production. « Le vélo est un produit extrêmement normé, confirme Lorenzo Libran. Il nous faut par exemple nous adapter au code de la route de chaque pays. »

Un miraculé

Cycleurope ne fabrique aucune pièce. A l’instar des constructeurs automobiles aujourd’hui, c’est un assembleur.

Son bureau d’études conçoit et dessine les cadres, lesquels sont désormais fabriqués à l’étranger, notamment en Asie. Les roues viennent d’Europe.

Le directeur d’établissement, Lorenzo Libran, 53 ans, est en charge de toute la partie opérationnelle du site. ©Frédéric Marais/Agence Info
Le directeur d’établissement, Lorenzo Libran, 53 ans, est en charge de toute la partie opérationnelle du site.
©Frédéric Marais/Agence Info

« Il y a une quarantaine de fournisseurs différents sur un vélo, indique le directeur d’établissement. Et l’on compte plus de 4 000 composants sur un vélo électrique. Tous testés par notre laboratoire d’essais. »

Soumis à la concurrence asiatique et à la pression de la mondialisation, Cycleurope fait un peu figure de miraculé.

Le conseil général de l’Aube a volé à son secours en 2007 en rachetant les murs de l’usine pour 2 millions d’€, et en lui relouant une partie du site.

Il est certes loin le temps où un millier de salariés s’affairaient dans les ateliers de Romilly-sur-Seine. Mais en misant sur le haut de gamme et en se spécialisant dans l’électrique, Cycleurope compte bien rester dans le peloton de tête tout en prouvant que l’on peut encore fabriquer des vélos en France.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Champagne-Ardenne, cycles, La Poste, Aube, Cycleurope, Peugeot Cycles, Philippe Starck, vélos électriques, Grimaldi Industri AB

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

Commentez !


Combien font "6 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire